Autour du canal du Midi #5 : une seigneurie originale

À la découverte des trésors du canal du Midi avec les Archives municipales et le concours de l'Office de tourisme : le château, les archives et les entrepôts du canal.

Élévation du château du canal du Midi, 1780. Série des Plans et profils, feuille première, vignette n° 7 (extrait), Archives des canaux du Midi.

Des bâtiments liés au statut juridique du canal du Midi

L'édit royal de 1666 ordonnant le début des travaux du canal du Midi, crée également un fief de 240 km de long sur 60 m de large dont Pierre-Paul Riquet devient le seigneur. À cette époque, la seigneurie se caractérise principalement par le fait de rendre la justice et d'exercer un droit de police sur ses terres, toujours sous le contrôle du roi. La possession du fief lui permet également de percevoir les taxes sur les marchandises et les voyageurs.
Le château, symbole du pouvoir seigneurial, est construit en 1719. Peu luxueux – il n'a jamais servi de demeure – et simplement reconnaissable à ses tours, il abritait la chambre de justice et la prison, ainsi qu'un magasin de stockage en rez-de-chaussée.

Des bâtiments liés à l'exploitation du canal

La nécessité de stocker les marchandises arrivant au port Saint-Étienne conduit les seigneurs du canal du Midi à construire des entrepôts dont certains, datant de la fin du 18e siècle, sont encore en place aujourd'hui le long de la voie d'eau. En plus du trafic de marchandises, un transport de voyageurs se met en place dès l'origine, confortable et sécurisé, même s'il fallait quatre jours pour rejoindre Béziers. Au début du 19e siècle, le bureau du receveur de la barque de poste est installé dans un bâtiment qui, plusieurs fois agrandi, deviendra le centre administratif du Service des canaux du Midi créé en 1898 par l'État. Il accueille, encore aujourd'hui les bureaux de la direction du sud-ouest des Voies navigables de France. Sur ce site se trouvait également des glacières, n'ayant aucun rôle dans l'administration du canal, mais hautement lucratives pour la famille Riquet, qui avait obtenu le droit de commercer la glace : la riche clientèle de la barque de poste pouvait ainsi s'offrir des rafraîchissements, notamment des sorbets.

Le château. Phot. Friquart, Louise-Emmanuelle ; Krispin, Laure (c) Ville de Toulouse ; (c) Inventaire général, Région Midi-Pyrénées, 2013, IVC31555_20133101332NUCA.

 

 

Un bâtiment d'archives unique en son genre

Au fil des ans, Toulouse devient ainsi le centre administratif du canal du Midi. La chambre de justice traitait les contentieux liés aux privilèges accordés aux seigneurs du canal : interdiction de labourer sur les buttes le bordant, de chasser ou de pêcher par exemple. La nécessité de fournir des titres prouvant les droits dévolus à cette seigneurie conduit la famille Riquet à faire construire un bâtiment pour les archives à proximité du château en 1750. Devenu trop exigu, il est remplacé par un nouvel édifice de style néoclassique, conçu par l'ingénieur Jean Polycarpe Maguès en 1829. Chose exceptionnelle, il a conservé sa fonction jusqu'à aujourd'hui.

Projet d'un nouveau bâtiment pour les Archives du canal, J.-P. Maguès, 1829. Archives des canaux du Midi.

 

Pour aller plus loin

> Avec les Archives municipales de Toulouse

Le château, les archives et les entrepôts du canal avec les Archives municipales de Toulouse sur Urban-Hist, le patrimoine toulousain à la carte,  site cartographique et base documentaire sur le patrimoine toulousain.

> Avec l'Office de tourisme de Toulouse

Toute l'année, l'Office de tourisme propose de découvrir le patrimoine toulousain à travers ses visites guidées