Tolosa occitana Promenades dans Toulouse
Toulouse est occitane, et ça se voit ! La langue occitane, longtemps langue courante de la population toulousaine, a marqué le paysage de la ville. Le promeneur attentif et curieux retrouve aisément les traces de cette culture millénaire.

De l’occitan à tous les coins de rue !

De nombreuses rues et ruelles du centre-ville portent le nom des corps de métiers qui les occupaient.

  • Rue Pargaminières, on imagine aisément les artisans des pargamins ([pargamiss], les parchemins) indispensables aux étudiants de la grande cité universitaire qu’était déjà la ville au Moyen Âge.
  • De même, en occitan, chaudron se dit pairòl [païrol], ce qui a donné la carrièra dels pairolièrs [carrièra dés peïrouliés], aujourd’hui rue Peyrolières, pour la rue des chaudronniers.
  • Il en va ainsi avec les rues Bédelières (de budèls, les boyaux), des Filatiers (de filatièrs, les fileurs ou couturiers), des Paradoux (de paradors [paradouss], ouvriers qui apprêtaient les draps), et bien d’autres.
  • L’arrivée du français n’a pas empêché la conservation de toponymes ancrés depuis des siècles : le quartier de la Grand Selve, de Selva ([sèlvo], la forêt), la colline de Pech David, qui surplombe la ville, au sud : pech ou puech signifiant la hauteur en occitan.
  • De même, la Pujada [la pujado] (la côte, la montée) devient Lapujade, la juncassa (zone couverte de joncs) devient la Juncasse, las Pradetas [lass pradétos] (les petites prairies) deviennent les Pradettes
  • Et aussi / E tanben
    Bordelongue - Bòrda Longa (grande ferme)
    La Daurade - La Daurada (la dorée)
    La Fourguette - La Forgueta (la petite forge)
    La Faourette - La Faureta (la petite forgeronne)
    Oustalous - Ostalons (petites maisons)
    Matabiau - Mata buòu (tuer le bœuf)
    Mirail - Miralh (miroir)
    Taur - Taur (taureau)
    Terre Cabade - Terra Cavada (terre creusée)
    Tibaous - Tibauds (Thibauds, du nom des propriétaires de la métairie)
    Trois Cocus - Tres Cocuts (trois coucous)
Une bonne partie des rues de Toulouse sont adaptées ou traduites en occitan, notamment dans le centre historique… Une signalisation bilingue toulousaine désormais accessible sur l'open data de la Métropole.

Les stations de métro en occitan 

Une voix féminine annonce les stations des deux lignes de métro en français et en occitan. Ecoutez-les ...
Tisséo, le réseau de transports en commun, diffuse dans le métro les messages d'annonce des stations en français et en occitan, sa langue depuis un millénaire. Cette voix est celle de Muriel Batbie-Castell, professeur d'occitan et soprano, qui indique donc de sa douce voix en français et occitan le nom des stations. Des noms  qui restent en français lorsqu'ils sont français, traduits lorsque l'on considère qu'ils sont d'origine occitane.
Bon nombre de noms de stations  viennent d'ailleurs de l'occitan à l'origine, à l'image de « Borderouge » qui  vient de l'occitan « bòrda roja » (prononcez : bordo roudjo) et signifie ferme rouge et « Saouzelong » qui vient de « sauselong » (saouzéloung) et veut dire saule pleureur.

Visites guidées « Toulouse, occitane » 

Dans la rue ou les monuments, dans les musiques traditionnelles ou actuelles, dans les livres ou sur un tee-shirt, l'Office de tourisme vous raconte, à travers ce nouveau parcours, la culture occitane au passé et au présent.  


Pour aller plus ploin

Téléchargez le guide de la culture occitane (format pdf)