Plan Lumière L'éclairage fait peau neuve

La Municipalité a lancé un Plan Lumière qui se déploiera sur les quatre prochaines années et permettra des économies.

Le défi ? Eclairer mieux, à consommation énergétique et à budget constants. Et ce, en poursuivant un triple objectif : « améliorer la qualité de vie et le sentiment de sécurité, valoriser le patrimoine, participer à la transition énergétique », précise Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse. De quoi rendre la ville plus belle et plus sûre.
Arnaud-Bernard, Halle aux Grains, Daurade, Pargaminières, Saint-Cyprien, Esquirol, Jean-Rieux… De nombreux sites ont déjà bénéficié d'une meilleure luminosité. Près de 90 lieux suivront leurs traces au cours des quatre prochaines années : en centre-ville ou au cœur des quartiers, les sites ont été choisis après consultation des habitants*.
Premiers concernés ? Le boulevard Lascrosses, la rue Bayard, les allées Charles-de-Fitte et l'avenue Camille-Pujol comptent parmi les réalisations programmées en 2015. Les voies piétonnes et cyclistes bénéficieront d'une attention particulière (contre-allées des grands boulevards, allées François Verdier, passages piétons, piste qui longe le canal du Midi…)

Place Dupuy    Rue Parganminières
Place Dupuy                                                            Rue Pargaminières

Objectif patrimoine

Fonctionnel, l'éclairage sert aussi à embellir la ville. Toulouse, qui est candidate à l'inscription au patrimoine mondial, participe activement à la valorisation de son patrimoine.
Saint-Sernin, le Pont Neuf, les Augustins, les Jacobins, Saint-Etienne… La municipalité a commencé par rallumer les monuments jusqu'à 2 heures du matin en hiver.
Chaque année portera un grand projet de mise en lumière.
2016 est dédiée à la place Saint-Etienne, son jardin, sa cathédrale.
Enfin, une centaine de points d'architecture ont été recensés. Leur mise en lumière est à l'étude.

Place Saint-Etienne               Pont Neuf 
Place Saint Etienne                                                                                     Pont Neuf
 

Un budget consommation maîtrisé

La Ville a renégocié certains contrats avec EDF, permettant de réduire sa facture de 400 000 euros sur deux ans. La municipalité limite les recours aux prestataires extérieurs et cherche de nouveaux financements privés… Autre démarche permettant des économies : l'utilisation de nouvelles technologies, telles que les LEDs, moins consommatrices. « La modernisation du parc de l'éclairage public nous permettra d'équilibrer la consommation engendrée par le Plan lumière, souligne Émilion Esnault, conseiller délégué à l'Éclairage public. Je me suis engagé à publier la consommation chaque année. Elle devra rester constante les deux premières années, puis baisser jusqu'en 2020. »
 


* Un audit réalisé auprès des associations de quartiers
Entre mai et octobre 2014, un audit a été réalisé dans le cadre de la démocratie de proximité. 97 associations de quartiers ont répondu (90 % des demandes seront mises en œuvre durant le mandat). Elles ont permis d'identifier trois catégories de lieux à éclairer en priorité : :

  • les endroits angoissants qui génèrent un sentiment d'insécurité
  • les lieux de vie, animés, chaleureux accueillant des commerces et de la restauration
  • les sites remarquables, monuments, patrimoine à valoriser.

Des appareils innovants

Côté réduction énergétique, l'innovation offre son lot de solutions. Parmi elles : l'installation de lampadaires à détection de formes. En test depuis plusieurs mois, cette technologie permet de réduire de 70% la consommation d'énergie par rapport à un lampadaire classique. Aux heures creuses, elle permet de lutter contre la pollution lumineuse.


Des énergies renouvelables

Les deux centrales hydroélectriques de la régie municipale génèrent l'équivalent des deux tiers de la consommation de l'éclairage public toulousain.

Chiffres de l'éclairage public