Groupe Archipel citoyen
Tribune parue dans le magazine municipal A Toulouse n°79 de mai 2021.

Vivre ensemble, à Toulouse

Avec une troisième période de restrictions, et déjà plus d’un an de pandémie, le besoin de se réunir, de recréer le lien et surtout de respirer est plus que jamais présent.

À Toulouse, nous ne disposons que de 28 m2 d’espace vert par habitant contre 48 m2 en moyenne dans les 50 plus grandes villes de France. Pour améliorer notre bien-être et agir face au dérèglement climatique, il est urgent de donner davantage de place à la nature à Toulouse en préservant les derniers espaces non bétonnés et végétalisant largement les bâtiments et les rues. La végétalisation permet de lutter contre les îlots de chaleur urbaine, participe à la dépollution de l’air et les sols vivants absorbent l’eau de pluie. De nombreux quartiers manquent d’espaces verts de proximité qui sont parfois les seuls liens à la nature et lieux de respiration pour les personnes à faibles revenus: la nature en ville répond aussi à un objectif de justice sociale et de santé mentale, notamment chez les jeunes.

Il est indispensable que ces espaces soient accessibles à tous et toutes, et spécifiquement aux plus précaires. La logique purement répressive adoptée par la majorité, infantilisant plutôt que responsabilisant les Toulousains et Toulousaines, n’est pas adaptée à la situation. Comme le dit le philosophe Philippe Worms «La pandémie que nous vivons va durer. Soit nous demeurons dans la sidération et la subissons au jour le jour. Soit nous y résistons, et pas seulement en nous «adaptant» mais en inventant de nouvelles solutions, de nouvelles politiques.» Le rôle d’une municipalité c’est d’informer, d’accompagner et de prévenir. Il serait plus efficace de mettre en place des médiateurs de santé, des relais, afin que les gestes barrières soient correctement appliqués, les distances respectées, plutôt que d’empêcher les Toulousains et Toulousaines de s’oxygéner, au sens propre comme au figuré.

Il faut trouver de nouvelles façons de perpétuer la «convivencia» chère à notre histoire toulousaine, de créer du lien, de rendre la culture accessible dans des lieux plus ouverts, de permettre aux différents clubs sportifs amateurs et associations de reprendre leurs activités, tout en garantissant la sécurité de tous et toutes. Nombreuses sont les collectivités qui ont pris des initiatives pour consolider le lien social. À l’image de Montreuil, ou de Vénissieux, Toulouse pourrait utiliser les plateformes numériques et le site de la mairie pour recenser les citoyens et citoyennes volontaires et les mettre en relation avec les différents services. En ces temps de décisions contestées, Toulouse pourrait adosser à ces plateformes, comme à Grenoble, un comité citoyen de gestion de la crise. Cela favoriserait l’entraide et le soutien aux agents du service public toujours mobilisés, ainsi qu’aux acteurs associatifs en lien avec les plus précaires.

La ville, c’est autant un territoire qu’une communauté animée par celles et ceux qui l’habitent. À ce titre, la qualité des relations entre ces habitants et habitantes est essentielle pour faciliter et sécuriser la vie de tous et toutes au quotidien et faire vivre la démocratie collaborative. La Municipalité a pour mission de porter et développer les valeurs de civisme, bienveillance, tolérance, respect des autres et de soi-même, responsabilités individuelles et collectives et de créer des opportunités pour les Toulousains et les Toulousaines, de «faire et vivre ensemble».
Retrouvez nos propositions sur:
https://campagne2020.larchipelcitoyen.org/programme/
N’hésitez pas à nous contacter:
groupe-archipelcitoyen@mairie-toulouse.fr

Les élu·e·s du groupe Archipel Citoyen

Retrouvez cet article à écouter dans le magazine À Toulouse de mai 2021