Tolosa occitana Histoire
L’occitan est une langue romane, issue du latin, tout comme l’espagnol, le français ou l’italien. Elle est parlée dans le tiers sud de la France, de Bordeaux à Nice, ainsi que dans de petits territoires en Espagne et en Italie.
Les parlers occitans locaux sont habituellement regroupés en six grandes variétés : l’auvergnat, le gascon, le languedocien, le limousin, le provençal et le vivaro-alpin.

L’occitan a une longue histoire de langue et de culture. C’est la langue des troubadours qui, dès le XIIe siècle, inventèrent une nouvelle poésie, savante et subtile, et une nouvelle conception de l’amour de la domna (la dame), mêlant idéalisation et érotisme. À cette époque, l’occitan était aussi, à côté du latin, langue administrative, utilisée pour la rédaction de chartes et d’actes notariés.
Au XVIe siècle, les élites occitanes se rallient majoritairement à la culture française dont l’État royal en construction fait la promotion et un signe d’allégeance.
L’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539) impose l’abandon de l’occitan administratif comme une contrainte légale. Désormais, l’occitan est la langue du peuple et la langue de l’intimité des élites.

Mais il garde une vitalité comme langue littéraire et continue de produire des œuvres majeures et prestigieuses. Pèire Godolin (1580- 1649) sera l’un des grands poètes de Toulouse, avec son œuvre maîtresse le Ramelet Mondin (« le bouquet toulousain »). 

Fin du XIXe : conversion linguistique au français

C’est la scolarisation massive de la fin du XIXe, qui conduit à la mise en place d’un processus massif de conversion linguistique au français. La transmission familiale de la langue se maintient d’abord en milieu rural mais s’interrompra peu à peu, notamment au lendemain de la 1re guerre mondiale.

Le XIXe et le XXe sont aussi ceux d’une volonté de renaissance à travers le Felibrige puis l’occitanisme.
La littérature d’oc produit toujours des auteurs majeurs, tels Frédéric Mistral (prix Nobel en 1904), Jean Boudou (Joan Bodon 1920-1975), Max Rouquette (1908-2005) ou Bernard Manciet (1923-2005).

Progression de l’apprentissage de l’occitan

Aujourd’hui, si la population de primo-locuteurs vieillit et décroît, l’apprentissage de l’occitan par médiation scolaire est, lui, en forte progression. Les échanges écrits en occitan n’ont sans doute jamais été aussi nombreux que depuis le développement d’Internet.

Depuis 2010, le Se canta, l’hymne occitan est aussi celui du Toulouse Football Club (TFC). Il est chanté par les supporters à chaque match de Toulouse. 

 

Téléchargez les paroles de l'hymne Se Canta (format.pdf)

 


Pour aller plus ploin

Téléchargez le guide de la culture occitane (format pdf)