3 bonnes raisons de visiter "Suspended Animation" au Musée des Abattoirs
Unique étape en Europe de l’exposition présentée l’année dernière au Hirshhorn Museum and Sculpture Garden de Washington, « Suspended Animation » nous entraîne dans l’espace numérique. 3 bonnes raisons de se laisser surprendre.

1- Pour plonger dans l’espace numérique

À corps perdu dans l’espace numérique, c’est la promesse du musée des Abattoirs cet été qui a transformé le 1er étage du bâtiment en environnement immersif. Intitulée "Suspended animation", un terme issu de la science-fiction et de la médecine, l’exposition montre comment les artistes "explorent et s’emparent des mondes virtuels sous un angle humaniste" dixit Gianni Jetzer, critique d’art suisse et commissaire de l’exposition. Et le résultat est pour le moins surprenant.

 Ed Atkins, Warm, Warm, Warm Spring Mouths, 2013, film HD, couleur, son, durée : 12,50 minutes. Courtesy de l’artiste; Cabinet, Londres; Gavin Brown’s Enterprise, New York; Isabella Bortolozzi Galerie, Berlin

2- Pour découvrir de nouveaux artistes

L’exposition compte neuf artistes internationaux parmi les plus intéressants du moment en matière d'images numériques : Ed Atkins, le toulousain Antoine Catala (qui vit à New York), Ian Cheng, Kate Cooper, Josh Kline, Helen Marten, Agnieszka Polska, Jon Rafman, Avery Singer. De belles découvertes en perspective.

Agnieszka Polska, I Am the Mouth, 2014, vidéo HD, couleur, son, durée : 5,45 minutes Courtesy de ŽAK | BRANICKA, Berlin.

3- Pour mettre au défi notre perception

Animations hyperréalistes et poétiques créés par ordinateur, hologrammes, avatars, objets animés ou mutants, images hallucinatoires, peintures modélisées à partir d’un logiciel 3D etc, toutes les œuvres présentées repensent la relation entre le corps et les nouveaux usages numériques. Cette nouvelle réalité virtuelle modifie-t-elle la façon dont nous nous percevons en tant qu’êtres humains ? Dans notre société du tout-numérique, le sujet est plus que jamais d’actualité.


Suspended Animation - À corps perdu dans l’espace numérique
Jusqu’au 26 novembre

76, allées Charles-de-Fitte
31300 Toulouse
05 62 48 58 00
Plus d'infos sur les Abattoirs