Autour du canal du Midi #6 : le port Saint-Sauveur

À la découverte des trésors du canal du Midi avec les Archives municipales et le concours de l'Office de tourisme : le port Saint-Sauveur, une création du XIXe siècle.

Le port Saint-Sauveur dans les années 1960. Carte postale, Labouche Frères. Ville de Toulouse, Archives municipales, 9 Fi 6320.

Les ports : des installations mises en place tardivement

Jusqu'au début du XVIIIe siècle, le seul port existant sur le canal du Midi est celui de l'Embouchure au niveau de la jonction du canal à la Garonne. Il permet les changements des bateaux, ceux navigant sur le canal n'étant pas adaptés aux flots impétueux du fleuve. Au niveau du château, entre les ponts Guilheméry et Saint-Sauveur, lieu où se concentre pourtant l'activité, les bateaux chargent et déchargent les marchandises sur les francs-bords, en dépit des mauvaises conditions.
Malgré les demandes réitérées du pouvoir central depuis 1685, la famille Riquet, propriétaire de la voie d'eau et de ses installations, ne réalise le premier port toulousain qu'en 1708 : le port Saint-Étienne. Pour ce faire, le canal est alors élargi et un quai est aménagé sur 200 m de long côté ville.

Le port Saint-Sauveur…

Sous la pression des négociants et des bateliers, une extension du port Saint-Étienne est réalisée peu avant la Révolution Française. 150 mètres de quai supplémentaire, en amont du pont Saint-Sauveur (actuel pont Montaudran), sont alors construits. Devant des besoins toujours grandissants, un vaste programme d'aménagements démarre en 1830, débouchant sur la création du nouveau port Saint-Sauveur. Prolongement naturel du port Saint-Étienne, il a une longueur totale de 500 mètres et une largeur de 33 mètres. Au cours du XIXe siècle, divers bâtiments sont édifiés sur les quais par l'administration du canal (entrepôts, gare des accélérées...).
…d'une activité portuaire à une activité de plaisance

Jusqu'aux années 1980, le canal était avant tout un lieu de travail, entièrement dévolu aux bateliers, ces « gens de l'eau ». Avec le déclin de la batellerie et du transport de marchandises par voies d'eau, le canal et ses berges sont devenus un lieu de loisirs, dédié à la promenade, à des pratiques sportives... Les bâtiments liés à l'activité portuaire (entrepôts pour le bois et les outils nécessaires à la réfection des ponts et des écluses, stockage des grains avant transport) installés au bord du canal, ont été remplacés par des immeubles d'habitations. Le port Saint-Sauveur, aujourd'hui port de plaisance, accueille la capitainerie dans l'un des anciens entrepôts rénovés, l'autre abritant du matériel de la Caserne des pompiers Eugène-Lougnon située en face.

Le port Saint-Sauveur avec, au 1er plan, l'ancien entrepôt rénové accueillant aujourd'hui la capitainerie. Phot. Friquart, Louise-Emmanuelle ; Krispin, Laure, Ville de Toulouse ; Inventaire général, Région Midi-Pyrénées, 2013, IVC31555_20103100750NUCA.

 

Pour aller plus loin

> Avec les Archives municipales de Toulouse

Le port Saint-Sauveur avec les Archives municipales de Toulouse sur Urban-Hist, le patrimoine toulousain à la carte,  site cartographique et base documentaire sur le patrimoine toulousain.

> Avec l'Office de tourisme de Toulouse

Toute l'année, l'Office de tourisme propose de découvrir le patrimoine toulousain à travers ses visites guidées