A la découverte de la maison Lamothe

Si vous avez déjà emprunté la rue des Filatiers, la belle façade de brique qui donne sur la place de la Trinité n'a pas pu échapper à votre regard. Il s'agit de la maison Lamothe. Mais qui était ce Monsieur Lamothe ? Toulouse.fr a mené l'enquête pour vous.

Qui était le Sieur Lamothe ?

Premier réflexe : la consultation de la fiche relative à cette maison sur le site UrbanHist. On y découvre une histoire passionnante.
C'est l'architecte Urbain Vitry qui a édifié cette maison en 1824 pour le compte du Sieur Lamothe. Un arrété municipal en date du 9 juillet 1824, pris par le maire de Toulouse, l'autorise à construire sa maison sur l'emplacement d'une construction antérieure en pan de bois, comme en témoigne cette assiette de Fouque et Arnoux, conservée dans les réserves du musée Paul Dupuy. 
crédit photo : Patrice Lefort - Musée Paul Dupuy

Cette maison est ornée par des éléments en terre cuite provenant de la manufacture Fouque et Arnoux et statues et bustes sont attribués au sculpteur ornementiste Louis Romagnesi (1776-1852). Les autres éléments du décor évoquent l'architecture de la Renaissance italienne.

Nous sommes toujours à la recherche de ce Sieur Lamothe. Le site de la Bibliothèque d'étude et du Patrimoine vient à notre secours. Celle-ci conserve un précis juridique (La B 150055 (6)) qui relate une affaire commerciale entre Léon Lamothe, Lamothe aîné, son frère, le Sieur et Dame Thuret et le Sieur Hainguerlot, directeur et gérant de la "compagnie des canaux de l'Ourcq et de Saint-Denis". Ce Sieur Lamothe serait-il le nôtre ? Nous pouvons lire également dans ce document que l'oncle de Léon Lamothe, M. Blaise Deymié est « grand propriétaire dans le midi, ancien officier supérieur de l'empire ». 

Un oncle, officier de l'Empire

L'enquête se poursuit et nous cherchons maintenant Blaise Deymié. Celui-ci est né à Toulouse le 25 janvier 1772 (registre des actes de naissance de la paroisse de la Dalbade -  Archives Municipales de Toulouse CG 72 – 2 E IM 8159 ) et son père, Jean-Pascal, est orfèvre. Il est baptisé le lendemain de sa naissance à la paroisse de la Dalbade. A 19 ans, en octobre 1791, il intègre l'armée. (sources : Service Historique de la Défense - centre historique des Archives -Château de Vincennes GR 2 Ye 1193 et GR 3 Yf 28906 )

Ses états de service sont brillants et s'illustrent notamment par sa participation à de grandes batailles napoléoniennes : 

  • 1791-1792 : 32e demi-brigade
  • 1793-1794 : Pyrénées Orientales
  • 1795-1794 : Armée d'Italie Zurich Marengo
  • 1803-1805 : Grande Armée Côte de l'Océan – Ulm – Austerlitz
  • 1806-1807 : Allemagne Iéna Eylau Friedland
  • 1808 – 1814 : Espagne Madrid La Corogne Talavera

Son dossier militaire mentionne son adresse toulousaine - 57 place de la Trinité aujourd'hui, le 57 rue des Filatiers... et nous retrouvons là notre "maison Lamothe". Blaise Deymié, oncle de Sieur Lamothe aurait donc vécu dans cette maison ! 

Retiré en son château

Chef d'escadron de l'Empire, il fut par deux fois aide de camp de généraux .

Blessé, Blaise Deymié sera contraint de prendre sa retraite à 42 ans. Il se retire dans son château de Pins-Justaret, acheté le 12 juillet 1810, par adjudication publique (Archives Départementales  - D 31 Q 526 ) suite à l'émigration de François, marquis de Pins d'Aulagnières.

C'est dans cette demeure qu'il s'éteint le 17 avril 1852 à 80 ans. Son neveu, Léon Lamothe, également maire de la commune déclare son décès. Hasard de l'histoire.... le château est aujourd'hui la mairie de la commune !