Projet de renouvellement urbain

Améliorer les conditions de vie dans les quartiers prioritaires de la ville en modifiant les formes urbaines, c’est l’ambition du programme de renouvellement urbain conduit par Toulouse Métropole et ses partenaires. Cinq quartiers toulousains sont concernés par la démolition des grands ensembles, la reconstruction de logements plus qualitatifs, l'aménagement de l’espace public, la création d'équipements collectifs  pour transformer  des quartiers. 

Plus de 40 000 habitants vivent dans les cinq quartiers de Toulouse concernés par le Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) qui prolonge les actions d'urbanisme commencées avec le Grand projet de ville (GPV) : 
Bagatelle La Faourette Papus Tabar Bordelongue
Bellefontaine
Empalot
Izards-Trois Cocus/La Vache 
Reynerie

 

Améliorer l’habitat...

Renouveler les conditions de vie dans les quartiers, c’est d’abord améliorer la qualité des logements. Les opérations consistent à réhabiliter les immeubles, mener des travaux de rénovation énergétique, démolir les grands ensembles qui marquent les quartiers pour recréer des collectifs plus petits, à l’architecture attractive. Depuis 2015, date de la signature des conventions Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), 2 375 logements ont été démolis et 2 283 reconstruits, 62% en dehors des quartiers, en locatif social mais aussi en accession à la propriété pour faire venir des nouveaux habitants. Les ménages concernés par les démolitions ont été accompagnés et relogés. Parmi eux, 54% sont restés dans leur quartier.

et l’espace public

Transformer ces territoires, cela passe aussi par la rénovation de l’espace public. L’ouverture sur leur environnement et la création de cœurs de quartier animés forment le socle du dispositif. Ces quartiers sont dotés de nouveaux équipements de proximité (école, maison de quartier...) et aussi de commerces. Leur desserte en transports en commun est sans cesse améliorée. Sur chaque site, le projet urbain s’appuie sur des atouts patrimoniaux, peu valorisés jusqu’à présent, tels que, par exemple, le parc et le lac de la Reynerie qui pourraient devenir une destination de loisirs pour tous les Toulousains.

Une action globale

À travers l’urbanisme, on agit sur les conditions de vie et le développement des quartiers. Car tout est lié: en construisant un équipement de quartier, tel que La Brique rouge à Empalot, on crée un lieu de vie et de rencontres, on favorise la cohésion sociale au sein du quartier. À Bagatelle, en cédant un terrain à la régie de quartier pour qu’elle y regroupe et développe ses activités, on soutient l’activité économique locale... 

Co-construire avec les habitants

Consulter les habitants, c’est essentiel pour définir des orientations stratégiques et ajuster l’action publique. Le processus de concertation recouvre des réunions publiques, des rencontres avec les conseils citoyens, des ateliers sur site  ou encore des "diagnostics en marchant" où les habitants qui le souhaitent, parcourent le quartier avec des élus et des équipes de Toulouse Métropole pour découvrir les opérations à venir, donner leur avis sur les transformations des lieux et témoigner du quotidien. Pour favoriser cette participation, 5 maisons de projets seront ouvertes d’ici la fin 2017 où les habitants pourront se retrouver pour échanger sur les projets du quartier et y trouver toutes les informations (cartes, calendriers, dates des réunions publiques, concertations, etc.) sur les projets :

  • Atelier B à la Reynerie : temporairement, à terme, elle déménagera dans l’actuel centre social
  • Centre culturel Alban Minville à Bellefontaine
  • Centre culturel Henri Desbals à Bagatelle
  • La Brique Rouge à Empalot
  • Point Info Mairie aux Trois Cocus

3 000 logements à démolir

Si les quartiers ont déjà beaucoup changé, Toulouse Métropole maintient le cap. Main dans la main avec ses partenaires dont les bailleurs sociaux, elle prévoit la démolition de 3 000 logements supplémentaires d’ici 2025 et leur reconstruction à l’échelle de la ville, de façon équilibrée. Peu à peu, en articulation avec les autres actions du Contrat de ville, l’objectif est de réduire la part d’habitat social et de favoriser la diversité, afin d’en faire des lieux de vie pour tous. Pour y parvenir, il faut aussi agir sur la perception des quartiers par les Toulousains, notamment en matière de sécurité mais aussi de développement économique.


En chiffres

1er programme de renouvellement urbain au niveau national
155,9 millions d'euros (ville et métropole) consacrés sur les quartiers prioritaires 2015-2020 ( 60 millions d'euros pour l'embellissement du centre-ville) 
775 millions d'euros depuis 2002 sur Bagatelle Empalot, Reynerie-Bellefontaine (PNRU)
407 opérations depuis 2002 : démolitions, constructions, réhabilitations, améngament de l'espace public 
40 000 habitants (8.5% de la population toulousaine)


Les signataires des conventions ANRU


Pour en savoir plus

Le NPNRU est un des piliers du Contrat de ville : le dispositif global (urbain, social, économique) en faveur des 16 quartiers prioritaires de la Métropole, dont 12 sur le territoire de Toulouse signé en 2015.