Toulouse au fil des siècles

 Longtemps lié à l'épopée cathare, le nom de Toulouse est maintenant étroitement lié au monde de l'aéronautique et du spatial.

Antiquité

Toulouse fait son apparition au IVe siècle avant Jésus Christ (JC).
Peuplée à l'origine par une tribu celte - les Volques Tectosages -, son climat et sa situation géographique privilégiés en font l'alliée de Rome aux IIe et IIIe siècles (Toulouse est alors la 4e cité de l'empire d'Occident), le centre du royaume Wisigoth au Vesiècle ; au VIe siècle, elle est placée sous l'autorité royale de Clovis.

C'est au IXe siècle que Toulouse connaît vraiment ses premières heures de gloire grâce aux Raymonds, comtes héréditaires qui donneront à Toulouse l'une des institutions les plus célèbres : un chapitre d'administrateurs, les Capitouls, au nombre de 12 représentants élus par les corporations dès 1141.
 

Le Moyen-Âge : apparition du catharisme

Au XIe siècle, le catharisme déferle sur le Languedoc. Le catharisme est une hérésie médiévale qui est apparue en Europe vers la fin du XIe siècle. Ce mouvement chrétien et dissident a connu une très forte pénétration dans le sud de la France, en particulier sur les Terres du comte de Toulouse.

D'une approche dualiste du monde, les cathares séparaient le matériel du spirituel, le mal du bien. Ils se dénommaient bons chrétiens ou bonshommes. Une distinction était opérée entre ceux qui avaient reçu le Consolamentum, sorte d'ordination, et les simples croyants. Un grand nombre de notables toulousains embrassèrent ainsi la nouvelle doctrine religieuse.

L'implantation de plus en plus conséquente du catharisme dans le Languedoc commençait fortement à faire de l'ombre aux pouvoirs royal et papal. Le Pape Innocent III ordonna ainsi une croisade en 1209 (ou Croisade des Albigeois), à la suite de l'assassinat de Pierre de Castelnau, son légat.
Les croisés, commandés par Simon de Montfort, saccagèrent Béziers, Carcassonne, et, malgré la protection du comte de Toulouse, Raymond VI, les seigneurs naturels de la région furent vaincus à Muret (1213) et à Toulouse (1218).

L'hérésie cathare sera éliminée à la fin du XIIIe siècle. L'université est créée pendant cette période, dont la mission consiste à former un clergé instruit pouvant rivaliser avec celui de Paris.
 

Le siècle d'Or

Au XVe siècle s'ouvre le siècle d'or de Toulouse : le pastel est commercialisé dans le monde entier, les riches marchands font construire les fameuses demeures de briques roses.
Avec l'arrivée de l'indigo, la ville voit poindre son déclin au moment où commence une longue période de troubles religieux entre huguenots et catholiques.
Suspectés d'être protestants, les Capitouls sont chassés, l'Eglise domine la ville par ses nombreux établissements religieux (21 couvents, 8 séminaires).

Dès le XIIIe siècle, Toulouse est la première université hors Paris. Capitale intellectuelle de tout premier ordre, Toulouse inaugure la deuxième université de France en 1229. En 1323, 7 riches bourgeois fondent l'académie des Jeux Floraux, la plus ancienne d'Europe.
 

XVIIe siecle : le canal du Midi

L'idée de joindre les deux mers, l'Océan et la mer Méditerranée, afin d'éviter le détour le long des côtes d'Espagne (3 000 km à parcourir), le détroit de Gibraltar, les tempêtes et les périls d'attaques de Barbaresques, est une idée dans l'air bien avant le règne de Louis XIV.

Qu'il s'agisse de Néron, Charlemagne, François ler, Charles IX ou Henri IV, tous ont émis l'ambition de réaliser cet exploit. Chacun d'eux a demandé d'en faire l'étude et bien des projets ont vu le jour, sans pouvoir assurer la faisabilité de cette jonction.

En 1662, Pierre Paul Riquet, né à Beziers, cherche à amener de l'eau à l'endroit culminant du futur Canal, en un point de partage afin qu'elle s'écoule de part et d'autre, versant méditerranéen et versant atlantique. Sa connaissance de la Montagne Noire et de ses cours d'eau l'amène à imaginer un système d'alimentation basé sur le détournement de l'eau par le captage de plusieurs ruisseaux et rivières.

Commencé en 1667, le Canal du Midi fut achevé et inauguré en 1681. Pierre-Paul Riquet, qui meurt le ler Octobre 1680 à Toulouse, ne verra jamais l'achèvement de son œuvre.
 

XXe siecle : naissance de l'aéronautique

Avec la première guerre mondiale, la cité accueille les premières entreprises de l'aéronautique, qui devaient se situer le plus loin possible des frontières avec l'Allemagne : Toulouse avait trouvé l'industrie de son avenir.


Toulouse, pionnière de la découverte du ciel

A la différence d'autres métropoles, Toulouse n'a pas connu la Révolution industrielle du XIXe siècle, ce qui lui a évité les difficultés d'une reconversion. Le premier conflit mondial qui impose de trouver des bases arrière pour fabriquer les avions indispensables à la victoire alliée, avec l'installation de la société Latécoère, puis la création de la société Dewoitine, fixera pour l'histoire les bases d'une aventure pérennisée par l'État aux prises avec la nécessité de rééquilibrer le territoire français.
C'est une aventure jalonnée de hauts faits d'armes, comme ceux de l'Aéropostale et de ses pionniers, de Caravelle dans les années 1960, premier succès sur le marché mondial, sans oublier Concorde.

Ce bijou technologique marquera l'histoire de l'aviation civile. Néanmoins, si la technologie était révolutionnaire, et peut-être pour cette raison, l'accueil du marché sera loin d'être à la hauteur des ambitions. À Toulouse ne seront oubliés ni l'échec commercial, ni les avancées technologiques, ferments du succès d'Airbus Industrie.