Trois questions... aux machinistes du Gardien du temple !
Le Gardien du temple, spectacle hors norme dans les rues de Toulouse, se déroule du 1er au 4 novembre 2018. Nous avons interviewé quatre membres de la compagnie La Machine, qui sont à pied d'œuvre pour faire vivre le Minotaure et l'araignée.

Le spectacle Le Gardien du temple, c'est 195 membres de la compagnie La Machine dont 90 Toulousains impliqués, 400 agents des services de Toulouse Métropole, 80 bénévoles... C'est aussi 17 manipulateurs pour faire vivre le Minotaure en direct et 18 pour l'araignée ! Nous avons rencontré quatre d'entre eux qui nous parle de leur mission pendant les quatre jours du spectacle.

Mathilde Lemonnier

Quel est votre rôle pendant le spectacle ?

Je fais partie, avec deux autres personnes,  de l'équipe qui manipule la tête de l'araignée. Mon rôle, c'est de lui donner vie de manière naturelle, de réagir aux événéments extérieurs, à ce qui va se passer autour de nous. C'est comme une marionnette géante !

Quelle est la difficulté ?

Il faut toujours rester concentrée et veiller à ce que l'araignée soit toujours animée. Et qu'elle le soit de la manière la plus réaliste possible : il faut penser comme une araignée Il faut que le public pense que cette araignée est véritablement vivante et ne cesse d'y croire tout au long du spectacle.

Vous êtes une ancienne voltigeuse équestre, est-ce que ça vous sert pour le spectacle ?

C'est vrai que c'est un plus pour appréhender le trac, la hauteur... Même si pour Le Gardien du temple, j'ai dû apprendre à descendre en rappel et monter beaucoup plus haut ! Monter sur un cheval, ce n'est pas comme monter sur une araignée de 13 mètres de haut !

Pierre Bellivier

Quel est votre rôle pendant le spectacle ?

Je dirige tous les effets du Minotaure, c'est-à-dire sa respiration, ses attitudes sur le visage, ses crachats, éternuements, les mouvements de ses pectoraux, de son buste, ses côtes qui se gonflent et se dégonflent... Tous les effets qui aident à lui donner vie ! Je m'occupe également des ailes du Minotaure, mais chut, c'est une surprise...

Quelle est la difficulté ?

Il faut se faire oublier le plus possible. Les stars, ce sont les machines. Les parades sont également assez longues, il faut s'assurer certain confort pour garder notre aisance.

Vous avez d'autres cordes à votre arc ?

Je suis également concepteur, mécanicien et constructeur de métal. C'est moi qui ait conçu la tête du Minotaure !

Cédric Grouhau

Quel est votre rôle pendant le spectacle ?

Je suis régisseur du Minotaure. Je m'occupe de toute la coordination logistique en direct pendant le spectacle. Le Minotaure, c'est une machine de 14 mètres de haut et de 47 tonnes qui va déambuler dans les rues de Toulouse !

Quelle est la difficulté ?

Il faut pouvoir s'adapter à tous les éléments extérieurs, comme le vent, et aux imprévus, comme une voiture qui bloque le passage.

Vous êtes par ailleurs régisseur dans le milieu de la scène rock. En quoi votre rôle sur Le Gardien du Temple est différent ?

Un concert s'organise dans un lieu dédié, que ce soit une salle de spectacle, un théâtre ou même en plein air : la zone est délimitée et fixe. Pour le Gardien du Temple : la scène, c'est toute la ville de Toulouse ! C'est totalement différent en termes de logistique.

Coline Lequenne

Quel est votre rôle pendant le spectacle ?

Je suis aux Machines à effets, c'est-à-dire que je m'occupe de tous les effets spéciaux : eau, feu, pluie, vent, neige... Nous créons des dynamiques, des rythmiques pendant le parcours avec ses effets.

Quelle est la difficulté ?

La réactivité ! Il faut également être totalement synchro : si on démarre un effet trois secondes trop tard, c'est raté. Il faut que tout soit parfait. C'est d'autant plus délicat que nous travaillons sur une installation en mouvement permanent ! C'est une très grosse logistique.

Vous avez d'autres cordes à votre arc ?

Je suis également constructrice de métal en atelier. Mais cela me sert à la Machine à effets car on doit tout le temps s'adapter : adapter un ventaliteur, un canon à eau... On doit être des couteaux-suisses !


Pour aller plus loin

Découvrez l'histoire du spectacle "Le gardien du Temple"