Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France
Toulouse est une étape incontournable des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France avec la basilique Saint-Sernin et l'Hôtel-Dieu Saint-Jacques : ces monuments historiques sont inscrits au la lise du Patrimoine mondial en 1998.

La basilique Saint-Sernin

La basilique Saint-Sernin, la plus grande des églises romanes conservées en France, est un édifice remarquable et homogène. Riche en reliques, c'est au Moyen-Âge une étape majeure pour les pèlerins sur la Via Tolosana, également appelée Voie d'Arles. Un premier sanctuaire est édifié dès la fin de l'Antiquité sur la sépulture du premier évêque de Toulouse nommé Saturnin (ou Sernin). L'édifice actuel est construit à partir de 1080 en commençant par le choeur et les parties orientales. Consacré en 1096 par le Pape Urbain II, il fait l'objet de plusieurs campagnes de construction jusqu'à la partie occidentale terminée au tout début du XIVe siècle.

La basilique présente un plan en croix latine. Elle est organisée avec une nef centrale jouxtée de doubles collatéraux qui rejoignent le transept puis le déambulatoire et permettent l'accès au tour des Corps Saints et aux cryptes.
Elle offre de vastes proportions :

  • 115 mètres de long, 64 m pour le transept
  • 21 m sous voûte pour la nef centrale
  • 65 m pour le clocher

Un abondant programme sculpté (tympan, chapiteaux), de nombreuses peintures murales et un mobilier important enrichissent l'édifice.


L’Hôtel-Dieu Saint-Jacques

L’Hôtel-Dieu Saint-Jacques est situé sur la rive gauche de la Garonne. Il doit son origine à la fondation vers 1130, par le prieur de la Daurade, de l'hôpital Sainte-Marie destiné à l'accueil des pauvres. La construction du Pont de la Daurade en 1179 confirme la fonction d’hospitalité pour les pèlerins en chemin vers Saint-Jacques-de-Compostelle.
L’hôpital Novel, géré par la confrérie de Saint-Jacques pour l'accueil des pèlerins, est bâti au XIIIe siècle en amont du pont.
Les deux établissements sont réunis au XIVe siècle sous le nom d’hôpital Saint-Jacques. Transformé en Hôtel-Dieu au XVIe siècle, il affirme peu à peu sa vocation médicale et devient le plus grand
hôpital toulousain. De nouveaux bâtiments sont érigés aux XVIIe et XVIIIe siècles et forment un ensemble imposant.
L'activité de soins y est importante jusqu'à la moitié du XXe siècle, date à laquelle les hôpitaux de Purpan puis de Rangueil sont construits.
Au départ du dernier malade en 1987, l'Hôtel-Dieu devient le centre administratif des Hôpitaux de Toulouse (C.H.U).
Les bâtiments s'organisent en U autour d'un jardin orné d'une gigantesque coquille. L'accès à l'aile principale côté Garonne se fait par un perron monumental surmonté d'une statue de Saint-Jacques.
Il donne sur le grand escalier éclairé par une vaste baie à l'italienne et permet l'accès aux salles historiques : la salle des Pèlerins et la salle des Colonnes, réparties autour de la chapelle. L'aile Viguerie abrite le musée de l'histoire de la médecine et le musée des instruments de médecine.


En savoir plus sur l’Agence de coopération interrégionale et réseau "Chemins de Saint-Jacques de Compostelle"  : chemins-compostelle.com


 

Toulouse et le patrimoine mondial de l'Unesco. Vous pouvez cliquer sur l'image pour télécharger la brochure (format.pdf)