Agriculture urbaine : de la faux à la fourchette
L’espace de démonstration et d’expérimentation dédié à l'alimentation et à l'agriculture urbaine (EDENN) a remporté le défi "Alimentation durable et agriculture urbaine" de l'appel à projets Toulouse Impact, lancé par Toulouse Métropole en octobre 2020.  

Toulouse.fr a rencontré deux membres du collectif d'associations EDENN, un espace d'expérimentation dédié à l'alimentation et à l'agriculture urbaine au coeur du quartier des Trois-Cocus : Jean-Baptiste Ortega et Florian Champoux, respectivement co-fondateur de Synethic et co-gérant de Terreauciel.


Toulouse.fr : Pouvez-vous nous présenter EDENN ?
Jean-Baptiste Ortega et  Florian Champoux  : En février 2020,  le collectif EDENN a pris possession de l’ancien local des services techniques au 216 route de Launaguet et d’une bande de terre bordée par le périphérique, dans le quartier des Trois Cocus, soit 8000 m².
Lauréat de l'appel à projets « Dessine-Moi Toulouse », et accompagné par le parcours Adress, EDENN (Espace de Démonstration et d’Expérimentation à la Nature urbaine) est un espace dédié à l’alimentation et à l’agriculture urbaine dans les quartiers prioritaires nord de Toulouse (Izards / Trois Cocus). Il regroupe 10 structures différentes, autant de métiers et intègre des bureaux partagés, ainsi que des espaces de production agricole, une plateforme de stockage et de production de compost.


Quels objectifs poursuivez-vous ?
Nous voulons apporter la démonstration qu'il est possible de bien se nourrir même quand on vit en zone urbaine, à l’intérieur du périphérique, à condition de revoir notre façon de procéder. En d'autres termes, d'apporter la preuve qu'une agriculture urbaine est possible.
C’est un projet d’économie sociale et solidaire qui a deux objectifs : créer de l'emploi et structurer un système alimentaire solide qui va de la faux à la fourchette, autrement dit du producteur au consommateur final, basé sur les principes de l’économie circulaire.
Chaque partenaire a sa place et son rôle dans le collectif : la serre de 200 m2 gérée par la Milpa fournit les plants que Terrauciel intègre dans ses carrés maraîchers, tandis que le compost de l’association Récup Occitanie amende le terrain. D’autres structures telles que Partageons les jardins, Vrac ou la ferme de Bordebio viennent compléter cet écosystème. La liste complète des partenaires est à retrouver sur le site de Synethic.

 

Comment allez-vous utiliser la dotation de ce Prix ?
Jean-Baptiste Ortega : Ce prix va nous permettre de rémunérer un salarié chargé de la coordination, l’animation et la communication. Notre souhait à terme est de créer des emplois et d’accueillir des stagiaires, notamment des élèves de 3e pour leur faire découvrir nos métiers. EDENN représente aujourd'hui 20 emplois localisés sur le site.


Et ensuite ?
Florian Champoux
Une fois cette phase d’expérimentation terminée, Terreauciel souhaite développer l’activité d’agriculture et de maraichage sur un espace de 3 ha en bordure de l’Hers.

Jean-Baptiste Ortega : Edenn continuera de fédérer et d' accueillir tout porteur de projet souhaitant expérimenter des modes de production et consommation innovants en ville afin d’incarner pleinement son rôle de lieu "totem" des dynamiques agricoles et alimentaires futures.


Pour aller plus loin

Visiter la page dédiée à EDENN

Contacter EDENN par mel


 

Le témoignage d’un « légumeur » de Terrauciel
Boris Halimi

« J’ai toujours rêvé d’avoir un jardin. Quand j’ai vu l’annonce sur Facebook, j’ai saisi l’opportunité. A cause du confinement hélas, la première saison a été écourtée ; j’espère que cette année, nous pourrons faire une année complète avec des cultures d’hiver.
Tomates, concombres, oignons, choux-fleurs, petits pois, carottes, fraises : quelle satisfaction de récolter ses propres légumes et d’avoir réussi à les faire pousser !
Le principe est le suivant : Terrauciel nous propose un carré potager avec des cultures imposées, ensuite nous pouvons cultiver ce que nous souhaitons sur une parcelle libre. J'y ai cultivé des melons, haricots, blettes et piments.
A la saison, j’y vais tous les jours même le dimanche ! Je suis dans ma bulle, c’est mon petit coin à moi, je m’échappe de la ville, et j’en oublie même le périphérique tout proche. Ce coin de jardin, c’est aussi la rencontre et la découverte. Tous les 15 jours, il y a un atelier avec le jardinier sur un sujet thématique, tous les deux mois, c’est un barbecue, un apéro…. enfin quand les conditions sanitaires le permettent ! »

Cette expérience a été tellement enrichissante pour Boris qu'il envisage même une reconversion: aujourdhui cuisinier, il souhaite devenir jardinier. L’an dernier, il a d’ailleurs participé à la newsletter de Terrauciel et a proposé des recettes avec les légumes du moment.


C'est quoi Toulouse Impact ? 

Toulouse Métropole a lancé cet appel à projets à l'automne 2020 pour soutenir les entreprises de l'économie sociale et solidaire, dans le cadre de son Plan de relance pour l’emploi.
Découvrez les autres lauréats

article-update-date 26/04/2021

Minimes : une nouvelle phase de travaux lancée pour le Cœur de quartier
Des travaux d’aménagement sont en cours avenue des Minimes et rue du Caillou gris pour moderniser et mettre en valeur le Coeur de quartier.

Commencés en janvier 2021, les travaux de l’aménagement de l’avenue des Minimes se poursuivent.
Après le réaménagement de la place du Marché aux Cochons, il s’agit désormais d’aménager la section entre les rues de l’Abbé Sicard, de la Sainte-Famille, et l’avenue Frédéric Estève.
La durée du chantier est estimée à six mois.

Plus de végétation et de confort sur l'espace public

Les travaux engagés vont permettre:

  • la plantation d'arbres pour créer une continuité arborée
  • la poursuite de la végétalisation, notamment sur la place du Marché aux Cochons
  • l’élargissement des trottoirs existants
  • la mise aux normes des quais de bus Linéo (20 m de long)
  • la mise en valeur du Monument aux morts et de l’espace derrière l’église

La rue du Caillou Gris est également en cours d’aménagement  entre l’avenue des Minimes et la rue du Général Bourbaki.

Des travaux pour une meilleure qualité de vie 

Ces nouveaux aménagements vont permettre :

  • d'améliorer le cadre de vie et de mettre en valeur les commerces de proximité
  • d'améliorer l'accessibilité sur l'espace public et de proposer des aménagements cyclables de qualité
  • de renforcer la sécurité et le confort des usagers

 

Organisez vos déplacements pendant la durée des travaux


Les conditions de circulation et de stationnement  seront ponctuellement modifiées.
Afin de minimiser la gêne occasionnée, les travaux sur la chaussée (couche de roulement et marquage au sol) seront effectués la nuit.
L'avenue des Minimes pourra être fermée à la circulation automobile entre 21h et 6h, sauf pour des cas d'urgence.
Le stationnement et l'accès aux rues adjacentes seront interdits, en fonction des travaux.
La circulation des riverains, l'accès  aux commerces ainsi qu’aux aires de livraison seront maintenus autant que possible.

 


Les jardins, ça se partage, se cuisine et se bricole !

Apprendre à jardiner, à faire son compost, à se soigner avec les plantes et cuisiner : les rendez-vous de l’association "Partageons les jardins" sont riches et originaux. Découvrez les activités de l'association !

« Créée en 2009, l’association "Partageons les jardins" cultive les liens entre les jardiniers de la région toulousaine et réunit des acteurs locaux autour des activités liées aux différentes formes de jardins », raconte Alice Thouvenin, accompagnatrice à la création de jardins partagés au sein de cette association. 
« Partageons les jardins diffuse les valeurs des jardins partagés auprès du grand public et effectue des formations liées au jardinage écologique et citoyen. Elle accompagne également des bailleurs sociaux, communes, entreprises et structures diverses dans la création et le suivi de jardin partagé. »

Les rendez-vous de l'association

Comme son nom l'indique, l’association cultive le partage à travers des ateliers et des rencontres. Et au délà des semis et autres plantations, ce sont les relations humaines que l’association met en avant à travers ses actions. "Partageons les Jardins" fait partie du dispositif Chemin Faisant regroupant une quinzaine d'associations sur le thème de la nature. Se regrouper pour mieux communiquer : tel est leur objectif.

Retrouvez la programmation en cliquant ici.

Un jardin de 850 m²

En partenariat avec Oppidéa et la Mairie, l'association intervient sur un terrain de 850 m² situé à l’angle du chemin des Izards et de la rue des Bouquetins, sur le quartier des Trois-Cocus. « Ce terrain portait le n°15 dans le plan de la ZAC Borderouge, explique Alice Thouvenin. Il devient pour nous le "jardin des bouquetins" et nous souhaitons que les habitants se l’approprient. Nous les invitons à adopter chacun une plante et à venir créer tous ensemble ce jardin collectif ! »

Ainsi, les bénévoles planteront une haie le 28 février tandis que les adolescents de l'accueil Jeunes Renan mettront à profit leurs vacances de février pour construire des jardinières en bois afin d' aménager le jardin.


Plus d’infos

Site de Partageons les jardins
Page Facebook de l'association Partageons les jardins

En contactant la responsable par mail ou par téléphone 07 81 72 62 83

 

article-update-date 18/02/2021

Garder le lien avec Sozinho
L'association Sozinho, dans le quartier Negreneys, ne cesse de tisser les liens avec les habitants, menant un véritable projet de territoire.

Photo : Bertrand L.
L’association Sozinho a reçu le Prix "Les Audacieux" de l'appel à projets "Toulouse Impact", lancé par Toulouse Métropole en octobe 2020, et qui récompense l'initiative la plus innovante mise en place pendant la crise sanitaire de la Covid-19. Toulouse.fr a rencontré Donatien Ravinet, coordinateur de l’association.

Toulouse.fr : Les mesures prises pendant le premier confinement vous ont valu le Prix "Les Audacieux". Pouvez-vous nous présenter vos actions ?

Donatien Ravinet : Au premier confinement, nous avons fait le maximum pour garder le lien avec les habitants. Pour ce faire, nous avons agi dans trois directions : 

  • Tout d’abord, nous avons distribué dans toutes les boîtes aux lettres du quartier des attestations de déplacement et imprimé les devoirs des enfants.
  • Nous avons maintenu un accueil physique pour accompagner les habitants dans leurs démarches administratives via le numérique.
  • Enfin, nous avons proposé une programmation culturelle riche et variée, via les réseaux sociaux, soit 80 vidéos en live et 136 publications.
     

Toulouse.fr : Comment allez-vous utiliser la dotation de ce Prix ?

Donatien Ravinet : Ce prix va nous permettre d’élargir l’offre de service aux habitants au plus près de leur besoin, une véritable solidarité de proximité. Nous envisageons d’ouvrir un espace numérique pérenne, de recruter une médiatrice numérique et sociale et de former les jeunes du quartier aux métiers du numérique.
 

Toulouse.fr : Quels sont les autres projets de l’association ?

Donatien Ravinet : Initialement, l’association créée en 2010 avait pour mission la création d’événements et le suivi d’artistes émergents. En 2018, nous avons voulu nous ouvrir davantage vers l’extérieur et avons ainsi créé "la Passerelle Negreneys", un  lieu d’art, de médiation et d’accès à la culture, un lieu de rencontres dans le quartier qui à l’instar du passage sur le canal entre les quartiers nord et le centre ville réunit les habitants, ceux de la cité Caffort, ceux de la cité des Anges. La Passerelle Negreneys, c’est  un vrai projet de territoire qui s'articule autour de quatre axes : un pôle éducatif, un pôle culturel, un pôle social et des actions hors les murs. Cela représente 3500 adhérents ! Toujours motivée par cette frenétique envie de créer du lien, la Passerelle Negreneys ne cesse de s’agrandir et veut redonner vie à des locaux en bas d'immeuble. 
En 2019, nous avons repris le bar PMU du quartier et avons créé un café associatif ; une résidence d’artistes est en projet. Nous proposons des initiations artistiques chaque semaine pour les enfants et animons également les cafés-livres tous les jours à 16 h à l’école Negreneys et à l’école Marie Curie. Les livres, les sirops et jus de fruits nous permettent de créer du lien, de fortifier la confiance avec les habitants et de reccueillir leurs besoins. En juin prochain, nous envisageons d'ouvrir une cantine solidaire. 


Pour aller plus loin

Visitez le site de Sozinho et la page Facebook
Téléphone : 09 83 53 39 03


C'est quoi Toulouse Impact ? 

Toulouse Métropole a lancé cet appel à projets à l'automne 2020 pour soutenir les entreprises de l'économie sociale et solidaire, dans le cadre de son Plan de relance pour l’emploi.
Découvrez les autres lauréats

article-update-date 11/02/2021

Trois-Cocus : Noël au balcon
Vendredi 18 décembre, à partir de 17 h, la magie de Noël s'invite dans le quartier des Trois-Cocus.

Les habitants sont invités, vendredi 18 décembre à 17 h à illuminer balcons et fenêtres et à suivre une soirée festive en direct sur Facebook. Cette programmation se déroulera au centre social Izards-Borderouge et les habitants pourront le suivre sur les réseaux sociaux des partenaires.

Au programme : 

  • 17h30 / 17h45 Chants acapella (Parole d’expression)
  • 17h45 / 18h30 : Théâtre forum (Ecole citoyenne)
  • 18h30 / 18h50 : Films courts (Ménagerie -  Le Petit Cowboy)
  • 18h50 / 19h30 : Cuisine bio et métissée (Hamid Miss – Florent Sassé)
  • 19h30 / 20h00 : Blind test (DJ Parazit)

Pour suivre l’événement en direct, direction Facebook via l'évènement


Ponts-Jumeaux. Un film sur le marché !
Le comité de quartier des Ponts-Jumeaux est à l’initiative d’un film de promotion du marché de producteurs hebdomadaire.

Tous les vendredis de 16h à 19h, le quartier des Ponts-Jumeaux accueille un marché de producteurs à l ‘angle de la rue Daydé et du boulevard de Suisse. Le comité de quartier a souhaité promouvoir ce marché de proximité par la réalisation d’un film confié à l’association "Le fil rouge".

« Ce film sera diffusé vendredi 27 novembre sur le marché de 17h à 19h, sauf météo défavorable, précise Gérard Coulon, le président du comité de quartier. C’est une tranche de vie de notre marché des Ponts-Jumeaux et un encouragement aux circuits courts et à la production directe locale, bio ou en agriculture dite "raisonnée" . Le film a été réalisé chez des producteurs, et surtout sur notre marché,  pendant et hors périodes de confinement. La mairie de Toulouse et le conseil départemental de la Haute-Garonne ont cofinancé ce projet. »

Cliquez ici pour visionner le film


Informations pratiques

Marché des Ponts Jumeaux
Producteurs régionaux
Rue Cécile Brunschvicg
Le vendredi de 16h à 20h


Sept deniers Un nouveau square public

La Mairie poursuit l’aménagement du « cœur de quartier » 7 Deniers, avec la création notamment d’un square public.

Dans le cadre du programme « Cœur de quartier», la Mairie a créé, après avoir procédé à une acquisition foncière, un square près de  l’église Saint-Jean-Baptiste, situé 62, route de Blagnac.

Le monument aux morts ainsi que la stèle dédiée à l’abbé Julien Naudin, résistant et déporté ont été déplacés afin d’être mis en valeur.

Le square ainsi créé, entièrement ombragé, est agrémenté de plantes vivaces et de fleurs. Des bancs viennent compléter cet espace convivial. Cet aménagement constitue une première tranche de travaux de ce projet.


Qui était l’abbé Julien Naudin ?

Né au Lherm, ce fils d'instituteur est ordonné prêtre en 1906. Il met en place de nombreuses activités dès sa prise de fonction à Saint-Jean-Baptiste et entre en résistance en 1942, dans le mouvement Combat. Il ouvre son presbytère aux résistants traqués et héberge les personnes qui transitent par Toulouse pour s'évader par l'Espagne. Il est arrêté par la police allemande le 15 janvier 1944 sur dénonciation et interné à la prison Saint-Michel. Il est déporté à Neuengamme puis à Dachau d'où il est libéré par les Américains en mai 1945. Après la guerre, il retrouve son poste et s'implique dans l'aide aux familles des résistants déportés. Il fut décoré officier de la Légion d'honneur, Croix de guerre 1939-1945 et médaillé de la Résistance.


Cœur de quartier ?

Un cœur de quartier est une zone où plusieurs commerces participent au vivre-ensemble et à la qualité de vie des habitants et passants. L'enjeu est d'améliorer la qualité de vie dans les quartiers à travers 3 objectifs :

  • l'amélioration de l'offre commerciale et des services de proximité
  • l'amélioration de la qualité du cadre de vie
  • dynamiser la vie de quartier.

En savoir plus.


Journée du maire dans le quartier des Izards
Mercredi 18 novembre, Jean-Luc Moudenc, s'est rendu dans le quartier des Izards, accompagné notamment de Maxime Boyer, maire du quartier Trois Cocus - Borderouge - Croix Daurade - Paleficat - Grand Selve , d'Emilion Esnault, adjoint à la sécurité et à la tranquillité publiques, et de Gaëtan Cognard, conseiller municipal délégué aux actions communales en matière de politique de la ville. 

C'est dans le quartier des Izards que le maire de Toulouse s'est rendu mercredi 18 novembre pour sa 54e journée de quartier et la première, depuis son élection en juin dernier. Jean-Luc Moudenc a tenu à rassurer les habitants et leur témoigner l'engagement de la collectivité.

« Assurer la sécurité et le bien être au quotidien des habitants : en tant que maire de Toulouse, c'est ce qui m'importe. J'ai donc demandé à l'Etat un renfort policier pour reconquérir ce territoire classé zone de conquête républicaine. 30 policiers supplémentaires sont affectés au quartier. D’ici 10 jours, je dois également rencontrer le Procureur de la République. »

Plusieurs rénovations prévues

Au cours de cette visite, le maire de Toulouse a annoncé la création d’une nouvelle structure enfance-loisirs. Cette réalisation, à l’horizon 2023 fera l’objet d’une concertation avec les habitants. Le stade Rigal, l'éclairage public, le club seniors et le restaurant social seront rénovés. « Le quartier bénéficie d'un patrimoine arboré à sauvergarder et à améliorer », a précisé Jean-Luc Moudenc.

Un soutien fort à la vie associative

Le Maire a également annoncé le déménagement du Centre d'animation des Chamois qui rejoindra la salle Ernest Renan. Les locaux du Centre d'animation seront mis à disposition des associations. En 2019, 235 000 euros ont été consacrés sur le quartier à l’aide aux associations (environ 25 structures) soit 47 euros par habitants.

 

 

Une offre de logement renforcée

« Nous avons prévu la construction de nouveaux logements, a détaillé le Maire, en partenariat avec Toulouse Métropole Habitat. Ceux-ci viendront remplacer les logements démolis. Ils respecteront les normes environnementales et mêleront  logement social et accession à la propriété» De 2014 à 2020, 350 logements ont été démolis, 140 réhabilités et 1000 logements seront renconstruits d’ici 2030.

Enfin, les nouveaux commerces et le marché hebdomadaire de la place Micoulaud viennent renforcer l'offre du quartier.


Déroulé de la visite

9h45. Visite du complexe sportif des Izards

Echanges avec les associations sportives présentes :

  • KD Boxing : boxe française et kick-boxing
  • Izards Grappling Club : le grappling (signifie « lutte » en anglais) et désigne l’ensemble des techniques de contrôle, projection, immobilisation et soumission d’un adversaire dans un combat debout ou au sol, à mains nues
  • Boules Raphaël Parc, club de pétanque.
En présence de Julie Pharamond, conseillère municipale déléguée aux relations avec les clubs sportifs amateurs, et de Clément Riquet, conseiller municipal délégué aux espaces verts.

 

10h15. Visite du centre d’animation des Chamois

Rencontre avec les équipes présentes sur place. Puis présentation du projet de déménagement des services afin de permettre l'installation de nouvelles associations au sein du Centre des chamois.
En présence de Valérie Jacquet Violleau, adjointe à l’animation socioculturelle. 

Le centre  propose des ateliers pour différentes tranches d’âge, des expositions, un local de répétition pour les musiques amplifiées et un centre de loisirs dynamique. Par ailleurs, il anime la salle Ernest-Renan, riche d’une programmation dédiée au jeune public et à la musique. + d'infos.

10h30. Visite du local associatif Izards Attitude des Chamois

Cette, association citoyenne de quartier, soutient les familles dans leur rôle éducatif, les initiatives de femmes dans les quartiers, crée du lien social , des animations intergénérationnelles et interculturelles sur les Izards Trois Cocus. Plus d'infos sur cette association.

10h50. Visite du centre social - Caf et de la mairie de quartier des Izards - Borderouge

Le centre social Izards-Borderouge est géré par la Caf de la Haute-Garonne. Il est copiloté et cofinancé par la Caf et la mairie de Toulouse. Le centre social est un lieu d’écoute, d’échanges et d’initiatives qui défend les valeurs du vivre ensemble.
En présence de Daniel Rougé, Premier Adjoint à la coordination des politiques de Solidarité et d'inclusion. 

11h15. Visite du marché des Trois Cocus

Rencontre avec les commerçants. Ce marché de producteurs et de produits alimentaires se déroule 
place Micoulaud, le mercredi de 7h à 13h30.
En présence d'Olivier Arsac, adjoint à la coordination des actions relatives à la vie économique, à l'emploi, au commerce et à l'artisanat.

11h40. Visite de l’îlot des Maraîchers – Groupe Carrere

Projet de relogement de la Maison de la Justice et du Droit sur l’opération de la résidence les Maraîchers. Cette résidence, située chemin des Izards, comptera 70 logements, des commerces et une  salle de sport associative. Les travaux qui ont débuté en février 2019 devraient se terminer en février 2021.
Depuis 2009, les quartiers des Izards fait partie du Programme de Renouvellement Urbain (PRU). En savoir plus. 

 


Pour en savoir plus

Découvrez toutes les informations pratiques sur ce quartier


vidéo : un festival pour rester maître du jeu

Du 19 octobre au 3 novembre, l’école citoyenne organise le festival "Génération Pixel 5.20". Un moment ludique et éducatif autour des jeux vidéos.

Ce festival a vu le jour en 2016 : son slogan « rester maître de son jeu ». Au programme : des jeux, des ateliers de création, des débats, du théâtre forum pour apprendre mais également être vigilant face aux jeux vidéo Le festival s’ouvre le 19 octobre sur la création de la scénographie du lieu.

Le chantier scénographique : un temps fort

« Pensé comme une démarche citoyenne, ce temps fort permet d'impliquer la jeunesse dans un événement questionnant un phénomène de société qui les touche tout particulièrement : les jeux vidéo. Tout ce passe dans une ambiance de mixité sociale et intergénérationnelle, expliquent les organisateurs. Les familles sont aussi invitées. L'activité permet de se présenter comme co-constructeurs de cette action tout public et de côtoyer des professionnels, geeks, illustrateurs, producteurs culturels, comédiens. » 

Chantier scénographique (à partir de 11 ans) du 19 au 23 octobre, de 14h à 17h au centre d'animation des Chamois. Jeunes et adultes à partir de 11 ans

Le programme du Festival

  • 26 octobre au Centre d'animation des Chamois (3 Cocus) 9h30-18h
  • 28 octobre à la Maison de Quartier de La Vache (La Vache) 9h30-18h
  • 30 et 31 octobre au Grand M (Bellefontaine) (14-18h)
  • 3 novembre à la Maison de Quartier de Bagatelle (scolaires) 9h - 16h

Découvrez la programmation en téléchargeant le flyer de présentation (format.pdf)

Les Partenaires

  • Artivity : public en situation de handicap
  • Izards Attitude
  • Tackticollectif
  • Centre Social Izards Borderouge
  • Alliances et Cultures
  • AJ Bourbaki, Chamois, Carrou, Vestrepein
  • ANC
  • Muse
  • Sozinho
  • Espoir / Le Patio

Ce festival est organisé dans le respect des conditions sanitaires : temps de jeux pour environ 35', temps d'échanges et débats débat 15'.Pendant le temps de débat, les surfaces et les jeux seront désinfectés. Un coin petite enfance est prévu pour que les parents puissent participer au Festival.


Contact :
Association École Citoyenne
06 76 75 82 97
Inscription obligatoire par mail 


Un nouveau parc à la Salade
Les habitants du  quartier Minimes - Barrière de Paris bénéficient d'un nouveau parc : le parc de la Salade.

Situé au 38 avenue de Fronton, le parc de la Salade est le fruit d'une concertation des habitants et les enfants des écoles élémentaire et maternelle Lucie Aubrac.

Le projet immobilier initial  de la salade prévoyait près de 300 logements. Il a été revu pour proposer un espace vert, des équipements scolaires, et une centaine de logement. 

Un parc, divers espaces

Sur plus d'un hectare, le parc, entouré d' une soixantaine d'arbres et plus de 300 arbustes, offre divers espaces :

  • une aire de jeux,
  • des jardins partagés
  • et de  modules de fitness

A l'horizon 2025, une nouveau bâtiment sera construit pour accueillir l'école maternelle.


Cette réalisation s'inscrit dans le cadre du Plan climat qui vise, entre autres, à favoriser le retour de la nature au cœur de la ville et des quartiers.

 


Izards - Trois Cocus. "Ici, Ça bouge en bio"
Vendredi 11 septembre, de 18h à 20h, le centre social Izards Borderouge en collaboration avec les partenaires du territoire et les acteurs intervenant sur la thématique du Bio organise l’évènement "Ici ça bouge en bio". Dégustation de produits bio, soupe et buffet de fruits et légumes offerts.

Cet rendez-vous, proposé en fin de de journée vendredi 11, a pour objectif de sensibiliser les habitants à l’agriculture biologique en les informant et en dégustant les produits. Au programme.

Les enjeux de la cuisine bio et au-delà…

Rencontres et échanges avec la présence de producteurs paysans et celle de Laure Teulières, maître de conférence en histoire et militante écologiste.

Ma cité va souper

Dégustation de produits bio, soupe et buffet de fruits et légumes offerts.

Animations et ferme pédagogique

Présence d’animaux de la ferme, test à l'aveugle de produits, quiz sur l'alimentation, information sur la gestion des déchets….


Informations pratiques

Vendredi 11 septembre, de 18h à 20h ; entrée libre
Centre social Izards-Borderouge 
Métro ligne B, arrêt : Trois Cocus 
Renseignement : 05 67 04 14 80


Découvrir les sciences avec Les Petits Débrouillards

L'association Les Petits Débrouillards propose de découvrir les sciences et techniques à travers des événements originaux. Rendez-vous samedi 5 et dimanche 6 septembre avec la troisième édition du festival "aux sciences citoyen-nes".

Chaque année, l'association "Les Petits Débrouillards" organise le festival "Aux sciences citoyen·ne·s". Cette année, l'équipe propose samedi 5 et dimanche 6 septembre une soirée et une journée d'animations, de débats, de jeux pour aiguiser son regard sur le numérique.

Quel programme ?

Le samedi 5 septembre de 20h à 22h au café associatif l’Itinéraire Bis - rue de Périole - 
L'association fera appel à des scientifiques et professionnels pour échanger avec le public autour de la thématique du numérique. Et c'est dans une ambiance conviviale que les rencontres auront lieu, sous forme d'un speed-dating scientifique : les invités ont vingt minutes pour discuter avec le public à partir de leurs travaux….Et dring-dring, à chaque sonnerie, ça tourne !

Le dimanche 6 septembre de 10h à 18h
C'est aux Jardins du muséum de Borderouge
que vous pourrez retrouver Les Petits Débrouillards avec un village des sciences sous forme d'animations scienti¬iques et ludiques en plein air, au côté d’associations partenaires : Lionel Durand (The Shift Project), le Radis, Green7eam, Phoenix Micro, Tela Botanica. Animations, débats, ateliers, jeux, expositions sont au programme.

 

Quand et où ? 

  • 5 septembre de 20h à 22h : Bar des Sciences à l'Itinéraire-Bis, 22 rue de Périole 31500 Toulouse. Participation libre
  • 6 septembre de 10h à 18h : Village des sciences aux Jardins du Muséum de Borderouge, 24-26 av. Maurice Bourges-Maunoury, 31200 Toulouse. Animations à partir de 6 ans - Entrée libre

Le port du masque est obligatoire.


Qui sont Les Petits Débrouillards ?

Présente en Occitanie depuis 1986, l’association "Les Petits Débrouillards" mène des projets éducatifs aux sciences et aux techniques via ses antennes locales, au plus proche des populations urbaines, péri-urbaines et rurales. À Toulouse, l'association est basée au 18 rue de l'Aubisque.



Quand le cirque rencontre les sciences
Du 24 au 28 août, l’association les Petits Débrouillards propose un stage gratuit pour découvrir les sciences à travers le cirque. Pour les 8-12 ans !

Associer le cirque et les sciences : tel est l’objectif de ce mini-stage gratuit proposé par l’association les Petits Débrouillards du 24 au 28 août 2020 dans le quartier de la Vache .

Ainsi à travers les techniques circassiennes, les enfants de 8 à 12 ans pourront découvrir certaines notions telles que la lumière, les illusions d’optique, l’équilibre, la force…

Quand ? 

Du 24 au 28 août de 10h à 12h et de 14h à 16h 

Qui ? 

Les enfants de 8 à 12 ans 

Quel programme ?

Du cirque 

  • aérien : trapèze et tissu
  • équilibre sur des objets : boule, fil, planches à rouleaux
  • acrobatie : roulade, marche d’animaux, trampoline
  • jonglerie : assiettes chinoises, balles, anneaux, foulards

Des sciences

  • équilibre et surfaces, frottement, mouvement,
  • forces, énergie, propulsion et trajectoire
  • lumière, son, illusions d’optique

Quels intervenants ?

Ce stage sera encadré par des animateurs de l’association et par Julien Bourreau, circassien, animateur, formé à l’école du cirque de Bordeaux et diplômé d’un BPJEPS activités du cirque.

Où ?

Maison de quartier La Vache, 7 rue Marguerite Duras 

Téléchargez l'affiche ici

Pour s’inscrire ?

auprès des Petits Débrouillards par téléphone  09 82 32 51 14 ou par mel en cliquant ici 

Les enfants peuvent manger sur place à condition d'apporter leur pique-nique

Le stage est gratuit, grâce au soutien financier de la DRAC Occitanie et de Toulouse Métropole.


Plus d’info 

09.82.32.51.14
Site web  
Wikidebrouillard
Facebook

 



Création numérique au programme
Jusqu’au 14 août 2020, l’association Combustible Numérique s’installe dans les quartiers toulousains (Papus - Bagatelle - Arènes - Cépière -  Beauregard - La Vache - Reynerie - La Faourette) et propose des activités autour du numérique. A vous de cliquer !

Durant l'été, l’assocation Combustible Numérique a imaginé un dispositif itinérant de création numérique.

C'est quoi l'idée ? 

L'objectif  est de proposer des ateliers dans l'esprit "maker" pour faire découvrir et expérimenter aux habitants la modélisation et l'impression 3D, le dessin et la découpe numériques, la programmation, l’électronique et la robotique.

Comment ?

  • En organisant des ateliers gratuits, les aprés-midi de 14h à 17h, en partenariat avec plusieurs structures d'accueil présentes dans les quartiers La Vache, Papus, Bagatelle, Arènes, Beauregard, Cépière, Izards, Bellefontaine.
  • En mettant à disposition ordinateurs, imprimantes 3D, découpeuse laser, plotter de découpe, machine à badge, cartes électroniques programmables et robots. 

Pour qui ?

Les jeunes et les familles accueillis par les structures partenaires dans les quartiers La Vache, Papus, Bagatelle, Arènes, Beauregard, Cépière, Izards, Bellefontaine.

Quand ?

Les ateliers se déroulent de 14h à 17h : 

  • du 3 au 7 août au centre social Alliances et cultures au Mirail en partenariat avec Alliances et Cultures -14 chemin du Mirail - avec au programme : impression 3 D de porte clé, fabrication de pochoirs,customisation de tee-shirt, lightpainting avec robots, création de badge et de stickers
  • les 6 et 7 août au centre social Polygone en partenariat avec l' ASSQOT -7 bd de Larramet- avec au programme : création d'un jeu musical interactif
  • Du 10 au 14 août à la maison de quartier La Vache en partenariat avec Alliances et Culture -7 rue Marguerite Duras- avec au programme : impression 3 D de porte clé, découpe gravure d’un objet, fabrication de pochoirs, lightpainting avec robots

 


Secrets de quartier. Ponts-Jumeaux Comment Pierre-Paul Riquet a transformé le quartier ?

L'équipe de Toulouse.fr vous propose de poser un autre regard sur vos quartiers à travers des balades patrimoniales, sous la houlette de "passeurs de passions". Milomes et Emile Graoutesèque nous guident à travers le quartier des Ponts-Jumeaux. En route !

C’est le canal latéral à la Garonne, terminé en 1850 qui est à l’origine de deux quartiers toulousains, les Sept-Deniers rive gauche et les Ponts-Jumeaux rive droite. Toulouse.fr s’est intéressé à l’histoire des Ponts-Jumeaux, à travers les souvenirs de Milomes et Emile Graoutèsegue. Qui se cachent sous ces pseudonymes aux forts accents occitans ? 

C’est en 1950 que Milomes ouvre les yeux dans la maison construite des mains de son grand-père, située boulevard de Suisse. « Coiffeur dans le quartier St Agne, mon grand-père avait acheté un terrain sur le site d’un ancien dépôt de la briqueterie Roques et il consacrait tous ses week-ends aux travaux. Enfant, j’ai beaucoup déménagé au rythme des mutations de mon père, militaire et dans les années 1970, je suis revenu m’y installer. Pourquoi Milomes ?, poursuit-il d’une voix empreinte d’émotion. C'est le surnom donné par ma grand-mère, un Milomes était une sorte de dandy local du début du siècle.»

L’histoire d’Emile Graoutesègue, le copain de Milomes est elle aussi empreinte de beaucoup d’émotion et d’une pointe de nostalgie. Emile vit dans la maison de ses arrière grands-parents. Il y cultive l’histoire comme un jardin fleuri et durant les deux mois de confinement, ses fans se sont régalés du feuilleton historique publié quotidiennement dans la newsletter du comité de quartier. A deux voix, Milomes et Emile nous content l’histoire de leur quartier.

Le kilomètre zéro du canal du Midi

Aujourd’hui, le quartier des Ponts-jumeaux forme un triangle délimité par le canal latéral, la rue Chaussas et le boulevard de l’Embouchure.

« Au moyen âge, il n’était qu’une vaste lande marécageuse aux portes de la ville. Le Comte de Toulouse, Alphonse Jourdain, confie en 1147 ses terres aux Capitouls qui la louent pour sept deniers d’or par an à des éleveurs de la cité, raconte Emile. 
Il faudra attendre les années 1660 pour que cette terre se transforme sous l’impulsion de Pierre-Paul Riquet avec les travaux de creusement du canal Royal. Le kilomètre zéro débute au milieu de cette lande.

En 1681, le canal est inauguré et les premières barques parties du port de Sète arrivent à Toulouse. 

En 1765 débute le creusement du canal de Brienne. En 1775, François Lucas sculpte le bas-relief en marbre de Carrare : l’allégorie représente au centre la province du Languedoc désignant la direction de la mer océane à relier par un nouveau canal. En 1776 le port de l'Embouchure est achevé, le canal de Brienne inauguré. En 1789 le Canal Royal devient Canal du Midi. »

Photo Les Ponts Jumeaux et l'Ecluse - Edition : Neurdein - (Paris) - Mairie de Toulouse, Archives municipales - 9Fi2128 - 155.

Un grand site industriel

« L’arrivée de la batellerie transforme progressivement cette lande en site industriel avec la construction d‘usines, et Emile de les lister la manufacture des tabacs, allée de Brienne ; l’usine à gaz, rue du Béarnais ; l’arsenal, boulevard Armand-Duportal, les ferronneries du Midi boulevard de l’Embouchure ;  et les usines pétrolières boulevard de Suisse.
Dans les années 1850, le comte Brettes-Thurin, propriétaire d'un domaine dans le secteur du Béarnais entre le canal du Midi et le canal Latéral, transforme ses terres en lotissement pour loger les employés de ses sites industriels :  la "Société des Cités Ouvrières et Industrielles de Toulouse" est créé. Son objectif ? permettre à toute personne laborieuse d'acquérir une maison avec ses économies. Ainsi sont nées les premières ventes à crédit de biens immobiliers. Pour une coquette maison de quatre pièces avec jardin, le prix était de trois mille trois cents francs, 
ajoute Emile, le salaire d'un ouvrier était d’ environ 4.5 francs et celui d'une ouvrière, 3 francs par jour.Jusqu'en 1875 près de cinq cents maisons seront construites. »

Le quartier connaîtra aussi en 1934 la création d’une société aéronautique dans les locaux des Magasins Généraux, le hall Saint-Eloi sous l’impulsion d’Emile Dewoitine, ancien chef de fabrication chez Latécoère.

Le berceau du rugby toulousain

 

« En 1907, une association "Les amis du stade Toulousain" achète un terrain dans le quartier des Ponts-Jumeaux. La grande histoire du club commence. À partir de 1912, devant les bons résultats de l’équipe souvent invaincue, un surnom lui est attribué : "la vierge rouge", de la couleur de son maillot », raconte Emile.

« A la mi-temps des matches, les messieurs urinaient tous en ligne dans le canal. C'était une sorte de rite initiatique pour les petits garçons ! », ajoute Milomes.

 

 

Les loisirs nautiques

« Le quartier est propice aux balades sur l’eau avec des bateaux-mouches et aux concours de pêche pour les "pescofi", explique Emile. La guingette du "petit robinson" est à la mode et là si vous le souhaitiez, vous pouviez appeler Kiki et vous traversiez Garonne sur son bac, tenu par un câble, pour éviter de vous faire emporter par le courant. Il s'appelait Eugène Laballe. Jusqu'en 1958, il pouvait faire passer jusqu'à 80 personnes depuis les Ponts-Jumeaux jusqu'à Casselardit, sur la rive gauche.» Et Milomes de poursuivre : « à partir des années soixante, notre quartier se transforme radicalement. C’est la fin du transport des marchandises sur les canaux qui peu à peu s’ouvrent au tourisme fluvial. Une partie historique du port de l’Embouchure va disparaître pour laisser la place au boulevard périphérique.

 

C’en est fini également pour le stade Ernest Wallon des Ponts-Jumeaux.
Il sera transféré dans le quartier des Sept-Deniers.  Les vestiges du mur de l’octroi sont remplacés par le boulevard de Suisse. Les usines métallurgiques ont disparu, remplacées par la ZAC des Ponts-Jumeaux et ses cinq mille habitants ».

 

 


Milomes et Emile Graoutesègue : personnages réels ou fictifs ?

Ces passeurs passionnés d'histoire sont bien réels !  Il s’agit respectivement de Gérard Coulon, président du comité de quartier depuis 2019 et de Claude Marquié, vice-président.

C’est le grand-père de Gérard Coulon qui dans les années 50 est à l’origine de la création du comité de quartier. « Je me rappelle, je devais avoir une dizaine d’années ; j’assistai aux réunions du comité de quartier qui se tenait dans la salle de séjour de la maison.»

Aujourd’hui le comité de quartier des Ponts Jumeaux réunit  136 adhérents. La newsletter compte 500 abonnés.

 

 


Les prochains rendez-vous

  • 25 septembre : repas de quartier et lancement du film de promotion du marché de producteurs 
  • 26 septembre : rencontre dans le quartier autour d'une pause café
  • 27 septembre : vide-grenier

Pour aller plus loin dans la découverte

Urban-Hist, portail du patrimoine toulousain

Le site de l'office de tourisme de Toulouse

Les pages histoire du journal à Toulouse à consulter au format.pdf


La création chez vous avec le projet ZIK

Porté par  la Mairie, l’association "le Petit Cow-Boy", les acteurs du territoire et les habitants des  quartiers Trois Cocus - La Vache - Borderouge - Negreneys, le projet culturel ZIK démarré en novembre 2019 s'adapte à la crise sanitaire. Mode d'emploi.

Depuis novembre 2019, la Mairie, l’association le Petit Cow-Boy, les acteurs du territoire et les habitants des  quartiers Trois Cocus- La Vache - Borderouge - Negreneys préparent un projet créatif intitulé ZIK qui vise à faire appel aux habitants pour imaginer autrement leur ville, en images et en musiques. Avec la crise du Covid 19,  la restitution prévue le 20 juin 2020 est reportée en juin 2021 mais les actions continuent !

Comment ?

Prenez-vous en photo, filmez-vous en train de chanter (live ou play back), dansez, dites un texte sur une chanson ou une musique qui vous évoque le confinement ou qui vous a fait du bien pendant cette période !  Envoyez vos productions à l'association "Le petit cow-boy" sur ses réseaux sociaux,  par mail ou téléphone :

Les productions seront diffusées régulièrement sur le site du projet et la totalité des images sera exposée en juin 2021.


Les partenaires

  • La mairie de Toulouse et ses services
  • La Drac Occitanie
  • La préfecture de la Haute-Garonne
  • Les acteurs du terrain : Alliances et culture Nord, le centre d’animation des Chamois, l’ADLP des Chamois, le centre social les Izards Borderouge, le club de prévention Nord Toulouse, le collège Rosa Parks, le Conservatoire à rayonnement régional de Toulouse antenne de La Vache, l’EHPAD de Borderouge, le Greta, Izards attitude, la médiathèque des Izards, le Metronum, la mission accueil ejune ; Sozinho, passerelle Negreneys, le Tactikollectif, Toulouse Métropole Habitat

Plus d'infos 

En savoir plus sur ce projet culturel sélectionné par la Mairie qui souhaite inscrire la Culture au cœur du développement urbain des quartiers prioritaires.

Contact par mail 


Des légumes pour les locataires
Durant la période de confinement, les locataires de deux résidences gérées par Toulouse Métropole Habitat situées dans les quartiers Croix Daurade et Trois Cocus, ont eu le plaisir de manger les légumes de leur jardin. Explications.
 
 

Depuis 2017, Toulouse Métropole Habitat (TMH) développe l'agriculture urbaine en pied d’immeuble et a transformé deux espaces verts en terres cultivables dans les quartiers Croix Daurade et Trois Cocus. Un maraîcher professionnel a été missionné pour assurer la gestion et l’entretien. Il est garant de la bonne réalisation technique du jardin et organise régulièrement des animations avec les habitants participant au projet. Véritable lieu d’échanges et de convivialité, les associations et locataires bénéficient aujourd’hui des légumes produits sur leur lieu de vie, sans augmentation de charges.

Pourquoi cette démarche ?

  • Pour créer de nouveaux espaces innovants (terres cultivables) au sein des résidences ;
  • pour développer le lien social, l’animation sur nos résidences et quartiers ;
  • pour optimiser les charges locatives et contribuer au développement du pouvoir d’achat des locataires en distribuant gratuitement des légumes produits sur leurs lieux de vie ;
  • pour renforcer l’appropriation des résidents de leurs espaces communs ;
  • pour sensibiliser les locataires aux modes de culture, au bien et mieux manger.

Quels résultats ?

  • 1 100m² de production maraîchère professionnelle
  • diminution de 15% des charges des locataires ; 
  •  1,14 tonnes de légumes produits, soit 4 920€ de gain de pouvoir d’achat, ce qui représente environ 28 € par ménage sur une seule résidence ; 
  • les équivalents de production distribués aux locataires : 3 500 € TTC pour la résidence située Croix Daurade et 2 500 €TTC dans le quartier Trois Cocus ;
  • pendant la période de confinement, le « jardinier » a  travaillé seul sur le site de manière à entretenir les jardins et récolter les légumes qui ont été mis à disposition de 1000 habitants.

Un nouveau site

La résidence Polygone, située avenue de Grande Bretagne bénéficie à son tour de ces plantations, en collaboration avec le centre social, l’ASSQOT.  

Après avoir testé avec succès ce projet d’agriculture urbaine, l’objectif du bailleur est de le développer sur plusieurs sites, cinq résidences réparties sur le patrimoine de Toulouse Métropole Habitat ont été identifiées. Celui de la résidence Polygone, située avenue de Grande Bretagne en fait partie. Aujourd’hui, les 182 locataires bénéficient d’un jardin potager de 400 m2
Le principe est très simple : l'entreprise entretient le potager  au même titre que l'ensemble des 3000 m2 d’espaces verts. Elle s'occupe du nettoyage, de l'entretien et des plantations en fonction des saisons. Elle veille à l'arrosage. L'entreprise communique son planning d'intervention afin que les habitants qui le souhaitent puissent se joindre à elle,  apprendre et participer.
Les récoltes sont libres et gratuites.
 
Bientôt, des animations seront proposées aux locataires.

 


Toulouse Métropole habitat a remporté en 2019 le prix de l’Innovation Sociale pour ce projet d’agriculture urbaine lors du 79e Congrès HLM organisé par l’Union Sociale pour l’Habitat, en partenariat avec la Caisse d’Epargne. TMH a choisi de reverser les 5 000 € au réseau Agriville, réseau international d'innovations pédagogiques et de recherches participatives pour les agricultures urbaines. Depuis plusieurs années, le bailleur et Agriville collaborent ensemble autour de différents projets. Un partenariat qui se veut pluridisciplinaire et permet à Toulouse Métropole Habitat de rassembler des compétences et des chercheurs divers (agronomie, sociologie, économie, etc) autour de projets communs.


Sozinho : avec vous « jusqu’à nouvel ordre »
L’association "Sozinho" s’associe avec 3PA et Filigrane pour garder, ensemble, le lien. Elle propose une programmation numérique « jusqu’à nouvel ordre ».

Pour garder le lien, l’association Sozinho dans le quartier des Minimes a décidé d’unir ses forces et ses compétences avec Filigrane, basée à Lyon et 3PA, association d’éducation à l'environnement située dans la commune de Lahage (31).

Ensemble, ces trois associations proposent une programmation numérique grâce aux réseaux sociaux - notamment Facebook et instagram - sous le nom de "Jusqu’à nouvel ordre". 

Rencontre avec Donatien Ravinet, coordinateur de Sozinho

« Quelque chose est essentiel et prend tout son sens maintenant : le lien. Se voir, se saluer, échanger, parler, partager, créer ensemble. Cette programmation numérique est complémentaire des actions que nous menons pour aider dans le contexte actuel. Nous utilisons la diffusion en direct sur les réseaux sociaux pour permettre à nos publics de participer en commentant et en posant des questions. Dans réseau social, il y a social, c’est le moment de se servir des réseaux pour garder le lien avec toutes nos communautés. Regroupons nous autour du hashtag #gardonslelien, où que vous soyez, qui que vous soyez, emparez vous de ce hashtag et partagez comme beaucoup le font déjà via plein d’initiatives géniales ! "

Le principe et le programme 

Se connecter sur les comptes Facebook de l'association Sozinho et de La Passserelle Negreneys pour suivre des rendez vous précis, du lundi au dimanche. Vous pouvez suivre aussi les  #jusquànouvelordre et #gardonslelien

Consultez les activités de la semaine

  • concerts
  • ateliers artistiques
  • idées recettes de cuisine
  • soirées jeux
  • coup de cœur littéraire
  • découverte d’une ferme

Des permanences

L'association propose des permanences dans son local situé 38 rue des Anges pour accéder à un ordinateur pour des opérations indispensables, imprimer les cours et exercices des enfants ou des attestations de déplacements :

  • le lundi de 9h à 12h
  • le mercredi de 12h à 15h
  • le vendredi de 15h à 18h

Pour faciliter le bon déroulement de ces permanences, les visiteurs doivent venir avec les documents à imprimer sur une clé USB ou envoyer les documents directement sur l'adresse mail de la passerelle Negreneys.

 

Pour en savoir plus 

Association Sozinho
Contact par maill 
Page Facebook


Les Ponts-Jumeaux gardent le lien !

Le comité de quartier des Ponts-Jumeaux garde le lien. Régulièrement, une lettre numérique arrive dans les boîtes aux lettres des habitants avec des bons plans et la découverte de l’histoire du quartier ! À découvrir.

Imaginez l’après !

Le comité de quartier lance un appel à l’imagination de tous les habitants des Ponts-Jumeaux. « La récompense ? L’honneur d’être cité dans "La Lettre des Ponts-Jumeaux", après une sélection impitoyable et subjective effectuée par l’anonyme Milomes, rédacteur de La Lettre, et le non moins anonyme Graoutesègue, notre historien très (très) local, précise avec humour le président du comité de quartier,  Gérard Coulon, il s’agira de résumer en deux ou trois lignes maximum la suite de la phrase :"Depuis la fin du confinement… " Ni photos, ni pièces jointes… du texte seulement. »
Ce qui pourra donner par exemple : « Depuis la fin du confinement, je fais la fête jour et nuit avec mon voisin. Il s’appelle Raoul, et jusque-là on ne s’était parlé que par Facebook » voilà une suggestion optimiste que Milomes et Emile Graoutesègue vous offrent en préambule… A vous de jouer ! Envoyez vos contributions à cette adresse mail.

Bougez et évadez vous avec les acteurs culturels du quartier

Pratique : le marché dominical des Sept-Deniers

Le marché des Sept-Deniers a réouvert. Il a lieu tous les dimanches matin, place Job, à hauteur du  110 route de Blagnac. Plus d’infos sur la page des marchés toulousains 


Découvrez l’histoire du quartier avec Emile Graoutesègue

Au moyen âge, le pré des Sept Deniers est une vaste lande marécageuse aux portes de la ville, propriété des Comtes de Toulouse. Ces derniers louent leur terre pour sept deniers d’or à des éleveurs de la cité. Ces terres resteront ainsi jusque dans les années 1660 quand Pierre Paul Riquet commence les travaux de creusement du Canal Royal au kilomètre zéro, au milieu de cette lande. En 1850, s’achèvent les travaux du Canal Latéral à la Garonne, parachevant le rêve de Riquet : « le Canal des Deux Mers » !
C’est ce canal qui sera à l’origine des deux quartiers. Les Sept Deniers rive gauche et les Ponts Jumeaux rive droite. Les voies d’accès qui reliaient la ville à Garonne furent coupées en deux. Le chemin des Sept Deniers, de la porte Las Crosses au pont (ou port) de Blanhac, s’appellera pendant longtemps chemin Notre Dame sur la rive droite, et chemin de l’ancien pont de Blagnac rive gauche. Aujourd’hui : rue Daydé d’un côté, rue Jean Gayral de l’autre. Le réaménagement du quartier dans les années cinquante transformera ces chemins et aussi leurs noms : avenue des Sept Deniers (rue F. Schubert) chemin de traverse des Sept Deniers (chemin Garric) petit chemin des Sept Deniers (chemin de la Garonne) rue traversière des Sept Deniers (rue Puccini).
Beaucoup portent aujourd’hui des noms d’artistes : F. Schubert, G. Puccini, J.B. Lulli, L. Delibes, M. Utrillo, F. Couperin, Pablo Cazals et A. Bartholdi, le père de la Statue de la Liberté. Mais, on leur donne aussi le nom de résistants du quartier : Hubert Flourac, Jean Gayral…

Qui se cache derrière le pseudonyme d' Emile Graoutesègue ?
Passionné d'histoire et amoureux du quartier, il va au fil des semaines conter l’histoire des Ponts-Jumeaux. Réponse peut-être à la fin du confinement. Avez-vous une idée ?


Vous pouvez contacter le comité de quartier en envoyant un mail


Sciences en pyjama avec les petits débrouillards

En cette période de confinement, l'association "Les Petits Débrouillards" se creuse la tête pour vous proposer des expériences et autres pirouettes scientifiques à faire à la maison, avec ou sans ordi. Piochez !

« Parce que plus que jamais on a besoin de comprendre comment fonctionne le monde », l "Les petits débrouillards" propose tout un éventail d’activités, pour les enfants, à faire chez soi en famille ! Cette association mène, tout au long de l'année, via son antennes locales toulousaine, des projets éducatifs aux sciences et aux techniques dans les quartiers nord.

Au menu

Le site des Petits Débrouillards propose de nombreuses activités en précisant l'âge des enfants. 

  • A partir de 4 ans :  on retrouve des parcours éducatifs et ludiques d'animation de 30 minutes environ
    Tous les lundi, mercredi et vendredi, retrouvez des activités ludiques et créatives sur des thèmes scientifiques divers et variés, et la possibilité d'approfondir des notions pour les plus curieux...
     
  • Des expériences amusantes
    Connectez-vous au grimoire des Petits débrouillards, les âges sont indiqués pour chaque expérience, pour apprendre, par exemple,à transmettre un message oral à son voisin qui se trouve à plusieurs mètres de distance...
    Si vous avez envie de fabriquer un ballon supersonique dans son salon, sans casser les meubles... oui oui c'est possible : consultez le tuto vidéo ! 
     
  • Des recettes
    Pour grignoter ou faire des expériences en cuisine ! C'est par la 
    Vous avez envie d'apprendre à fabriquer du savon ? Téléchargez le grimoire d'Anaïs, animatrice. 
     
  • De la lecture 
    Pour en savoir plus sur le coronavirus avec cet  article de Kidiscience.
    Sans oublier la newsletter de l'association : vous pouvez télécharger la dernière lettre et vous inscrire pour recevoir les suivantes, une fois par semaine dans votre boîte mail !

Pour en savoir plus

Consultez la page Facebook et le site des Petits Débrouillards


Des femmes passeuses d'inspiration

Aujourd'hui avocate, médiatrice culturelle, sportive de haut niveau, ingénieure, professeure, six femmes témoignent de leur parcours et de leur engagement, avec un seul objectif : transmettre passion et envie. Une exposition à découvrir pour s'inspirer !

Trois associations installées sur le quartier des Minimes, Sozihno, Reflets 31 et la Fabrique Solidaire se sont unies autour d’un projet financé par la mairie de Toulouse : celui de mettre en lumière des projets ou parcours de femmes des quartiers prioritaires afin de partager leur plaisir d’entreprendre au quotidien et d’encourager celles qui hésitent à se lancer.
Leurs points communs ? la richesse de leur parcours, et la passion qu’elles ont chacune dans la réalisation de leurs activités.

"Femmes inspirantes"

De ce travail, est née l’exposition « Femmes Inspirantes »  qui a été présentée dans les locaux de la Maison de la Citoyenneté Nord en février 2020. Elle sera visible  le 8 mars 2020 place du Capitole dans le cadre de la semaine de l'égalité femmes hommes.

Celle-ci comprend 6 portraits accompagnés chacun de l’illustration du parcours. Cette exposition a donné lieu à un film où ces 6 femmes réagissent et s’expriment autour des notions d’échec, de parcours, de réussites...

Cette exposition est amenée à  se déplacer dans Toulouse et ses environs : elle est à disposition des  lycées, collèges, maisons de la citoyenneté, mairies... 

Photographies : Thierry Abellan ; textes : Catherine Régis; vidéo : association Sozinho


Informations pratiques

Exposition à découvrir à la Maison de la citoyenneté Nord
4, place du Marché aux cochons
Métro ligne B, station  arrêt Minimes
Tél. 05 31 22 97 00
Consulter les horaires


L’accueil jeunes de Bourbaki joue « La class »
Un groupe d’adolescents de l’accueil jeune de Bourbaki a créé une pièce de théâtre qui retrace leur quotidien au sein du collège."  La class" a été jouée à deux reprises et ouvre la voie à de nouveaux projets.

Après avoir expérimenté le théâtre forum, un groupe d’adolescents (de 13 à 15 ans) de l’accueil jeune Bourbaki a souhaité poursuivre et créer une pièce de théâtre. Ils ont choisi pour thématique l’école, sujet qui fait partie de leur quotidien. Ainsi est née « La class », une pièce de théâtre qu’ils ont écrite eux-mêmes et qui se déroule au collège. Afin de travailler ce thème, trois axes ont émergé : la classe, la cour et chez le proviseur.

Le groupe a été conseillé par un professionnel, Jean-Paul Jourdaa de l’association Vox in deserto qui les a aidés à mettre en scène la pièce, à affiner le jeu d’acteurs et à retranscrire les dialogues.

La pièce a été jouée à la fête du quartier et lors des assises métropolitaines de la politique de la ville en 2019. Ce projet a bénéficié du soutien du dispositif "Agir dans mon quartier"

Les participants

  • Marvin Bergeaud
  • Sarah Cissé
  • Maha Hamdouna
  • Ache Mahamat Dahab
  • Wissal Maatari
  • Abdurrahman Qachar
  • Khalifa Saidi
  • Dounia El Wardi
  • avec Eloise Jego, éducatrice et les animatrices, Nadia Zalmate et Blandine Rey 

Ce qu’ils ont découvert

Les diverses facettes du monde artistique : la comédie, la danse, la dramaturgie…

Ce qu’ils ont appris

  • le lâcher prise
  • la confiance en soi
  • l’expression corporelle

Ce qu’ils ont aimé

  • les différentes sorties et notamment l’escape room
  • l’adrénaline qui les a porté et qui les motive

Dispositif "Agir dans mon quartier" 

"Agir dans mon quartier" est le nom du Fonds d'Initiative et de Participation des Habitants, aide financière visant à favoriser les actions de proximité et de solidarité, ainsi qu'à faciliter l'entraide entre les habitants de certains quartiers de la ville de Toulouse. Découvrez comment candidater en cliquant ici.
 


Bouquet de saveurs au centre social Alliances et Cultures
L’atelier "cuisine du monde" du centre social Nord géré par l'association Alliances et Cultures s’apprête à vivre une année 2020 intense. Nous sommes allés à la rencontre de celles qui le font vivre.

Jeudi 10h, la cuisine du centre social Alliances et Cultures s’anime. Céline, Sandrine, Danielle, Claudia, Sakina et Hélena sont réunis autour de Sylvie. C’est elle qui est aujourd’hui aux fourneaux pour un menu diététique : cake aux crevettes, wok légumes de saison et poire invisible.

À raison d’une fois par mois, une vingtaine d’adhérentes du centre social Alliances et Cultures se retrouvent autour d’un atelier cuisine et repas partagé. La cuisine n’est qu’un prétexte pour réunir ces femmes originaires de Russie, Turquie, Italie, Algérie, de Bretagne ou du quartier. Passer une belle journée, échanger, discuter, faire des projets : voilà leur bonheur.

Sylvie raconte comment elle a découvert cet atelier cuisine : « C’est grâce à ma petite-fille. Comme elle était timide, explique-t-elle, je l’ai inscrite à la ludothèque d’Alliances et Cultures et moi, je me suis inscrite à l’atelier couture.Comme Sandrine, également. Nous avons été plusieurs à sympathiser et de nos discussions a jailli cette idée de création d’un atelier cuisine.»

Ainsi, chaque mois, une adhérente propose un thème offrant ainsi aux participants un programme varié, original et attractif. Ce sont des repas syrien, italien, africain, breton, asiatique, indien, russe voire "paléolithique" ou bien encore zéro déchets,  qui égayent les jeudis.

Un repas avec un chef

En juin 2019, l’une d’entre elle a organisé un atelier cuisine gastronomique avec un chef cuisinier. Camille et Fabien du restaurant "La parenthèse", installés au marché international de Toulouses se sont prêtés au jeu et ont mis à disposition leur cuisine et leur salle de restaurant. Sous leurs conseils, les  participantes ont concocté un menu fort sympathique : pressée de tomates au chèvre frais, truite farcie au basilic et fraisoffee. Elles ont ensuite servi leur réalisation à leurs conjoints et amis.

« Cette expérience a permis de souder le groupe ; elle a été également un véritable déclic pour nous. Nous nous sommes vues capables de réaliser des repas et nous nous sommes dit : pourquoi ne nous lancerions nous pas dans la préparation de buffets ou repas pour le public ? » "Fourchettes en folie" est née !

Des plats à emporter sur commande

Ainsi à raison d’une fois par mois, "Fourchettes en folie" propose des plats à emporter sur commande. La prochaine livraison est prévue le vendredi 17 janvier et il s'agit d'une soupe marocaine "harira". Pensez à commander votre soupe par mail ou auprès de l'accueil du centre. (15 janvier 12 h date limite)

Le groupe prépare également toutes les semaines les goûters du  CLAS (contrat d'accompagnement à la scolarité) et propose des menus apéros et buffet (mignardises, verrines, légumes de saison à croquer, desserts....)

« L’objectif, explique Halima la médiatrice, est d’autofinancer des sorties familles. Une est d’ailleurs en préparation en avril prochain pour une quarantaine de participants. »

Cette initiative est un véritable bouquet de saveurs qui associe avec bonheur l’aspect intergénérationnel, le sentiment d’être utile, la découverte de nouvelles recettes, l’équilibre alimentaire et celui du budget et la joie de partager et de rire !


Centre social Nord

12 rue Marcel Clouet
31200 Toulouse

Pour découvrir l'association Alliances et Cultures, contact par mail
Ludothèque05 61 13 35 96

 


Toulouse Nord : Noël enchanté
Le secteur Toulouse Nord et ses quartiers revêtent leur habit de lumière pour un Noël enchanté. Un cortège d’animations au programme. À découvrir !

Des animations originales

  • Lalande

Centre d’animation de Lalande
"Joyeux Noël Lili Chipie ! " spectacle pour enfants dès 1 an 
Vendredi 13 décembre à 10h
239 avenue de Fronton

  • Minimes

Centre culturel des Mazades
" Après grand, c’est comment ? " spectacle pour enfants dès 8 ans
Mercredi 18 décembre à 10h et 18h30
10 avenue des Mazades

  • Trois Cocus

Mercredi 18 décembre de 10h à 20h
" Les Izards s’illuminent pour Noël " : spectacle, contes, ateliers, veillée
en lecture, goûter pour toute la famille

Découvrez le programme

Vendredi 27 décembre de 14h30 à 17h
"Dance party" animations musicales et bals pour enfants

Centre d'animation des Chamois 11 rue des Chamois


À la rencontre du Père Noël

  • Samedi 7 décembre 
    10h - 12h30

    route d’Albi de la rue Francis-Lopez (devant la Poste), à la rue d’Avranches
    14h  - 16h30
    avenue des États-Unis (devant Carrefour Market) à la rue Jules-Ferry
  • Mercredi 18 décembre 
    10h - 12h30

    place Micoulaud
    16h30 - 18h30
    route de Blagnac, déambulation pédestre de la place Job à la rue Paul-Bernies,
  • Vendredi 20 décembre 
    De 16h à 17h30, déambulation pédestre
    place Riché
  • Samedi 21 décembre
    De 10h à 12h, déambulation pédestre et brass band
    Autour du Carré de la Maourine

Tout savoir sur les festivités de fin d'année

Une programme festivités fin d'année 2019

 

 

Téléchargez le programme, format .pdf

 

 

 

  •  

Le Parc de la Maourine, un bouquet de diversité botanique
D’une superficie de 14 ha, le Parc de la Maourine offre en partage une grande diversité botanique.12 kms de sentes permettent de le rejoindre !

Poumon vert du quartier de Borderouge, le Parc de la Maourine, né au cœur d’un site naturel est le point de convergence de 12 km de sentes qui maillent le quartier.

Trois guides passionnés qui partagent le même attachement pour ces 14 ha de diversité végétale sont nos guides.


"J'ai fortement participé à l'élaboration de ce parc" explique Francis Fantoni, référent du bureau d’études de la Direction des Jardins et Espaces Verts (Nord-Ouest de Toulouse) . Celui-ci reconnaît son bonheur et sa chance ! « Ce parc est un bouquet de diversité végétale, s’enthousiasme-t-il. « Nous faisons revivre la nature en ville" renchérit Alain Aulié,  chef d’équipe au Service des Jardins et  Espaces verts.« Quand on est dans le parc on est ailleurs, loin de l’urbanisation et c’est une véritable bouffée de sérénité » ajoute à son tour Gilles Blancafort qui assure la responsabilité de l'entretien des jardins et espaces verts du territoire Nord-Ouest. 

Un parc au cœur du quartier

L’urbanisation du quartier de Borderouge s’est développée au nord de la ville sur les anciens terrains maraîchers de Lalande et Croix Daurade. La création du parc et des sentes a été décidée au moment de la conception de la ZAC. 

« Tout en sauvegardant la zone naturelle, nous avons créé  une succession de jardins irrigués par un petit canal et une pièce d’ eau, lieux particulièrement prisés par les canards. » explique Francis Fantoni.

Côté nord, le visiteur embrasse quatre jardins d’ambiance, véritables séquences naturelles situées en face des immeubles ; le public y retrouve les espèces botaniques de plusieurs milieux :

  • la lande, 
  • le marais avec sa farandole d’ iris et de nénuphars
  • le gave pyrénéen  matérialisé par une plage de galets parsemée de végétaux typiques des lieux humides
  • la  garrigue, avec  des végétaux méditerranéens, plantés dans un milieu de roches calcaires disposées en terrasse

Une farandole de jardins aux essences diverses

Côté sud, c’est encore une succession de jardins aux essences diverses qui sont offertes aux visiteurs.

  • Le jardin du jubea,  un palmier de 150 ans d’âge et originaire du Chili, protégé car en voie de disparition
  • Le labyrinthe de buis
  • Le jardin d’ombre
  • Le jardin sec  avec ses plantes  méditerranéennes
  • Les potagers du monde  au sein du muséum d’histoire naturelle : ce site permet la découverte, la conservation, et l’étude de la faune, et de la flore ; il propose  des activités éducatives et d’animation. Découvrez les activités proposées !
  • Le verger
  • Le labyrinthe pédagogique de la biodiversité créé en avril 2018.

Des prairies favorables à la biodiversité

Le labyrinthe permet de découvrir et d’observer une prairie fleurie couleur violine, une prairie à bouquets, une prairie de fleurs sauvages et un jardin de plantes aromatiques, particulièrement favorables à la biodiversité. Ces lieux accueillent papillons, abeilles, oiseaux et insectes qui sont des alternatives  aux insecticides. 


Une fois que vous aurez accordé une première visite au parc de la Maourine, vous n’aurez de cesse que d’y revenir . A  chaque visite, privilégiez une entrée différente ; le parc en possède 11 ! choisissez une sente , il y en a 14 . Ne vous inquiétez pas . Toutes vous conduiront au parc et laissez-vous ensuite guider  par l’ humeur du jour. Chaque visite est différente tant le parc recèle de coins et de recoins, de variétés de plantes et de végétaux. Les  saisons lui apportent une ambiance et des couleurs  renouvelées qui ne pourront que vous séduire et vous donner envie d’y revenir encore et encore. Accordez-vous quelques instants  pour  vous poser sur un de ces bancs en forme de tronc d’arbres qui vous ressourceront.

Le parc en chiffres

  • 14 ha
  • 2 aires de jeu
  • 13 nichoirs  installés 
  • 3 caniparcs

 

Le saviez-vous ?

Le parc accueille une variété de crapaud endémique de la région qu’il convient de protéger . Il s’agit du pélobate cultripède, particulièrement efficace dans la chasse aux moustiques : il les mange !
Il est parfois appelé « crapaud à couteaux », en référence à ses couteaux sur les pattes arrière. Les taches sur son dos ont une forme et une disposition qui sont propres à chaque individu, de même que nous avons une empreinte digitale unique. Le Parc possède deux  mâles et une femelle.


Pour y aller

Métro ligne B - station Borderouge

A découvrir à proximité


Des conseils pour créer son entreprise
Jeudi 7 novembre, la tournée de la Banque Publique d'Investissement « entrepreneuriat pour tous » fait étape à Toulouse, salle Ernest Renan. Venez rencontrer ses conseillers !

La BPI, Banque Publique d'Investissement accompagne les entreprises et les porteurs de projets . Dans le cadre de sa mission, elle  organise une tournée « Entrepreneuriat pour tous » qui fait  étape à  Toulouse le 7 novembre

Quel public  ?

  • porteurs de projets 
  • entrepreneurs 
  • acteurs publics 

Quel programme ?

  • des témoignages d’entrepreneurs inspirants
  • des solutions pour accompagner les entrepreneurs
  • des ateliers sur l’entrepreneuriat
  • des conseils d’experts
  • des animations  pour tous

Téléchargez le programme ici !

Plus d’info sur le site de BPI France 

 

Salle Ernest Renan - quartier des 3 cocus de 14 h à 19 h 

Pour y aller : métro B - station 3 cocus

 

 


Génération pixel La maison de quartier La Vache s’anime
Ce mois d’octobre est particulièrement riche sur le quartier La Vache. Découvrez les divers événements accueillis par la maison de quartier.

De nombreux événements sur des thématiques diverses vont animer la maison de quartier la Vache ce mois d'octobre 2019. Présentation.

Samedi 12 octobre de 14h30 à 17h : Forum "moi parent de collégiens"

Des conseils, des réponses aux questions que se posent les parents, des témoignages. Ce Forum est organisé par le centre social Alliances et Cultures. Découvrez le programme détaillé (format.pdf)

Mardi 15 octobre de 9h à 13h  : "Nos quartiers ont des emplois"

Demandeurs d’emploi sur inscriptions auprès des organsimes listés dans ce document (format.pdf)

Du 21 octobre au 2 novembre : festival de jeux vidéo Génération Pixel

Un rendez-vous proposé par l'École Citoyenne autour de l’usage des jeux vidéo, consoles, arcades, espace retro-gaming, jeux en réseaux… Cette manifestation se déroule en deux temps :

  • du 21 au 25 octobre  : atelier scénographie de 14h à 17h pour faire le décor du festival ! Jeux de lumière, pochoirs, circuit imprimé géant au sol, kakemonos, objets lumineux, constructions…  et autres réjouissances ludiques !
  • Du 30 octobre au 2 novembre : festival qui vise à échanger des expériences, expérimenter, apprendre à jouer aux jeux, apprendre à décoder l'univers des jeux, accompagner les jeunes joueurs, apporter une autre vision du jeu vidéo et de ses enjeux.
    Inscriptions/informations par mail ou au 06 76 75 82 97 

L’école citoyenne est une association basée dans les quartiers Nord de Toulouse qui existe depuis 1998. Elle travaille principalement avec le théâtre forum comme outil pour débattre sur différentes problématiques de la vie et du rapport aux autres. 


Borderouge se découvre
Le carré de la Maourine s'anime samedi 14 septembre 2019 à l'occasion du forum des associations. Véritable temps fort du quartier, vous pouvez découvrir le programme !

"Borderouge se découvre" est un temps fort de la vie du quartier. Les associations et les structures du réseau des partenaires informent les habitants des multiples activités proposées durant l’année scolaire et de nombreuses animations sont proposées à cette occasion. Le rendez-vous est fixé samedi 14 septembre de 9h à 13h. Au programme  : 

  • atelier de fabrication de marque page proposé par les médiathèques Danièle Damin et les Izards
  • ludothèque par l’association 1,2,3 soleil
  • démonstrations sportives et de danse
  • concert
  • zone de gratuité proposée par l’association Animabord

Qu'est ce qu'une zone de gratuité ?
La zone de gratuité c’est pouvoir donner ce dont on n’a plus besoin, récupérer, et partager. Il n’y a ni échange, ni troc, ni argent. Il s'agit de donner une seconde vie aux objets qui dorment dans les maisons en les proposent à un autre habitant  de Borderouge.
Qu’est-ce que je peux amener ? 
Toutes sortes d’objets à donner : du matériel scolaire, des vêtements, des chaussures, des livres, des disques, des bijoux, de la vaisselle, des ustensiles…


Consulter le programme détaillé du samedi 14 septembre  (format.pdf


Carré de la Maourine

samedi 14 septembre de 9 h à 13 h
Accès métro ligne B Borderouge


La maison du projet Trois Cocus
La maison du projet trois cocus innove ; ses équipes vont, grâce à un triporteur, à la  rencontre des habitants du quartier ! Nous l’avons croisé sur notre route.

La maison du projet Trois Cocus, installée rue Ernest-Renan, fait partie des cinq maisons du projets de la ville de Toulouse. Elles permettent aux habitants de s’informer et d’échanger avec la Collectivité pour co-construire ensemble un projet de quartier, dans une ambiance conviviale. 

La maison à la rencontre des habitants

Les habitants des Trois Cocus sont invités à participer aux divers temps d’échanges proposés et d’aller à la rencontre de ses animateurs présents sur divers espaces au sein du quartier, grâce à un triporteur « maison du projet ».

Pour sa première sortie, le triporteur a posé ses roues place Micouleau à l’occasion du marché hebdomadaire du mercredi matin. L’occasion pour les habitants de rencontrer les équipes, de découvrir le projet urbain et de donner leur avis dans le cadre de la concertation réglementaire. Aux côtés des équipes de la maison du projet, on trouve celles du centre social qui offre le café aux passants.

Rendez-vous tous les premiers mercredis du mois de 11h30 à 13h à la maison du projet, 97, rue Ernest-Renan. Contact par mail


Le cinéma Utopia-Borderouge a ouvert ses portes
Le cinéma Utopia-Borderouge a ouvert ses portes mercredi 12 juin 2019 : 3 salles sont à la disposition du public. 

Le cinéma Utopia, ciné de quartier doté de trois salles, d’une salle de réunion et d’un espace bistro-restaurant avec terrasse peut accueillir jusqu’à 299 spectacteurs. Il a ouvert ses portes mercredi 12 juin 2019. Accessible en métro, il complète l’offre de cette nouvelle centralité du nord de Toulouse, dotée de nombreux services, commerces, et équipements tel que le Métronum, la salle multiactivités 2M et la Maison Municipale des familles. 

 


Cinéma Utopia Toulouse
59 Avenue Maurice Bourges-Maunoury
31200 Toulouse
Métro Ligne B -  station : Borderouge

Alliances et Cultures offre aux habitants des moments de bonheur
Installée dans le quartier "La Vache", l’association Alliances et Cultures propose depuis quatre ans des après-midi d’échanges autour d’un café "Le Temps d’un Café", ou d'événements festifs. 

Une cafetière dans les mains, une jeune femme pénètre dans la maison de quartier "La Vache". « C’est ici le café bricol »demande-t-elle timidement ?  Un groupe de mamies lui répondent par l’affirmative tandis qu’Halima et  Benoît de l’association Alliances et cultures  accueillent la visiteuse et l’accompagnent jusqu’à Marie, l’animatrice de l’association Les Petits Débrouillards.

Les acteurs du quartier impliqués

Depuis maintenant 4 ans, sous l’égide d’Alliances et cultures, un collectif s’est mis en  place pour créer une dynamique autour de la maison de quartier "la Vache". Chaque vendredi après-midi, les habitants sont invités à se retrouver "le Temps d’un Café" pour une activité portée par une association partenaire. Ainsi, au gré des semaines, l’éventail est diversifié : échanges de savoirs, café bricolage, tatouage au henné,  jeux, atelier de massage ou de danse... Le principe est de réunir les habitants et les divers acteurs de terrain -centre culturel des Mazades, école Citoyenne, Club de Prévention, BBB, Ephad Marguerite, etc.- dans le même objectif : créer du lien social.

Un climat de confiance

Ces activités, comme en témoignent les participants, apportent une véritable bouffée d’oxygène. Ils sortent plus légers, impatients de revenir, riches de nouvelles idées et de réponses à leur interrogation. « Nous sommes là en effet pour apporter notre aide, nous réorientons en fonction des problématiques et conseillons », explique Halima, la médiatrice d’Alliances et Cultures qui a su instaurer un climat de confiance avec les habitants du quartier.

Ces après-midi ont la particularité aussi d’être un moment d’échange intergénérationnel. Les résidents de l’EPHAD "Marguerite" tout proche viennent avec leurs accompagnatrices partager un café et des biscuits. L’occasion aussi de discuter de projets communs tels ce jardin potager en cours d’aménagement et qui sera ouvert aux habitants.

 

Alliances et cultures

12 rue Marcel Clouet
31200 Toulouse
site web
Ludothèque 05 61 13 35 96


Golf de Garonne : le golf coeur de ville est ouvert

Situé entre les quartiers des Sept-Deniers et de Ginestous, le Golf de Garonne vient d'ouvrir ses portes : 17 hectares, un terrain de golf de 9 trous, et un practice de 25 postes.

La mairie de Toulouse a mis à la disposition -délibération du 19 juin 2015 (format.pdf- de la Ligue de Golf 15 hectares pour réaliser un parcours de 9 trous et une zone d'entraînement, complétés d'un club-house et d'un restaurant.

Siège de la ligue de Golf Occitanie, il accueille golfeurs de haut niveau, jeunes du Pôle espoir France du CREPS, et adhérents de l'association sportive Stade Toulousain Golf. Ce nouveau complexe sportif prévoit également de faire découvrir la pratique du golf aux scolaires et à des jeunes des quartiers prioritaires. Le golf de Garonne propose des tarifs permettant au plus grand nombre de découvrir ce sport.

Golf de Garonne : carte d'identité

  • Un terrain de 9 trous compact
  • Un practice de 25 postes dont 15 couverts et une zone de petit jeu
  • Un Club House de 385 m2 construit aux normes RT 2012 composé d’un espace accueil, d’un vestiaire et des bureaux du nouveau siège de la Ligue Occitanie
  • Un golf eco-responsable, arrosé avec de l’eau recyclée et des engrais à base de boues transformées provenant de la station d’épuration Veolia

Plus d’infos

Golf de Garonne
5 allée du Golf (ex chemin de Ginestous)
31200 Toulouse
site web 
05 62 30 10 02

 


Un film pour dire non au sexisme
Les jeunes du quartier La Vache disent non au sexisme. Ils ont choisi la vidéo comme moyen d’expression et ont réalisé un court-métrage : " Non mais je rêve".

Sur une idée de l’informatrice jeunesse du Point Information jeunesse (PIJ) Quartier Nord, ils se sont inscrits au concours "buzzons contre le sexisme"  organisé par l’association Matilda.

Soutenu par trois structures du quartier, le PIJ, le club de Prévention et l’association Alliances et Cultures, un  groupe d’une dizaine de jeunes âgés de 11 à 18 ans (5 filles et 6 garçons) ont réalisé le court métrage "Non mais je rêve" de 4 min 58.

Grâce à cette action, les jeunes ont pu réfléchir sur une thématique qui les interroge. Ils ont échangé, débattu, appris à argumenter. Cette initiative leur a permis de découvrir les techniques de la création vidéo : réalisation d’un story-board,  production, repérage, choix des costumes, et accessoires, création des dialogues, jeu en tant qu’acteur, prise de vue et  réalisation.

Ainsi depuis le mois d’octobre 2018, à raison de deux mercredis par mois, le groupe s’est réuni pour réaliser ce court-métrage. Celui-ci sera projeté à l’occasion de l’assemblée générale de l’association Alliances et Cultures le lundi 24 juin 2019 et lors de la fête du Contrat Local d'Accompagnement à la Scolarité (CLAS) du quartier.

Ils espèrent maintenant que les établissements scolaires le diffusent auprès de leurs élèves et n’ont qu’une envie : renouveller l’expérience !

Le scénario 

Lucas harcèle une fille avec son groupe d’amis dans un parc. En allant se coucher le soir, il fait des cauchemars et se réveille dans le corps de Mathilda, la fille qu’il a harcelée. Il retourne voir ses amis au parc pour leur expliquer ce qui lui arrive…

Les réactions des jeunes 

« Nous avons beaucoup appris sur le vocabulaire et la technique, ça a été instructif »

« Le jeu d’acteurs, ce n’est pas facile, il faut se concentrer et contrôler ses émotions : on a mis de côté nos histoires pour travailler ensemble, mieux se connaître et pour réaliser le film »

« Pourquoi pas dans notre futur professionnel travailler dans le cinéma ? »

« Cette expérience a été éducative , on nous a donné des responsabilités…on a appris à être assidus et patients car on a mis 5-6 mois pour réfléchir au sujet, travailler sur le film, le réaliser »

« L’aventure a duré longtemps mais on l’impression que c'était court »


Ce projet a été soutenu par le dispositif national  ville-vie-vacance et par le dispositif municipal Agir dans mon quartier 


 


Une mairie de quartier à Borderouge

Lundi 1er octobre 2018, une nouvelle mairie de quartier ouvre ses portes dans le quartier de Borderouge.

Crédits photos : le quartier de Borderouge Oppidéa C.Picci

Les habitants du quartier de Borderouge bénéficient désormais d'un nouvel équipement de proximité. Une mairie, prochainement équipée d'un dispositif de recueil pour les demandes de cartes nationales d'identité et de passeport biométrique, vient d'ouvrir ses portes.  Elle est installée au rez de chaussée dans un immeuble déjà existant, sur le carré de la Maourine. 

Les démarches

Pour la délivrance d'un passeport ou d'une carte d'identité que la mairie pourra prochainement effectuer, sachez que ces démarches se font uniquement sur rendez-vous... par Internet ou par téléphone. En savoir plus.

Inscription sur les listes électorales et changement d'adresse, recensement citoyen, dossier de mariage (liste des pièces à produire)... peuvent également y être effectuées. Cliquez ici pour consulter toutes les démarches


Mairie de quartier de Borderouge

61, avenue Bourgès-Maunoury
du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h
Tél. 05 31 22 98 92
Accès : métro ligne B,  station Borderouge


Une librairie itinérante sur les marchés toulousains
Depuis plusieurs mois, la librairie itinérante "Libre cours" s'installe sur des marchés de Toulouse et de la métropole. Rencontre avec sa créatrice, Sonia Luque qui nous fait rêver.

« Lis, pense, rêve et VIS ! » : c'est la devise de Sonia Luque qui depuis quelques mois sillonne les routes de Toulouse et de la métropole avec son camion-librairie. « Je revisite le métier de libraire ! » s'exclame cette pétillante jeune femme à l'énergie débordante. Provoquer la rencontre, tisser du lien, échanger en utilisant le livre comme prétexte : voilà l'objectif qu'elle poursuit avec sa librairie itinérante "Libre cours".

Un espace douillet

librairie camion

Et Sonia de citer cette belle phrase de Paul Auster « Un livre, c'est le seul lieu au monde où deux étrangers peuvent se rencontrer de façon intime.» Sonia a su transformer son camion de 20m3 en cocon douillet et chaleureux. Sur les coussins à l'intérieur ou sur les chaises de jardin disposées sous l’auvent du camion, les visiteurs laissent vagabonder leur imagination. Sonia prévient « il n’y a pas tout dans ma petite librairie, mais il y a un peu de tout !  » 
La libraire a en effet réussi un tour de magie : réunir plus de 1500 livres destinés aux adultes et aux enfants sur des thèmes aussi variés que la littérature des 5 continents, le polar, le développement personnel, la cuisine, le jardinage et l’actualité, avec un focus sur les questions de vivre ensemble, de citoyenneté et d'interculturalité. 

Des liens chaleureux

Les premières sorties de Sonia sur les marchés ou les événements festifs rencontrent l'adhésion des publics : l'échange s'instaure autour d'un livre, le lien social se tisse. Ces relations humaines remplissent de bonheur cette militante des droits de l'homme qui pendant plus de dix ans a sillonné le monde. Elle a en effet travaillé au sein d’ONG et participé à des opérations de maintien de la paix au Congo, Haïti, Afghanistan, Kosovo, Guatemala... Dans ce concept, elle retrouve la chaleur des relations humaines et l'enthousiasme des créateurs d 'entreprises qu'elle a également rencontré ; en tant que chargée de mission au sein de Première Brique, incubateur d'innovation sociale. Le livre est le fil conducteur et un maillon primordial dans cette grande chaîne humaine.

Où trouver la librairie Libre cours ? 

A Toulouse, sur le marché de Borderouge et dans plusieurs communes de la métropole, lors d'événements festifs. Retrouvez le planning sur le site de libre cours !


Parcours d’Accompagnement pour le Développement et la Réussite en Économie Sociale et Solidaire

Sonia a été soutenue dans le cadre du dispositif Parcours Adress, pour Accompagnement pour le Développement et la Réussite en Économie Sociale et Solidaire. Financé par Toulouse Métropole et la Caisse des Dépôts et Consignations, le parcours ADRESS est piloté et animé par le Mouvement Associatif Occitanie.


Balade estivale Croix-Daurade : l'âme du XIXe siècle

C'est au carrefour de la route d'Albi, du chemin de Lanusse et du chemin de Nicol que se déroule la dernière balade de l'été 2018 à la découverte du patrimoine des quartiers toulousains. L'équipe de toulouse.fr, en collaboration avec Michel Evrard, habitant à Paleficat et membre de la société de défense du patrimoine régional "Les Toulousains de Toulouse", vous emmène à Croix Daurade.

Le point de départ de notre balade estivale sera le carrefour de la route d'Albi, du chemin de Lanusse et du chemin de Nicol, du nom de deux Capitouls qui possédaient un château à Croix-Daurade, leur « campagne ». En 1840, dans l'annuaire de la ville, les Toulousains pouvaient lire sur le quartier de Croix Daurade : « village très près de la ville, quartier charmant où beaucoup d’habitants de Toulouse vont le dimanche se délasser des fatigues de la semaine. La plupart y ont des maisons de campagne fort agréables. » 

église

« Dès 1912, on pouvait venir à Croix-Daurade par le tramway "Capitole-Pont de L’Hers", et par le train à vapeur "Pont Matabiau-Villemur", raconte Michel Evrard membre de la société de défense du patrimoine régional "Les Toulousains de Toulouse". » Aujourd'hui la voiture a supplanté ces moyens de transport et le BUN (boulevard Urbain Nord) a permis de désenclaver le quartier.
Le quartier a été préservé et le charme de ses maisons continue d'agir, comme nous pouvons le constater avec cette carte postale signée de l'éditeur toulousain Labouche,

Eglise Croix-Daurade, Labouche AMT 9fi4247

 

 

Un orgue classé

orgue

Avec son clocher-mur néoclassique à trois baies campanaires de 20 mètres, l'église veille sur la place. Sous le porche, nous pouvons admirer une croix de fer dorée, "croux daourado", datée de 1791 qui donna son nom à Croix-Daurade. 

 

Elle abrite un orgue classé monument historique en 1979 que l'association pour l'Amélioration et l'Aménagement des Biens paroissiaux de Croix-Daurade, créée en 1995, a  restauré, lui offrant une véritable renaissance. Commandé en 1855 à Bertrand Feuga, cet orgue se compose de mille tuyaux, deux claviers à mains, un clavier aux pieds. 
L'instrument fut remanié, en 1868, par Émile Poirier et Nicolas Lieberknecht. D'ailleurs en 2003 la mairie a réalisé un passage de chaque côté de l'église baptisé  Émile Poirier et Nicolas Lieberknecht.

Buffet CxD de 1868 (1000 tuyaux)  (C) photo Michel Evrard


 

De belles maisons

Bordée de platanes, la route d'Albi laisse entrevoir de part et d'autre des demeures anciennes dotées de beaux jardins ou parcs. Ces maisons de maître ou maisons plus modestes, appelées « toulousaines », en galets et briques, recouvertes de  tuiles canal possédaient chai et puits à roue noria, témoignages de leur vocation agricole passée. Les habitants pratiquaient en effet au XIXe siècle la culture de la vigne, l'élevage et le maraîchage. Nombre de ces demeures portent la signature d'Auguste Virebent. (antéfixe, oculi...).

Ces belles maisons rappellent aussi que le quartier de Croix Daurade était le lieu de villégiature des Toulousains qui venaient passer quelques jours à la campagne. Ainsi la salle Cuvier, que les habitants utilisent aujourdhui comme salle de réunion, était le réfectoire  des élèves et professeurs du petit séminaire de l’Esquille. Ils partaient à leur « campagne » de Croix Daurade et le dimanche et dimanches et jours de fêtes, étaient célébrés les offices paroissiaux. Le parc, quant à lui, était utilisé pour les processions.
 

Le Castelet, devenu mairie

le castelet
Autre trace du passé du quartier : la mairie de quartier, route d'Albi installée dans un Castelet classé.
A l'origine, il était un « petit bien de campagne » appartenant à la demoiselle Julie Demouis qui  le vendit en 1849 à Dame veuve Castan. Dans les années 1860, celle-ci fit édifier une maison de maître avec tourelles, orangeries, kiosques et décors signés toujours d'Auguste Virebent.

Théodore Ozenne, le propriétaire de l'hôtel de Bernuy - actuellement collège Fermat - l'acquit en 1895 pour en faire donation au lycée de jeunes filles Saint-Sernin. Il était affecté aux jeux, recréations et promenades. La mairie l'a transformé le 2 juillet 1998 en mairie de quartier. Photo ci-contre Castelet Mairie de quartier -  (c)  Michel Evrard
 

Le château « du pastel »


Le nom de cet ancien domaine du gardiage du capitoulat de Saint Sernin serait le rapprochement des deux mots, Pal et ficat : pieu planté. Le 5 janvier 1507, Jean de Bernuy achète le domaine à Jean Bonetti, seigneur de Bonrepos et de Bellevue. Jean de Bernuy acquit une fortune considérable grâce au commerce du pastel. Capitoul de la Daurade en 1533-1534, iIl fit construire l'hôtel qui porte son nom et qui abrite en partie le lycée Pierre de Fermat. Le dernier Bernuy a habité au château fut David qui mourut sans héritier. Il le transmit à son frère Jean de Bernuy-Villeneuve. Celui-ci chevalier de Saint Jean de Jérusalem, bailli de l'aigle et sénéchal de Malte remit en 1650 la seigneurie de Paléficat par acte de restitution à son cousin Jean de Bertier, premier président du parlement de Toulouse. Le domaine passa ensuite à l'un de ses fils Jehan puis à Antoine François de Bertier, évêque de Rieux, et prévôt du chapitre Saint Étienne.
Le 29 octobre 1705, à la mort de l'évêque, Paléficat passa à Messire Adrien de Bertier, marquis de Pinsaguel, puis à son fils    par testament du 17 février 1750. Le château fut vendu le 24 frimaire de l'an VIII à Michel Martin, homme de loi. Il ne le garda pas longtemps et le revendit à Anraud Lestrade. Plusieurs propriétaires se succédèrent ensuite et en 1890 la propriété fut acquise par Joseph Vidal, négociant de la place du Capitole.

Actuellement ce château fait l'objet d'un appel à projet dans le cadre de « dessine moi Toulouse ».

Du site de  Paleficat, vous pouvez rejoindre les bords de l'Hers pour des balades à pied ou en vélo conduisant à la découverte d'espaces naturels et verdoyants. Retrouvez les itinéraires dans les balades nature et culture  n°2 et n°4  de Toulouse Métropole.


Pour en savoir plus

Téléchargez l'article complet (format.pdf) consacré "A la découverte de Croix Daurade, village rue du XIXe siècle  ses alentours Borderouge, Trois Cocus, Grand Selve, Paléficat, les norias" rédigé par Michel Evrard habitant à Paleficat depuis 1970 et  membre des Toulousains de Toulouse, société de défense du patrimoine régional.

D'autres articles rédigés par Michel Evrard sont consultables sur le site des Toulousains de Toulouse.

Consultez ce plan en grand format


L'accueil jeune de Bourbaki, c'est super !

A Bourbaki, les jeunes apprennent à devenir autonomes. Impliqués dans la vie du quartier, ils allient avec bonheur activités de loisirs, actions de formation et opérations de solidarité.

Une quarantaine de jeunes de 11 à 17 ans fréquentent  la structure "accueil jeunes" de Bourbaki, place Stéphane Hessel, tout au long de l'année, durant les vacances scolaires et sur le temps péri-scolaire. 

Ils sont unanimes : « C'est super ! On retrouve les potes, on est accompagné dans nos démarches et on découvre plein de choses ! » Sarah, Naomie, Nadia et Estel ont en une phrase résumé trois missions principales des accueils jeunes de la mairie de Toulouse. L'un des animateurs de l'accueil jeune, Félix nous donne quelques précisions: 

Un large éventail d'activités

« C'est un large éventail d'activités que nous proposons, explique-t-il. Chaque activité est un outil pour intéresser les jeunes, établir des liens de confiance, les aider à devenir autonomes et leur transmettre les règles et les valeurs de la  vie en société. Cette année, poursuit Félix, nous avons choisi le thème de la nature et du sport. Nous allions ainsi activités de loisirs et actions éco-citoyennes. Tout en s'amusant , les jeunes apprennent à aimer et respecter l'environnement. Cet été c'est à Biarritz qu'ils effectueront un séjour, partageant leurs journées en  activités sportives (surf, natation) et nettoyage de la plage.»

Un accompagnement au quotidien

jeunes de l'accueil Bourbaki

«À travers ces activités, les jeunes racontent  posent des questions, parlent de leur problématique. C'est ainsi que nous pouvons détecter leur besoin et ensuite les orienter vers des partenaires ou des services municipaux pour leur apporter des réponses. Cela va de l'aide au devoir à des conseils en orientation, en passant par un accompagnement vers les démarches administratives, la réalisation d'un CV. Actuellement, certains sont en train de passer le permis de conduire ou le BAFA. »

L'aide de la Mairie

« La Mairie apporte une participation financière pour les séjours, les activités et, associée avec d'autres dispositifs elle aide au permis de conduire ou au BAFA. En contrepartie les jeunes s'engagent sur des chantiers. Ils sont heureux d'apporter leur aide. Ainsi à Noël, ce sont des emballages cadeaux qu'ils ont réalisés avec le Secours Populaire, ou des décorations pour un festival. Récemment, ils ont peint des parties communes  dans le quartier

Le témoignage d'Estel

«J'étais en train de peindre, raconte Estel tout sourire, quand une mamie du quartier m'a proposé son aide ». Une reconnaissance pour lui et ses amis qui les encourage à poursuivre leur action dans le quartier et pour les habitants.

« On a besoin de nous on y va ! » conclut Félix avec un grand sourire.


Éco-pâturage à la cité blanche
La mise en place d’un éco-pâturage rue Claude Bernard, à la cité blanche prévue initialement lundi 16 juillet par Toulouse Métropole et Le Nouveau Logis Méridional, filiale de CDC Habitat a été reportée à jeudi 19 juillet, 18h. Des moutons d’Ouessant vont désormais entretenir les espaces verts de manière écologique et silencieuse.

Pour fêter l'arrivée de ces moutons « tondeurs », Toulouse Métropole et Le Nouveau Logis Méridional convient jeudi 19 juillet 2018 à 18h00, tous les habitants du quartier à venir à la rencontre des animaux et à partager le verre de l’amitié. Un berger expérimenté de la société Ecomouton s’assurera régulièrement de la sécurité, de la santé et du bien-être des animaux.

 

mouton

Moutons tondeurs

Peu sensibles aux maladies, les moutons d’Ouessant sont de petite taille (moins de 50 cm). Ils n’abîment pas le terrain qu’ils occupent. Ce sont de redoutables débroussailleurs. Rustique, cette race supporte sans difficulté les variations climatiques et de grandes amplitudes thermiques.

 

 

 

La technique de l'éco-pâturage

L’éco-pâturage est certifié ISO 14001 et Haute Qualité Environnementale (HQE). Il s’inscrit dans la continuité des actions du Nouveau Logis Méridional et de Toulouse Métropole en faveur de la biodiversité et de la transition écologique. La présence silencieuse et paisible des animaux apporte calme et sérénité aux personnes qui vivent à proximité. Au printemps 2019, les promeneurs verront peut-être le troupeau s’agrandir avec les naissances. Au début de l’été, ils pourront assister à la tonte.

Une démarche de renouvellement urbain

Cette démarche s’intègre au projet global de renouvellement urbain de la Cité Blanche. L’ensemble réunira 410 logements diversifiés, collectifs et individuels, dont certains seront dédiés et adaptés aux seniors. Equipements pour la petite enfance, locaux tertiaires et associatifs sont également prévus. Pour améliorer le cadre de vie de ses habitants, le quartier bénéficiera de chemins piétonniers et cyclables. Des agrès sportifs seront aménagés au sein d’espaces paysagers formant une coulée verte. Les travaux ont commencé en 2010 et s‘échelonneront jusqu’en 2024. Le budget total de l’opération s’élève à 6 millions d’euros. 



Rendez-vous jeudi 19 juillet à 18 h 
rue Claude Bernard
Toulouse


Le nom de Guy-Novès pour l'Espace Job et son esplanade

Jean-Luc Moudenc Maire a décidé de proposer d'accoler le nom de Guy Novès à l'Espace Job et d'attribuer également son nom à l'esplanade sur laquelle cet équipement est situé.

Esplanade Espace JobLe 12 juin 2015, Jean-Luc Moudenc remettait la médaille de la Ville à Guy Novès, tout juste désigné nouveau sélectionneur du XV de France.

À cette occasion, le maire avait décidé de baptiser un lieu public de son nom. En plein accord avec Laurence Arribagé, adjointe aux Sports, Olivier Arsac, maire du quartier "Sept-Deniers Ginestous Lalande" et, bien sûr, avec l'intéressé lui-même, le Maire a décidé de proposer d'accoler le nom de Guy Novès à l'Espace Job et d'attribuer également son nom à l'esplanade sur laquelle cet équipement est situé.

« Avoir un lieu portant son nom en plein cœur du quartier des Sept-Deniers, où notre ami Guy nous a tant fait vibrer, est un juste retour des choses face au rayonnement sportif considérable qu'il a apporté à Toulouse »,  a déclaré Jean-Luc Moudenc.

 

Juin 2015. Hommage à Guy Novès

La Ville de Toulouse lui rendait hommage le vendredi 12 juin 2015 en lui remettant la Médaille de la Ville.