Groupe Archipel citoyen
Tribune parue dans le magazine municipal A Toulouse n°83 de novembre 2021.

Des promesses, toujours des promesses. Dans le dernier “À Toulouse” la majorité déclinait ses promesses, qu’en est-il concrètement ?


Mon quartier plus facile ?
Concernant la mobilité dans nos quartiers, la majorité indique que ses choix seront guidés par «un effort particulier pour sécuriser les cyclistes et piétons.»:

  • Selon la presse, le plan vélo de Toulouse Métropole sera terminé avec 10 ans de retard (en 2040).
  • Depuis un an aucune délibération municipale ne mentionne une quelconque amélioration des modes de transports doux. Les objectifs du Schéma Directeur Cyclable d’Agglomération de Tisseo indiquent qu’entre 2020 et 2030, pas moins de de 325,6 km de pistes cyclables devront être élaborées. Quand on sait qu’au précédent mandat, sur 5 ans, il n’y a eu que 17,1 km de pistes cyclables supplémentaires, il y a de quoi s’inquiéter. Tandis que la majorité des grandes métropoles avance à grand pas pour développer ce mode de transport, aucune infrastructure cyclable ambitieuse n’a été lancée à Toulouse.

Le budget actuel étant passé à 25 M€/an dans le cadre du plan Mobilités 2020-2025-2030, nous proposons de le doubler avec notamment une partie dédiée au développement d’un Réseau Express Vélo.

Toulouse plus tranquille ?
Afin de sécuriser la ville, la majorité privilégie une politique du chiffre en décidant d’armer la police municipale et en faisant de la répression son seul objectif. Le nombre de caméras a explosé, passant de 21 à plus de 400, sans pour autant qu’un bilan soit réalisé sur leur efficacité.
Il faut recentrer les missions de la police municipale sur le cœur de leur métier et axer leur travail sur la prévention. La police doit être envisagée comme une police de proximité, avec des actions et des liens sur tout le territoire, proche de l’échelon des quartiers. En juin 2021, les policiers municipaux ont déposé un préavis de grève illimitée: les agents s’opposent fermement à la généralisation des 35h dans la fonction publique et exigent la reconnaissance de la pénibilité de leur travail.
Comment peut-on dire qu’on souhaite faire de la sûreté une priorité quand on dénigre à ce point les conditions de travail des agents chargés de l’assurer ?

Toulouse plus mobile ?
Sur ce mandat les seuls projets actés et budgétés jusqu’en 2026 sont des projets voitures et le téléphérique. Concernant les lignes de bus, la privatisation et l’augmentation de 6% des tarifs Tisseo ne vont certainement pas dans le sens d’une facilitation des conditions d’utilisation des transports en commun.
La fameuse 3e ligne de métro, décalée à 2028, et les investissements massifs qu’elle demande, bloque les finances de Tisséo au moins jusqu’en 2030 : la municipalité est donc dans l’impossibilité de lancer d’autres projets structurants alternatifs.
La majorité promet moins de pollution avec la mise en place progressive de la ZFE. Si ce projet tardif est une bonne nouvelle pour la qualité de l’air et la santé, ce que ne dit pas le maire, c’est que n’ayant pas de politique de transports ambitieuse, il prépare une double peine pour les habitant-es : encore plus de bouchons et une baisse du pouvoir de vivre. La seule solution pour la majorité des 47 000 personnes concernées sera de remplacer leur véhicule, créant un surcoût que ne compensent pas les aides financières proposées, nous enfonçant encore plus dans la politique tout voiture.
Les associations toulousaines du transport viennent toutes de tirer la même sonnette d’alarme, demandant une ZFE socialement juste et un plan de transports à la hauteur. Que faut-il à Jean-Luc Moudenc pour prendre la mesure des défis de notre siècle? Prisonnier d’une vision des années 80, il nous enferme toutes et tous.

groupe-archipelcitoyen@mairie-toulouse.fr
Facebook & Twitter: Groupe Archipel Citoyen
Les élu.e.s du groupe Archipel Citoyen