Sciences et techniques #10 La faculté des sciences pharmaceutiques

Avec les Archives municipales, l'Atelier du patrimoine et l'Office de tourisme, partez chaque mois, à la découverte du patrimoine toulousain.

Photo ci-dessus : Faculté de pharmacie, bâtiment A. Architecte Roger Taillibert. Phot. Renard, Stéphanie - Toulouse Métropole ; Inventaire général Région Occitanie, 2016, IVC31555_20163100071NUCA

La création de l'université de Toulouse III Paul-Sabatier

À la fin des années 1950, la faculté des sciences, à l'étroit dans ses bâtiments du centre-ville, est transférée dans le quartier de Rangueil. Elle prend en 1969 le nom de Paul Sabatier, à la mémoire de l'un de ses enseignants, prix Nobel de chimie en 1912. Conçue comme un campus à l'américaine sous la direction de l'architecte René Egger, l'université est organisée sur une trame orthogonale par discipline (mathématiques, chimie, physique...), chacune étant séparée des autres par des espaces verts.
Le terrain, initialement de 23 hectares, a été choisi au sud de la ville entre la route de Narbonne et le canal du Midi. Le site s’agrandit peu à peu pour recevoir de nouvelles écoles (médecine, dentaire, pharmacie), les instituts de technologie ainsi que les sciences du sport. 

La faculté de pharmacie

Faculté de pharmacie, bâtiment E, hall des amphis. Architecte Roger Taillibert. Phot. Renard, Stéphanie - Toulouse Métropole

Photo ci-contre : Faculté de pharmacie, bâtiment E, hall des amphis. Architecte Roger Taillibert. Phot. Renard, Stéphanie - Toulouse Métropole ; Inventaire général Région Occitanie, 2016, IVC31555_20163100083NUCA

 

Édifiée entre 1977 et 1981 sur des terrains cédés par les Dominicains juste au nord de leur couvent, elle est séparée du campus de Rangueil par le chemin des Maraîchers. Œuvres de l'architecte Roger Taillibert, les bâtiments de la faculté de pharmacie se distinguent par leur forme triangulaire et par leur couverture de coques en béton armé autoportées, libérant un grand espace intérieur.
Éclairés par de larges baies vitrées en murs-rideaux et par des lanterneaux amenant une lumière zénithale, ils se composent de quatre grandes unités triangulaires consacrées aux travaux pratiques et à l'administration sur lesquelles s'imbriquent celles plus petites des deux amphithéâtres et de la cafétéria, pour un total de 12 000 m² de surface plancher.
Les espaces entre les grandes unités sont utilisés comme jardins botaniques ou lieux de repos. 

Roger Taillibert, un architecte hors normes

Architecte de renommée internationale, ayant reçu de nombreux prix et distinctions, Roger Taillibert (né en 1926) est l'auteur de grands équipements sportifs : le Parc des Princes à Paris (1972), se composant d'une ossature de portiques en porte-à-faux, sans poteaux porteurs intérieurs, permettant une visibilité parfaite ou encore le complexe olympique de Montréal (1972-1976), à l'architecture hors normes, marquée par sa tour inclinée la plus haute du monde (165 m). Proche de l'industriel Pierre Fabre, il est l'architecte privilégié du groupe pharmaceutique et c'est lui qui réalise les bâtiments futuristes du cancéropole de Toulouse inaugurés en 2009, reprenant les courbes et contre-courbes, caractéristiques de son architecture. 

Photo ci-dessous : Faculté de pharmacie, plan masse du projet de l'architecte Roger Taillibert. Diazotype, 1974. Ville de Toulouse, Archives municipales, 695W38

Faculté de pharmacie, plan masse du projet de l'architecte Roger Taillibert. Diazotype, 1974


Pour en savoir plus