Groupe Archipel citoyen
Tribune parue dans le magazine municipal A Toulouse n°84 de décembre 2021 et janvier 2022.

Précarité énergétique: des solutions

Fin 2019, sur le territoire de Toulouse Métropole, 13% des ménages (47 466 ménages) étaient en situation de vulnérabilité énergétique, vivant dans des passoires thermiques, renonçant à se chauffer, et voyant leur logement et leur santé se détériorer tandis que leurs fins de mois arrivent de plus en plus tôt. La crise COVID et l’explosion du prix de l’énergie viennent aggraver la situation.

Beaucoup de leviers sont d’ordre national, mais la municipalité peut et doit faire sa part. Afin d’assurer de concert justice sociale et transition énergétique, nous remettons de nouveau sur la table nos propositions et nous les complétons par de nouvelles, espérant que l’exécutif saura s’en saisir.

À court terme, il s’agit d’abord de défendre la solidarité et la santé, en permettant aux ménages précarisés de traverser l’hiver dignement. Parce que se chauffer est un besoin fondamental, nous proposons de :

  • Lancer un grand dispositif soit d’achat groupé d’énergie, verte, citoyenne et solidaire, soit de création d’un fournisseur public, associant les citoyens permettant de négocier, ou mettre en place, comme le recommande la Fondation Abbé Pierre, un service minimum de l'énergie pour permettre aux ménages en difficulté, ou sous le coup d’une coupure, de bénéficier d’une puissance minimale de 1 000 watts délivrée. À Ramonville, et à St Orens, ce type d’achats groupés a généré entre 150 et 350 euros d’économie par an, et par foyer !

À moyen et long terme, pour redonner du pouvoir de vivre et contribuer à la transition environnementale, il faut beaucoup plus accompagner les ménages dans l’amélioration de leur logement (isolation et moyens de chauffage) tout en leur permettant de changer leurs habitudes (sobriété): voici nos propositions :

  • Lancer un grand plan de rénovation énergétique de 65 millions d’euros sur 6 ans permettant de traiter 10 000 logements, et de générer 170M de retombées économiques locales. On ne peut se contenter de l’inefficace politique de subventions actuelles
  • Pérenniser et développer les dispositifs de conseil aux ménages type Civigaz, I-HEROS ou Conseil en Énergie Partagé pour offrir à terme des guichets unique énergie, pas seulement limité à la rénovation, en:
  • «Allant vers» les populations en complément des permanences disponibles,
  • Couvrant plus de population,
  • Offrant plus de conseil (éco-gestes, achat groupé, aide sur chèque énergie de l’État, conseil sur les transports et les aides à la mobilité…).

- Accélérer l’autonomie énergétique de notre territoire, en lançant la méthanisation des déchets organiques et en appuyant bien plus nos producteurs d’énergie renouvelable locaux et citoyens.
- Repenser la gouvernance métropolitaine pour que les enjeux énergétiques et environnementaux coordonnent l’action urbanistique, transports, déchets etc. via notamment un repositionnement de l’autorité organisatrice de l’énergie, aujourd’hui fantoche.

La problématique énergétique pèse aussi sur les transports: l’étalement urbain, le déséquilibre croissant d’offre de transport entre centre-ville de Toulouse, bien desservi, et nos communes éloignées, condamnées à la voiture individuelle (dont le coût d’utilisation va aller croissant avec le coût de l’énergie), contribuent à la précarisation de nos foyers. Une nouvelle fois, rappelons la nécessité d’un plan d’urgence des transports, couvrant les besoins de toute la Métropole et pas seulement de Toulouse.


Nous pouvons reprendre en main la politique énergétique de notre territoire et assurer un accès équitable aux besoins fondamentaux couverts par l’accès à l’énergie. Agissons. Maintenant.

groupe-archipelcitoyen@mairie-toulouse.fr
Facebook & Twitter: Groupe Archipel Citoyen
Les élu.e.s du groupe Archipel Citoyen

> Retrouvez les expressions politiques en écoute dans le dernier numéro de A Toulouse n°84, décembre 2021 et janvier 2022