Plan Lumière

Le Plan Lumière, lancé en 2015, vise à rallumer les rues de Toulouse, valoriser le patrimoine et à réaliser des économies financières et énergétiques.

Le Plan Lumière, lancé en 2015, a été défini sur les bases d'un audit réalisé entre mai et octobre 2014 auprès de 97 associations. Ce programme triennal (2015- 2018) vise trois objectifs :

  • rallumer les rues de Toulouse ;
  • valoriser le patrimoine ;
  • réaliser des économies financières et énergétiques.

Un an après son lancement, 40% des objectifs ont déjà été réalisés.

Rallumer les rues de Toulouse                                            

 Rue ParganminièresCréer une atmosphère chaleureuse, faciliter les déplacements, développer l'attractivité d'un site, supprimer le sentiment d'insécurité…
Telles sont les missions d'un éclairage public réussi. De nombreuses rues et places ont déjà bénéficié d'une plus grande luminosité. Parmi les dernières réalisations : les rues Pargaminières (photo ci-contre) et Romiguières, la place Saint-Pierre, le Canal du Midi, les contre-allées et trottoirs du boulevard Carnot…

D'ici 2018, Cartoucherie, Empalot, Saint-Georges, etc., gagneront également un meilleur éclairage.

 

Valorisation du patrimoine              

Pont Neuf, GraveLa candidature à l'Unesco place le patrimoine sous les projecteurs… à commencer par les monuments emblématiques.
Depuis mars 2016, une nouvelle mise en lumière révèle la somptueuse architecture de la Cathédrale Saint-Etienne tandis que ses abords bénéficient d'une meilleure luminosité.
Depuis le 11 juin 2016, l'arc Garonne est à son tour valorisé, depuis le Pont-Neuf au dôme de la Grave en passant par l'Hôtel Dieu, le jardin du port de la Daurade et ses murs-digues Saget, lesquels seront intégralement mis en lumière au fil de leur rénovation. Depuis le 21 novembre 2016,  le clocher, la nef,et les façades du Couvent des Jacobins ont revêtu leurs nouveaux habits de lumière. En 2017, ce sera le tour de  la rue d'Alsace-Lorraine en 2017.


Parcours de visite
Façades remarquables, éléments architecturaux insolites ou exceptionnels ne sont pas de reste : 140 ont été recensés et seront éclairés d'ici 2020. Toutes ces richesses seront valorisées à l'aide de deux parcours nocturnes qui présenteront 20 à 30 points d'intérêts. Réalisés avec l'office de Tourisme, ils proposeront aux Toulousains et aux touristes de (re)découvrir la ville de nuit. Le premier sera mis en place l'été 2017, le second l'été 2018. Une application pour smartphone complétera ces parcours afin de présenter les détails éclairés.

Économies financières et sobriété énergétique

Faire mieux avec moins. Telle est la ligne fixée par la municipalité. Avec une baisse constante de 2 GWh par an, la consommation électrique de la Ville de Toulouse a baissé de 12%, passant de 34 GWh en 2013 à 30 GWh en 2015.
Côté finances, en 2014, le budget dédié à l'éclairage public s'élevait à 5,6 millions d'euros, idem en 2015, et à 5,5 millions d'euros en 2016. La Ville rallume Toulouse à budget quasi constant, et même réduit.
Comment ?  :

  • en réduisant les recours aux prestataires extérieurs (économie de plus de 200 000 euros par an)
  • en obtenant une nouvelle tarification auprès d'EDF (économie de 200 000 euros par an)
  • en renégociant un contrat d'affichage avec la société Extérion (gain de 540 000 euros sur trois ans)
  • en réduisant les coûts des prestations à l'occasion de nouveaux marchés publics (économie de 150 000 euros par an)
  • en remplaçant des appareils obsolètes par d'autres moins énergivores…

Une start-up toulousaine invente l'éclairage intelligent

En pleine nuit, comment éviter d'éclairer à perte sans plonger les rues dans les ténèbres ? Certains ont tenté des systèmes détecteurs de présence s'allumant au moindre mouvement. Mais chats, insectes et autres animaux déclenchaient l'éclairage. Alors la start-up Kawantech a travaillé sur des lampadaires détecteurs de formes, capables de réagir au passage d'un piéton ou d'un cycliste, mais restant de marbre en présence d'une voiture ou d'une chouette hulotte. Testé pendant un an rue des Edelweiss, le dispositif s'est montré convaincant. Adapté aux besoins, il utilise seulement 15% de sa capacité aux heures creuses et atteint 100% de sa puissance quand c'est nécessaire, permettant une économie de 60 à 70% par lampadaire équipé. De fait, 485 ont été commandés, les prochaines installations débuteront dans 6 mois, d'abord dans des sites peu fréquentés. 50% du financement fait l'objet de subventions de l'Etat, dans le cadre du projet « Ville de demain ».

 

Pont Neuf écliareSamedi 11 juin 2016. Mise en lumière de l'Arc Garonne : depuis le Pont-Neuf au dôme de la Grave

Le port de la Daurade a bénéficié d'un éclairage renforcé, dans des teintes chaleureuses, à la suite de son embellissement réalisé dans le cadre du Grand Parc Garonne : 4 mâts, 16 colonnes lumineuses, 31 projecteurs au niveau des murs-digues Saget, ainsi que des projecteurs encastrés mis en place en bord de Garonne par mesure de sécurité.
En face du port, la façade de l'Hôtel Dieu a été équipée de 130 projecteurs leds qui révèlent dans la nuit ce bâtiment emblématique de Toulouse.

 


Hôtel Dieu Le Pont-Neuf compte désormais 616 points lumineux et 440 mètres de fil lumineux blanc spécifique pour le parapet. En août 2015, l'installation électronique a été entièrement rénovée. En 2016, il arbore son nouvel habit de lumière sur les façades, en amont et en aval du pont. Son éclairage nouveau, en particulier au niveau du parapet, permettra de mettre en valeur de nuit les qualités architecturales de cet ouvrage historique et sa vocation de trait d'union entre les deux rives de la ville.
La partie haute du Dôme de la Grave dévoile également de nuit son éclat bleu respectant la couleur naturelle de la robe de ce monument. Six projecteurs leds supplémentaires ont été rajoutés afin d'embellir l'un des plus beaux panoramas de Toulouse.
Le coût de l'éclairage du port de la Daurade a été réduit de 1 500€ annuels à 1 200€. L'éclairage du Pont-Neuf et de la façade de l'Hôtel Dieu coûte 7 000€ par an.