Groupe Toulouse Ensemble

Tribune parue dans le magazine municipal à Toulouse n°69, décembre 2019 - janvier 2020.

La nature en ville au cœur du Conseil Municipal du 18 octobre 2019

Le 18 octobre dernier, lors du Conseil Municipal de Toulouse, un pas de plus dans la transition écologique a été franchi par notre Majorité lorsqu’elle a présenté un plan d’actions historique pour renforcer la Nature en Ville. Fruit de 6 mois de travail technique de la Collectivité, il s’agissait d’entériner les actions concrètes déclinant les orientations arrêtées lors du forum «Toulouse + verte» en avril dernier. Parmi ces mesures, un plan de plantations de 100 000 arbres en 10 ans, un renforcement de la nature sur l’espace public, des partenariats avec les associations concernées, un accompagnement des citoyens ou encore un soutien aux actions innovantes en matière de végétalisation. Enfin, ce plan d’actions met en place un conseil scientifique, organisme indépendant composé de spécialistes de diverses compétences pour impulser des actions en matière de biodiversité, de climat, de botanique et même de sociologie.
De plus, une Charte de l’Arbre en Ville a été approuvée. Ce document historique affirme la place indispensable de l’arbre en ville et fixe les bonnes pratiques en matière d’entretien, de protection, de gestion et de plantation des arbres sur le territoire toulousain afin de favoriser la nature en ville.
Pourtant, on aurait cru que l’Opposition soutiendrait ces différentes délibérations et ces projets car il serait logique de croire que l’ensemble des élus toulousains se retrouvent sur un tel sujet où la politique politicienne n’a pas sa place. Surprise! Pour des raisons politiciennes, le groupe Génération.s (dont Pierre Cohen) et Toulouse Écologiste et Citoyenne (dont Antoine Maurice, et Romain Cujives) ont refusé de soutenir notre plan d’actions pour la Nature en Ville après de violentes critiques qui se sont d’ailleurs soldées par une surprenante division de la Minorité. Il y a certes une cohérence car l’ancienne Majorité PS-écolo-PC n’a jamais travaillé autour des questions relatives à la nature : en effet, elle avait préféré bétonner près de la moitié du square Charles-de Gaulle et planter des bouleaux inadaptés et voués à la mort rue d’Alsace-Lorraine.
Des critiques stériles et des divisions sur un sujet aussi important que la place de la Nature en ville : la Minorité municipale part à vau-l’eau en cette fin de mandat. Enfin, contrairement à ce que peut dire l’Opposition, notre action ne se limite pas à cela. En effet, en octobre dernier, après une longue procédure, nous avons ouvert le Parc de la Poudrerie sur l’Île du Ramier. Il avait été racheté par la Collectivité en 2018 pour le préserver d’une vente à un investisseur privé qui voulait y construire des résidences de luxe. Un exemple qui montre la volonté ancienne de notre Majorité de prendre en compte le souhait des Toulousains de bénéficier d’un grand espace vert dans le centre-ville.
En plus des mesures prises à Toulouse, nous souhaitons impulser une amélioration de la qualité environnementale sur le plan national. Ailleurs, certains maires ont pris des arrêtés anti-pesticides pour interdire leur épandage à proximité des habitations. Mais, à part être des «coups de com», ces arrêtés ne sont pas efficaces car ils sont systématiquement annulés par la justice.
Face à cela, la Majorité toulousaine préfère proposer au Gouvernement des solutions efficaces en interdisant l’utilisation de ces produits sur les voies ferrées proches des habitations, près des points d’eau pour éviter de contaminer la faune etc.. Bref, une interdiction pour tous, qui ne peut passer que par la Loi. Aussi, nous souhaitons que soit entamée une réflexion pour promouvoir, à très court terme, une agriculture 100% sans pesticides autour des grandes villes.

Les élus du groupe Toulouse Ensemble

Article mis à jour le 09/12/2019