Le Grand Projet de Ville - GPV Accompagnement urbain de la transformation sociale des quartiers

Projet global de développement urbain, social et économique au service des habitants, le GPV vise à recomposer les grands ensembles d'habitat social en travaillant sur les causes urbanistiques et les conséquences sociales à l'origine de leur déclassement : forme urbaine enclavée, typologie d'habitat rébarbative, mono-fonctionnalité, déficit de gestion urbaine de proximité, chômage, pauvreté, délinquance, problème d'image, etc.

Les leviers de transformation de la situation de ces quartiers se situent non seulement à l'échelle de la Ville mais aussi de la métropole (logement, mobilité, lutte contre les discriminations, etc.)  : Toulouse a donc choisi de conserver l'appellation Grand Projet Ville.

Ses champs d'investigation :

- l'habitat et le cadre de vie
- la prévention et la sécurité
- l'insertion et l'emploi
- l'éducation et la jeunesse

Ses objectifs :

- renouveler et produire la ville à vivre : la ville conviviale, vivable, accessible à tous en termes de niveaux de loyers, de transports en commun, d'activités économiques, etc
- redistribuer et mieux répartir : les investissements sur la ville et l'agglomération en termes d'équipements, de logement social, etc
- préserver et valoriser : l'identité multi-culturelle et populaire des quartiers, le patrimoine paysager, etc

Ses échelles de temps :

- à court terme : enrayer la spirale de dévalorisation par la GUSP (Gestion Urbaine et Sociale de Proximité)
- à moyen terme : redonner l'envie d'habiter et d'investir dans ces quartiers
- à long terme : réinscrire ces quartiers dans la dynamique de développement de la métropole
toulousaine


Le GPV en chiffres

- 3 zones urbaines sensibles (Reynerie/Bellefontaine ; Bagatelle/La Faourette/Papus/Tabar/Bordelongue et Empalot)
- 3 conventions Anru pour un montant global de 727 millions d'euros
- 580 hectares (5% de la ville de Toulouse)
- 39 000 habitants (9% de la population toulousaine, dont le tiers des habitants a moins de 20 ans)
- 10 000 logements sociaux (30% du parc social toulousain)
- 30 000 emplois à proximité
- 1 zone franche urbaine de 660 hectares (en 2012, 2 151 entreprises et, entre 2004 et 2012, 5 - 888 embauches déclarées dont 31 % d'habitants des quartiers Zus)
- Un tissu associatif particulièrement dense et actif (plus de 150 associations)
- 23 000 étudiants en 2012 à l'Université Toulouse II


Les signataires des conventions ANRU


Le GPV, un outil de la politique de la Ville

Par son approche globale du territoire, le Grand Projet de Ville relie les enjeux de proximité de ses quartiers à ceux, plus larges, de l'agglomération. Pluridisciplinaire, il amplifie localement les différentes mesures du Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) en matière d'habitat, d'insertion, d'éducation, de prévention de la délinquance et de Gestion Urbaine et Sociale de Proximité (GUSP). S'il remplit la fonction de coproducteur dans les domaines de l'équipement, des espaces publics et de la GUSP, le GPV travaille principalement à mettre en synergie les expertises des dispositifs du droit commun. Ainsi, sans se substituer à ces derniers, il favorise l'avènement de temps forts et mobilise des moyens supplémentaires pour les quartiers qui lui sont attribués. En appuyant la mutation de ces territoires prioritaires, il participe à la réalisation du projet économique et social du Contrat urbain de cohésion sociale, inscrivant ses actions dans une échelle élargie pour en faire bénéficier la ville entière.

 

Habitat et cadre de vie

Le Programme Local de l'Habitat (PLH) permet à Toulouse métropole  de mener une politique de logement concertée et cohérente : répondre aux besoins de tous, actuels et futurs habitants, en intégrant les nouveaux enjeux environnementaux et garantissant l'équilibre social de l'habitat sur le territoire. De par cette compétence, la communauté urbaine intervient sur le parc privé à vocation sociale par des actions de requalification des copropriétés, de rénovation de logements vacants ou d'amélioration d'habitations de personnes défavorisées. Elle soutient également le logement étudiant et l'hébergement d'urgence. Pour favoriser une répartition géographique équilibrée du logement social, la Ville a signé en 2008, avec la Fédération des Promoteurs Constructeurs et le Groupement Départemental HLM de Haute-Garonne, une charte dans laquelle ils s'engagent à réserver 20 % de la production immobilière – hors les Zus – à du logement social.
Au quotidien, pour améliorer le cadre de vie des Toulousains, la Ville met en oeuvre la Gestion Urbaine et Sociale de Proximité (GUSP) en associant l'État, les organismes bailleurs, les régies de quartiers, les opérateurs associatifs et les habitants. Cette gestion des espaces partagés intègre des interventions techniques (réaménagement des locaux ordures ménagères, etc.) et humaines (médiation, etc.).

 

Éducation et jeunesse

La Réussite éducative vise à soutenir les enfants, ainsi que leurs familles, en agissant sur tous les leviers : éducation, santé, social, culture, sports etc. Le Parcours de Réussite Educative (PRE) permet un accompagnement individuel des jeunes de 2 à 16 ans, repérés en fragilité. Une cellule de veille – co-animée par l'Education nationale et la Ville, et à laquelle participent le Conseil général et les secteurs du soin –, repère les situations. Elle réalise un diagnostic partagé et organise collégialement les prises en charge avec l'accord des familles. Celles-ci peuvent aussi solliciter directement le dispositif.

 

Prévention et sécurité publique

Le Contrat Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD), instance de réflexion et d'élaboration des stratégies en matière de sécurité publique, est une mesure phare de la prévention à Toulouse. Fondé sur le partenariat et la coordination, il réunit mensuellement des acteurs aux compétences complémentaires (représentants de l'État, professionnels confrontés aux manifestations de la délinquance, responsables des services sociaux, représentants des associations). Échanges d'information et analyses conjointes permettent de saisir les référents compétents et d'évaluer les réponses mises en oeuvre, dans le souci de concilier police de proximité et répression effective de la délinquance.

 

Emploi et insertion

Porté par la communauté urbaine Toulouse métropole et co-financé par le Fonds Social Européen (FSE), le Plan Local pour l'Insertion et l'Emploi (PLIE) est un dispositif de lutte contre le chômage et l'exclusion qui s'adresse aux personnes les plus éloignées du marché de l'emploi (faible qualification, déficit d'expérience, absence de mobilité, etc.). Le Plie aide les chômeurs à définir leur projet, à préparer un entretien d'embauche, à argumenter une demande de formation, etc. Il apporte également un soutien pour optimiser les conditions d'insertion : faciliter l'accès aux soins, trouver une solution de garde d'enfants ou favoriser la mobilité. Le Plie s'appuie sur un partenariat fort et travaille en lien étroit avec les entreprises et l'ensemble des acteurs de l'insertion, de l'emploi et de la formation. Dans le cadre des chantiers du GPV, la clause d'insertion a pour but de favoriser l'emploi des habitants des Zus en incitant les entreprises à leur consacrer 5% du nombre total des heures travaillées. La clause d'insertion est une condition d'exécution des marchés publics, elle doit être respectée par les entreprises et le donneur d'ordre a la charge du contrôle de son application.