Groupe Aimer Toulouse
Tribune parue dans le magazine municipal A Toulouse n°79 de mai 2021.

Squats à Toulouse: l’Opposition reste dans l’ambiguïté

Pour protéger les Toulousains contre toutes formes d’occupation illicite, la Majorité municipale toulousaine a présenté, lors du dernier Conseil Municipal, une proposition demandant le renfort des pouvoirs du Maire en matière de squats. Il s’agirait de lui donner le droit de se substituer aux propriétaires défaillants et de demander l’évacuation de squats, même en période de trêve hivernale, lorsque l’urgence et les nuisances le justifient.
Alors qu’ils avaient fait mine de prendre la défense de Roland Leutard, octogénaire dont la maison était squattée en février dernier, les élus du groupe d’opposition d’extrême-gauche Archipel, comptant dans ses rangs l’ex-porte-parole du DAL 31 François Piquemal, ont refusé de soutenir cette proposition ! Fidèle à son soutien moral aux squatteurs plus qu’aux squattés, l’Opposition a crié à l’américanisation de la Police Municipale indiquant que «le Maire ne devait pas devenir un shérif». Nous déplorons cette posture idéologique qui bafoue le respect du droit de propriété et la défense des Toulousains touchés par des occupations illégales. Leur ambiguïté a été éclatante !
La Majorité municipale autour de Jean-Luc Moudenc est claire sur sa position: nous sommes conscients de la réalité que vivent certains de nos concitoyens et nous voulons leur témoigner tout notre soutien et notre détermination à faire respecter les lois de la République.

Égalité Femmes-Hommes: l’Opposition émet des vœux, nous agissons !

Lors du Conseil Municipal, l’opposition Archipel pensait faire un coup politique en dénonçant une soi-disant «absence de parité» au sein des instances municipales. Si prompte à donner des leçons, l’Opposition, décidemment bien légère, a été prise à son propre piège. Démonstration par les chiffres puisque les élues femmes, Majorité et Opposition confondues, occupent 144 sièges contre 135 sièges pour les élus hommes au sein de ces instances (commissions, jurys et comités consultatifs). Démonstration par les faits avec 11 Maires de quartier de sexe féminin contre 9 Maires de quartier de sexe masculin, et des délégations municipales «historiquement» attribuées à des hommes qui, à Toulouse, sont pilotées par des femmes comme l’urbanisme, le sport ou encore, à Toulouse Métropole, la 1re Vice-présidente en charge de l’économie. À Toulouse, les responsabilités ne sont pas attribuées selon le sexe.

L’Opposition appelle au non-respect de la loi républicaine sur le temps de travail des agents publics

Une loi de 2019 oblige toutes les mairies de France à ré-hausser le temps de travail annuel des agents publics à 35 heures par semaine. En effet, souvent, par le jeu de congés annuels au-delà des 5 semaines habituelles, le temps de travail moyen d’une partie des fonctionnaires locaux est un peu en-dessous de ces 35h. Les lois de la République s’appliquent à Toulouse comme partout ailleurs. L’Opposition nous demande, pourtant, par pur calcul politique, de ne pas appliquer cette réforme: elle se fait complice d’une minorité de syndicats d’extrême-gauche radicale.
Notre Équipe municipale est garante du respect des principes républicains: la loi ne s’applique pas à géométrie variable !

Réouverture des lieux culturels: Toulouse a proposé très tôt de l’expérimenter

Jean-Luc Moudenc, avec d’autres Maires de grandes villes, a écrit un courrier, le 12 mars 2021, à la Ministre de la Culture dans lequel il réaffirme son soutien à une réouverture rapide des lieux culturels et une reconduction de l’année blanche pour les intermittents du spectacle. Un deuxième courrier, au Président de la République, a été envoyé début avril par ces mêmes maires de grandes villes. Emmanuel Macron était ainsi interpellé pour proposer une feuille de route de la sortie de crise culturelle.

Urbanisme: Archipel face à ses contradictions

L’Opposition d’extrême-gauche a polémiqué de façon politicienne sur l’annulation de notre feuille de route des constructions de logements (le «PLUi-H») faisant, encore une fois, primer ses calculs politiques sur la défense de l’intérêt général. Ce document ambitieux, co-construit et voté à l’unanimité des 37 Maires de la Métropole (toutes tendances politiques confondues), est beaucoup plus vertueux et volontariste que la règlementation précédente pour promouvoir et protéger la nature en ville et les espaces verts. Tâchons, de notre côté, de débattre sur des projets et de ne pas utiliser une décision de justice pour en faire un trophée politique.

Les élus de la Majorité municipale Aimer Toulouse

Retrouvez cet article à écouter dans le magazine À Toulouse de mai 2021