Nom de code : ANITI
L'Artificial and Natural Intelligence Toulouse Institute ou ANITI est le nom du futur institut de pointe en passe d'ouvrir à Toulouse. Le territoire toulousain a été présélectionné par l'État en 2018, pour intégrer le réseau français d’équipements interdisciplinaires dédiés à l’intelligence artificielle (IA).

Porté par l’Université de Toulouse, ce projet réunit plus de 200 chercheurs, issus de 33 laboratoires de recherche, et une trentaine d’entreprises. Il vise à inscrire Toulouse parmi les leaders qui pèseront sur les grandes innovations de demain en matière d'intelligence artificelle (IA). 

Objectif : se donner les moyens de développer une recherche de pointe et la partager avec le monde économique pour rivaliser avec les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) et leurs équivalents chinois. Car les applications de l’IA concerneront sous peu l'ensemble des secteurs, de l’usine du futur à la conduite autonome, en passant par la détection de cancer, etc. Pas question alors pour la France de ne pas participer à cette révolution technologique, au risque de perdre son indépendance économique.

Une mobilisation collective

Aux côtés des autres candidats, Toulouse, première ville en région pour la création de startups en IA, a fait valoir un potentiel déjà reconnu et mobilisé un écosystème qui compte dans ses rangs des majors comme Airbus ou Thalès.
L'Artificial and Natural Intelligence Toulouse Institute ou ANITI expérimentera une nouvelle génération d’intelligence artificielle dans les domaines des transports autonomes, de l’agriculture ou de l’environnement.
Résultat attendu en février avec, à la clé, un financement de 80 millions d’euros sur quatre ans pour la recherche, « mais aussi pour doubler le nombre d’étudiants dans la filière de l’IA, créer plus d’une centaine de startups à l’horizon 2023 et rendre les avancées dans ce domaine plus accessibles au grand public », explique le coordinateur d’ANITI, Mohamed Kaâniche (Laas-Cnrs). Financé par l’État, les partenaires industriels, universitaires et de la recherche, ANITI reçoit aussi le soutien des collectivités locales.

Ainsi, Toulouse Métropole accueillera des projets Aniti au sein du B612, bâtiment phare de l’innovation, à Montaudran, et écrin à la hauteur de ce projet majeur pour notre territoire.

Le projet toulousain a été déposé mardi 19 février 2019 auprès de l’Agence nationale de la recherche : les auditions auront lieu le 11 avril 2019.


 IA de type hybride ? 

L'intelligence artificielle apprend et arrive à des conclusions... sans que les chercheurs ne puissent toujours expliquer précisément comment ! Et cette sorte de «boîte noire» opaque se révèle peu rassurante au moment où l’homme s’apprête à lui déléguer de plus en plus de décisions qui impactent notre quotidien. Ainsi, ANITI repose sur une IA de type hybride qui ajoute du raisonnement logique au seul traitement de données. Plus lisible et surtout plus à même d’apporter des garanties en termes de fiabilité, cette approche est un impératif pour des partenaires comme Airbus qui ne peuvent laisser l’IA prendre les commandes sans certitudes...


Pour aller plus loin

Université Fédérale de Toulouse 

Agence nationale de recherche