Autour du canal du Midi # 8 : l'écluse Bayard

À la découverte des trésors du canal du Midi avec les Archives municipales et le concours de l'Office de tourisme : le site de l'écluse Bayard, des transformations liées à l'évolution urbaine.

La gare Matabiau, le canal du Midi et le pont Bayard, vers 1950. L'arche du canal de dérivation alimentant le moulin est toujours visible à côté du pont.
Ed. Estel (Blois), Ville de Toulouse, Archives municipales, 9 Fi 4313

Une écluse double

Les cinq écluses de Toulouse sont les premières à être exécutées sur le cours du canal, ce qui peut expliquer les hésitations quant à la forme et aux techniques de construction à adopter. Construite une première fois en 1667, dotée d'un seul bassin, l'écluse de Bayard est réédifiée en 1670, suite à l'accident qui a endommagé l'écluse des Minimes.
Un système d'écluse double est alors utilisé, permettant de franchir le fort dénivelé en toute tranquillité. L'écluse reviendra à un seul bassin lors des travaux des années 1970 dans le cadre de la mise au gabarit Freycinet. L'écluse, ouvrage d'art permettant aux bateaux de franchir les différences de niveaux entre les biefs, se présente rarement seule dans le paysage, elle est le plus souvent accompagnée de divers équipements qui lui sont liés : pont ou passerelle, maison d'éclusier...
Le site de l'écluse Bayard comprend quant à lui un pont, une passerelle, une maison d'éclusier, toujours en place, ainsi qu'un moulin, disparu au début du 20e siècle.

Plan de Bayard (logement de l'éclusier, moulin, logement du meunier), vers 1760. Archives des canaux du Midi, Fa 504-54.

Une écluse associée à un moulin

La vocation économique du canal des Deux-Mers ne se réduit pas aux profits engendrés par le transport des marchandises et des voyageurs, elle comprend également toutes sortes d'activités artisanales bénéficiant de la voie d'eau. Pêche, culture des francs-bords (céréales et pépinières), lessivage du linge ou encore moulins profitent de l'eau et de sa force motrice. Comme de nombreuses écluses du canal du Midi, celle de Bayard est pourvue dès l'origine d'un moulin à moudre le blé, affermé pour la première fois en 1674 au meunier Pierre Arquier. Désaffecté au cours du 19e siècle, il est détruit en 1909. La rue du Moulin-Bayard en conserve toutefois le souvenir.

L'écluse Bayard à Toulouse, 1ère moitié du 19e siècle, Léon Soulié. Ville de Toulouse, Musée des Augustins, RO 607 (don Bégué).

Une écluse pourvue d'une maison éclusière et d'un pont

Installée tout d'abord rive droite, la maison éclusière est déplacée rive gauche (au n°12 boulevard Bonrepos) en 1856 lors de la construction de la gare Matabiau. Toujours en place, elle accueille aujourd'hui la Maison du vélo. La mise en place du pont est également liée à l'installation de la gare, afin de créer un accès direct au centre ville et d'accueillir l'afflux de voyageurs et de marchandises. Sa construction par la compagnie des chemin de fer du Midi (exploitant le canal depuis 1858) est conditionnée à l'élargissement de la rue Bayard et au raccordement du pont au boulevard, ces travaux  étant financés par la Ville. Le pont Bayard, prévu dès l'origine assez large pour accueillir les voyageurs, est l'un des seuls ponts sur le canal qui nous soit parvenu tel qu'il a été conçu. En effet, ils ont presque tous été élargis pour s'adapter à la circulation de plus en plus importante des véhicules. Sa balustrade, affichant une certaine monumentalité, reprend des formes classiques mais avec un matériau moderne : le béton moulé. Aujourd'hui, avec le réaménagement du parvis de la gare mené sous la direction de Joan Busquets, le site de l'écluse Bayard va de nouveau se transformer pour s'adapter à l'évolution urbaine. 

 

Pour aller plus loin

> Avec les Archives municipales de Toulouse

Le site de l'écluse Bayard avec les Archives municipales de Toulouse sur Urban-Hist, le patrimoine toulousain à la carte,  site cartographique et base documentaire sur le patrimoine toulousain.

> Avec l'Office de tourisme de Toulouse

Toute l'année, l'Office de tourisme propose de découvrir le patrimoine toulousain à travers ses visites guidées