Les Jardins de la ligne : voyage botanique

L'équipe de Toulouse.fr vous propose de poser un autre regard sur vos quartiers à travers des balades dans des jardins plus ou moins connus en compagnie d'un guide. C’est le long de l’ancienne et emblématique piste d’envol de l’Aéropostale, "la Piste des Géants" que les Jardins de la Ligne sont nés, véritable écrin botanique de l’histoire aéronautique toulousaine. En voyage !

 

Denis-Marc Raynier, adjoint au chef d’équipe des jardins et espaces verts à Montaudran nous accueille sur la "Piste des Géants", heureux de faire découvrir les Jardins de la Ligne.

«Tout petit, j’évoluais dans le parc du château de Gauré où mon père, agriculteur assurait l’entretien. Mes études au lycée d’Auzeville m’ont permis de transformer ma passion en métier et depuis 25 ans, je travaille dans le service des jardins et espaces verts de Toulouse, raconte Denis-Marc Raynier. Ce métier, poursuit-il, est un métier-passion. Nous héritons d’un patrimoine, nous l’entretenons pour le transmettre. Mais ce métier c’est aussi une philosophie. On travaille dans l’intérêt général en apportant du bien-être aux usagers ».

Sur le site des Jardins de la Ligne, Denis Marc Raynier se sent investi d’une double mission : la préservation d’un patrimoine naturel et d’un patrimoine historique.

3 continents et 8 pays évoqués

Les Jardins de la Ligne sont l’écrin d’un site historique majeur dédié à l’aéronautique : la Piste des Géants. Entre passé, présent et avenir, la Piste des Géants raconte Toulouse Aerospace, berceau de l’aéronautique toulousaine. Le 25 décembre 1918, Pierre Georges Latécoère décolle de l’aérodrome de Toulouse-Montaudran à bord d’un Salmson 2A2, premier avion construit à Toulouse, et atterrit à Barcelone 2h20 plus tard. Il vient de créer la première ligne aérienne postale française. C’est ainsi qu’est née l'aventure des lignes aériennes Latécoère, devenues l’Aéropostale après le rachat de la ligne par l’industriel Marcel Bouilloux-Lafont en 1927. Malgré sa renommée et l’ardeur de ses pionniers, l’Aéropostale, déficitaire, est rachetée en 1933 par la compagnie Air France qui maintient La Ligne jusqu’au début de la seconde guerre mondiale. Montaudran accueille ensuite un centre de maintenance d’Air France qui restera sur le site jusqu’en 2003. 

Un espace paysager de 3 hectares

Cet espace paysager de 3 hectares met en scène les ambiances des 3 continents traversés par la ligne de l'Aéropostale. Une manière de revivre l’aventure en traversant les paysages de 8 pays différents de Montaudran à Santiago du Chili.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'évocation des divers pays (France, Espagne, Maroc, Sénégal, Brésil, Argentine, Uruguay, Chili) s’annonce comme une succession de tableau et d’espèces végétales diversifiées.

L’Espagne s’illustre par une terre rouge et des oliviers centenaires tandis que les palmiers, figues de barbarie et autres cactus fixent l’attention.

Ces espaces sont irrigués par un canalet qui prend sa source auprès d’un bassin canalisant les eaux de pluie. Ce bassin de rétention a été par la magie des jardiniers transformé en jardin d’agrément et de… biodiversité ! 

C’est en effet le royaume des odonates, amphibiens, oiseaux aquatiques tels que foulques, poules d’eau et canards ! 

Une aire de jeux s’invite et fait face aux dunes de sable évoquant le Maroc.

 

 

1000 m² dédié à l'histoire de l'aéronautique

En parallèle de ce jardin des trois continents, une grande pelouse, ancien champ d'aviation accueille un manège.
A sa droite, l’entrée de l’espace muséal "l’Envol des Pionniers". Il s’agit de l’ancien château Petit-Espinet Raynal, dédié aujourd’hui à la mémoire des pionniers des lignes Latécoère et Aéropostale ainsi qu’à l’histoire du quartier de Montaudran, berceau de l’aéronautique à Toulouse, soit une exposition permanente de 1 000 m² . 
Le visiteur peut découvrir  à l’extérieur les anciens ateliers mécaniques et moteurs ainsi que la maison de la radio, qui égrène les messages des pilotes !

Enfin, un mail ombragé par des platanes offre un parking aux visiteurs de l’Envol des Pionniers et de  la Halle des Machines.

À la croisée de l'imaginaire et de la technologie

Grande halle contemporaine de 6 000 m² avec sa toiture en forme d’ailes d’avions signée par l’architecte Patrick Arotcharen, La Halle de la Machine est dédié aux arts de la rue à la croisée de l'imaginaire et de la technologie.
La Halle accueille environ 150 machines mécaniques. Certaines d'entre elles vont à la rencontre des promeneurs sur l'ancienne piste aérienne d'Air France de 2 km reconvertie en artère urbaine. Vous y retrouverez le célèbre Minotaure !


Le saviez-vous ?

Jean Mermoz a réalisé pour l'aéropostale la première traversée de l'Atlantique Sud en mai 1930. Le 7 décembre 1936, Jean Mermoz compte 8.200 heures de vols lorsqu'il disparaît à deux jours de son 32e anniversaire, à bord de sa "Croix du sud",  en traversant  l'Atlantique, direction  le Brésil. Les pilotes d'Air France portent encore une cravate noire en signe de deuil, pour rappeler le souvenir de celui qui fut aussi le premier inspecteur général de la compagnie, nommé le 15 avril 1935. 


Pour y aller

En TER :
Ligne Toulouse – Carcassonne Narbonne, arrêt Gare de Montaudran. 5mn depuis la Gare Toulouse Matabiau

En voiture :

  • En provenance de Paris/Bordeaux : sortie 20
  • En provenance de Montpellier : sortie 20
  • Parking sur place
  • Accès par la rue Valentina Terechkova puis la rue Jacqueline Auriol

En bus :

  • Linéo 8, arrêt Lavidalie
  • Ligne 23 depuis le centre-ville et les stations de métro Faculté de Pharmacie et Rangueil (ligne B), arrêt - Montaudran-Gare SCNF
  • Ligne 27, arrêt Latécoère

En Vélo:
Stations VélÔToulouse n°239 et 267

D'autres idées de balades d'été dans des jardins ?

Le jardin japonais, un havre de paix

Le parc gironis