Autour du canal du Midi #9 : le bassin des Filtres

À la découverte des trésors du canal du Midi avec les Archives municipales et le concours de l'Office de tourisme : le bassin de décantation du canal Latéral, dit bassin des filtres, une oasis de verdure perdue dans la jungle urbaine.

Vue d'ensemble du barrage filtrant. Phot. Friquart, Louise-Emmanuelle ; Krispin, Laure, Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées – inventaire général / Toulouse Metropole / Ville de Toulouse, 2013, IVC31555_20133101585NUCA.

Un équipement lié à l'alimentation en eau du canal Latéral

Entre la rue des Amidonniers et l'allée de Brienne, se cache un havre de verdure, se développant autour de deux bassins. Le premier, alimenté par l'eau de la Garonne provenant du canal de Brienne, communique avec le second par un barrage qui permettait de filtrer l'eau qui était ensuite acheminée au moyen d'un aqueduc jusqu'au canal latéral. Construit à partir de 1842, ce système, qui débarrassait l'eau du fleuve de ses alluvions, a donné son nom au site. Ces filtres fonctionnaient grâce à des écrans à poutrelles retenant les sédiments dans le premier bassin ; ils ont aujourd'hui été abandonnés.

Deux logements de fonctions présents sur le site

A chaque extrémité s'élève une maison, contemporaine de la construction du bassin des filtres. La première, près de la rue des Amidonniers, servait à loger le barragiste, tandis que la seconde, du côté du canal de Brienne, accueillait le logement de l'éclusier. Le barragiste, chargé de veiller au bon fonctionnement des filtres, pouvait ainsi intervenir rapidement en cas de crues de la Garonne. En plus du logement de l'éclusier, la seconde maison abritait également les bureaux de l'administration gérant le canal Latéral, dans sa subdivision de Toulouse. Ces deux édifices présentent l'architecture caractéristique des constructions toulousaines du milieu du 19e siècle : construite en brique, pourvues de grandes baies rectangulaires, leurs différents niveaux séparés par un cordon, et surmontées d'un comble à surcroît percé d'une ouverture en demi-lune sur leurs pignons.

Photo : Détail du barrage filtrant. Phot. Friquart, Louise-Emmanuelle ; Krispin, Laure, Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées – inventaire général / Toulouse Metropole / Ville de Toulouse, 2013, IVC31555_20133101587NUCA.

Un site en pleine reconversion

Les chalets qui bordaient les bassins jusqu'à il y a peu, avaient été installés au début des années 1950, en pleine crise du logement, pour les ouvriers des canaux. Construits en pans de bois, facilement démontables et transportables, ils proviendraient du chantier du barrage de Pareloup dans l'Aveyron. Agrémentés de balcons, les pans de bois apparents, ils donnaient à l'endroit un air de village de vacances. Vétustes, les chalets doivent être démolis dans un avenir proche et laisser la place à un projet immobilier en cours de réflexion. Cependant, il devra tenir compte de l'aspect patrimonial et paysager du site, qui se trouve dans le périmètre de protection du bas-relief des ponts-Jumeaux, monument historique classé.

Maison, 112 rue des Amidonniers, élévation postérieure. Phot. Friquart, Louise-Emmanuelle ; Krispin, Laure, Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées – inventaire général / Toulouse Metropole / Ville de Toulouse, 2013, IVC31555_20163100234NUCA.

Pour aller plus loin

> Avec les Archives municipales de Toulouse

Le bassin des Filtres avec les Archives municipales de Toulouse sur Urban-Hist, le patrimoine toulousain à la carte,  site cartographique et base documentaire sur le patrimoine toulousain.

> Avec l'Office de tourisme de Toulouse

Toute l'année, l'Office de tourisme propose de découvrir le patrimoine toulousain à travers ses visites guidées