Découvrir un jardin partagé

Nous vous invitons à lire le reportage réalisé dans les jardins partagés du parc Monlong paru en en mai 2010, dans le magazine d'informations de la Ville de Toulouse, à Toulouse.

 

Un nouveau jardin partagé : reportage paru dans à Toulouse, été 2011

Un petit Coin de nature à partager, une invitation à (se) cultiver, un lieu d'échange autour d'une activité ludique, une occasion de renouer avec le goût... Un nouveau jardin partagé  pousse actuellement au cœur du jardin du Verrier, dans le quartier Châlets-roquelaine.
Lire l'article


Reportage paru dans à Toulouse, mai 2010

Chaque mercredi matin, la parcelle des "Graines de Monlong" prend un peu plus l'allure d'un véritable espace vert où biodiversité rime avec convivialité.

À mille lieues des tours...
Béatrice, Brahim et Safia n'ont a priori rien en commun. Et pourtant... Ces trois habitants de Bellefontaine se retrouvent souvent le mercredi matin pour jardiner ensemble au parc Monlong. Pendant que l'une bêche un terrain avant d'y semer des plantes sauvages, l'autre débroussaille un chemin ou fait pousser des salades, chacun selon ses envies. Baptisée «Graines de Monlong», leur parcelle de jardin appartient à la mairie mais est gérée par cinq structures regroupant régies de quartier, centres sociaux et associations.

Gros plan sur des mains en train de jardiner

Pour Moussa, qui anime cet atelier, le jardinage est avant tout un moyen de «créer du lien social». «Si on apprend à faire pousser des fèves ou du pastel, le but n'est pas de récolter des produits pour son bien-être personnel, mais plutôt d'expérimenter, d'apprendre des choses et de passer un bon moment ensemble» explique l'animateur. Car si chacun s'affaire à améliorer la parcelle afin de s'approprier les lieux, pas question pour autant de rester dans son coin. «L'idée, c'est aussi de partager des connaissances. Il y a beaucoup de nationalités représentées ici, ça permet d'avoir des échanges très riches sur des techniques de jardinage ou des recettes de cuisine», ajoute Fatima Admane, de la régie de quartier de Bellefontaine. Certains mercredis, des intervenants viennent aussi pour sensibiliser les jardiniers en herbe aux bonnes pratiques, à la culture bio ou à la réalisation de compost, par exemple.
«Quand on se retrouve ici, on est à mille lieues des tours... On oublie le béton et ça fait du bien», résume Moussa. La chlorophylle n'est pas seule à combattre le bitume, la convivialité apporte aussi son lot d'oxygène. Entre deux coups de pioche et trois semis, vient toujours l'occasion de partager un moment simple, autour d'un thé à la menthe... du jardin, évidemment.