Groupe Aimer Toulouse
Tribune parue dans le magazine municipal A Toulouse n°83 de novembre 2021.

«Archipel»: de faux citoyens et de vrais politiciens !
François Piquemal, conseiller municipal du groupe «Archipel», vient d’annoncer sa candidature aux prochaines élections législatives au service de Jean-Luc Mélenchon. Les Toulousains savent maintenant à qui ils ont à faire.

La liste Archipel avait tenté de nous faire croire, au cours de la campagne municipale, que ses membres constituaient un groupe de «citoyens», indépendants des partis politiques, uniquement intéressés par les sujets municipaux et voulant «faire de la politique autrement».

On voit aujourd’hui qu’une figure majeure «d’Archipel» se revendique d’un parti politique d’extrême-gauche et se jette avec délice dans un combat politique individuel.

Notons encore que la démission de François Piquemal, début septembre, de son poste d’administrateur au Centre communal d’action sociale (CCAS) de la Mairie de Toulouse, pour se libérer du temps, laisse penser qu’il choisit de servir sa carrière politique personnelle et Jean-Luc Mélenchon plutôt que le soutien quotidien aux plus précaires.

On rappellera qu’un autre membre d’Archipel, Caroline Honvault, a été élue conseillère départementale en juin dernier tout en restant conseillère municipale d’opposition, piétinant son engagement pris devant les électeurs de non cumul des mandats.

Le faux-nez «citoyen» d’Archipel est désormais dévoilé: non seulement ce ne sont pas des «citoyens» censés être en-dehors des partis politiques, mais ce sont des vrais «politiciens à l’ancienne» ! Et, pendant ce temps, la majorité municipale «Aimer Toulouse», composée à 50% de citoyens non encartés et à 50% de citoyens assumant leurs engagements politiques divers, continue de travailler hors des clivages partisans pour + de sécurité, de vie de quartier et de mobilité.

Quand les écologistes rivalisent d’imagination pour plomber la France.
Les débats de la primaire du parti «écologiste» (EELV), en vue de l’élection présidentielle, ont été l’occasion d’une surenchère de déclarations farfelues et ô combien dangereuses de la part des candidats. En 1re position, Sandrine Rousseau, «experte en sécurité» a déclaré que «s’il y a des afghans potentiellement terroristes, il vaut mieux les avoir en France pour les surveiller». En 2e position, Delphine Batho, «grande économiste» a déclaré que «la décroissance c’est d’abord une issue de secours mais aussi un projet de société positif». Tous les chercheurs d’emploi apprécieront cette opposition à la croissance économique, qui est pourtant le seul moyen connu pour créer de l’emploi…. Et pour clore notre classement, Eric Piolle, «le père la morale», Maire de Grenoble et très proche de notre opposant municipal Antoine Maurice, qui refuse le déploiement de la 5G car cela serait uniquement utile pour regarder des films pour adultes. C’est pourtant une technologie très prometteuse pour les véhicules autonomes (contre les bouchons donc) et pour la télémédecine, par exemple.

La vision politique du parti écologiste est à présent une vision d’extrême gauche bien assumée. Olivier Faure (Premier secrétaire national du PS) et Sébastien Vincini (Premier sécrétaire fédéral du PS Haute-Garonne) ont dénoncé à leur tour, le 8 septembre dernier, «le tropisme naturel des Verts [qui] n’est pas le rassemblement de la gauche et des écologistes, mais une tendance à se tourner vers l’extrême gauche».


Les anti-vax’ à contre-courant
Le Pass sanitaire nous a permis de retrouver une vie sociale, culturelle et festive ces derniers mois. Certains extrémistes de gauche préfèrent pourtant défiler les samedis, en se revendiquant anti-pass ou anti-vax’, à l’image de l’élue d’opposition Archipel Odile Maurin, le 11 août dernier. Pourtant la vaccination, les gestes barrières et le masque sont les seuls outils qui nous permettront d’éviter un reconfinement. Toulouse s’était très rapidement mobilisée pour mettre en œuvre un plan massif de vaccination. L’ouverture des Halls 7 et 8 de l’ancien Parc des expositions de Toulouse, où plus de 5 000 injections ont pu être administrées chaque jour, en a fait le 1er vaccinodrome d’Europe. Quand certains préfèrent toujours le désordre, nous, nous préférons toujours la responsabilité et l’unité au service de tous !

 

Les élus de la Majorité municipale Aimer Toulouse