Sciences et techniques #6 Le quai des savoirs, ancienne faculté des sciences de Toulouse

En 2018, partez chaque mois, à la découverte du patrimoine toulousain des sciences et techniques avec les Archives municipales, l'Atelier du patrimoine et l'Office de tourisme. Ce mois-ci, le quai des savoirs, ancienne faculté des sciences de Toulouse.

Photo ci-dessus : Faculté des sciences. Façade principale. Ancienne faculté des sciences de Toulouse, 39 allées Jules-Guesde. Années 1900. Famille Privat - Ville de Toulouse, Archives municipales, 23Fi53

Lavoisier et Fermat, saints patrons de la faculté des sciences 

Élévation antérieure. Avant corps gauche, statue du mathématicien Pierre de Fermat sculptée par Loubens

 

< Élévation antérieure. Avant corps gauche, statue du mathématicien Pierre de Fermat sculptée par Loubens. Phot. Peiré, Jean-François - Inventaire général Région Occitanie, 1997, 19973101129XA


La Renaissance avait mis à l'honneur les dieux antiques en tant que figures emblématiques et protectrices des sciences, des arts ou des vertus. La statue de Minerve placée sur le fronton du Capitole devient ainsi la représentation de Toulouse en tant que cité protectrice des sciences et des arts. Le XIXe siècle remplace peu à peu les divinités antiques par le culte des grands hommes, incarnations modernes d'un génie ou d'une qualité.

Ainsi, la toute nouvelle faculté des sciences de Toulouse allées Jules-Guesde, inaugurée en 1891, est-elle mise sous la protection d'Antoine Lavoisier et de Pierre de Fermat, deux statues ornant la façade principale.

 

 

 

 

 

 

Un génie de la chimie et un génie des mathématiques pour un temple du savoir

Pierre de Fermat par Alexandre Falguière. Phot. Daniel Martin - Ville de Toulouse, musée des Augustins, inv. 89 7 1

 

< Pierre de Fermat par Alexandre Falguière. Phot. Daniel Martin - Ville de Toulouse, musée des Augustins, inv. 89 7 1

 

Chimiste, philosophe et économiste, Lavoisier illustre à merveille l'homme éclairé du siècle des Lumières. Le XIXe siècle en fait le fondateur de la chimie moderne, cristallisant autour de sa personne toutes les avancées de cette science au cours du XVIIIe siècle. Le sculpteur Jean Rivière le représente de manière classique, en costume et coiffure d'Ancien Régime. Pierre de Fermat est quant à lui une gloire locale : conseiller au parlement de Toulouse, il est un mathématicien de génie, à l'origine du calcul des probabilités. Cette dernière statue est l’œuvre du sculpteur toulousain Jean-Bertrand Loubens et prend place dans une série de représentations du mathématicien réalisées de la fin du XVIIIe jusqu'à la fin du XIXe siècle à Toulouse. La plus connue est celle sculptée par Alexandre Falguière en 1881. Toutes deux portent le même costume d'époque, mais leur pose est différente : alors que le Fermat de Falguière est assis, celui de Loubens est debout. Il répond à son compère Lavoisier, les deux savants représentés en pleine réflexion.

 

 

Aujourd'hui au cœur du quartier des sciences

La faculté de sciences a été construite en même temps que celle regroupant médecine et de pharmacie, dont les bâtiments sont venus agrandir l'ancienne école de médecine (actuel théâtre Sorano), à proximité du muséum d'histoire naturelle et du jardin botanique. Transférée progressivement dans la 2e moitié du XXe siècle sur le campus de Rangueil, l'ancienne faculté des sciences abrite aujourd'hui le quai des savoirs, lieu dédié à la culture scientifique, technique et industrielle, ainsi que le siège de l'université fédérale de Toulouse.
Avec la construction de la cité internationale des chercheurs rue des Trente-Six-Ponts, dont la livraison est prévu en 2020, le bâtiment sur lequel veillent toujours Lavoisier et Fermat se retrouve au cœur d'un véritable quartier des sciences.


Pour en savoir plus