Sciences et techniques #8 L'école des sciences de l'ingénieur

L'école nationale supérieure d'électrotechnique, d'électronique, d'informatique, d'hydraulique et des télécommunications (ENSEEIHT). Avec les Archives municipales, l'Atelier du patrimoine et l'Office de tourisme, partez chaque mois, à la découverte du patrimoine toulousain.

Photo ci-dessus : Élévation des bâtiments sur la rue Charles-Camichel, architecte Robert Trilhe. Phot. Krispin, Laure - Toulouse Métropole ; Inventaire général Région Occitanie, 2018, non coté

Un emplacement en cœur de ville

Situé dans le quartier Saint-Aubin, à proximité du port Saint-Étienne, le vaste site occupé par l'école nationale supérieure d'électrotechnique, d'électronique, d'informatique, d'hydraulique et des télécommunications (ENSEEIHT) a gardé la trace d'un cimetière datant de la fin du IVe siècle.
Au XVIIe siècle, c'est le séminaire de Caraman qui s'installe dans ce secteur des faubourgs bordé par le canal du Midi. On y recense également divers bâtiments industriels, des magasins liés à l'exploitation du canal, ainsi que le pensionnat des Frères des écoles chrétiennes et une caserne au milieu du XIXe siècle. Le grand portail de brique ouvrant sur la rue Sylvain-Dauriac est le dernier vestige de ces bâtiments construits au début du XIXe siècle.

 

Un bâtiment construits au gré des besoins…

Laboratoire de l'Institut électronique Toulouse 1949 - Ville de Toulouse, Archives municipales, 1Fi10177

 

< Laboratoire de l'Institut électronique Toulouse 1949 - Ville de Toulouse, Archives municipales, 1Fi10177

 

Créée en 1908 par Charles Camichel, l'institut électrotechnique et de mécanique appliquée s'installe sur les terrains occupés par le pensionnat et son jardin, devenus propriété municipale. L'institut est d'abord consacré à la formation des ingénieurs électriciens et mécaniciens et au rapprochement entre l’université et l’industrie, en organisant toute une série de recherches scientifiques dans le domaine de l’hydraulique industrielle. Les essais se font sur place dans de grands bassins réservoirs et dans une tour de 30 mètres, aujourd'hui disparus. 

 

 

 

 

 

… représentatifs de l'architecture du XXe et du XXIe siècle

En 1921, un nouveau laboratoire d'hydraulique est construit à l'angle du canal et de la rue Camichel. Toujours en place, il est l’œuvre des frères Thuriès, auteurs notamment du bâtiment amiral de l'usine Job aux Sept-Denier. Combinant la brique et la pierre, il est caractéristique de cette architecture associant l'art et l'industrie. Dans les années 1960, c'est Robert Trilhe, architecte des universités, qui réalise les bâtiments ouvrant sur la rue Camichel : parement de galets sur le solin, niveaux recouverts de dalles en gravillons lavés animés par des fenêtres pourvues de brises-soleils, utilisant ainsi tout un vocabulaire spécifique à l'architecture des années 60. 
Après avoir projeté à de nombreuses reprises le départ de l'école pour le campus de Rangueil, son maintien en centre-ville est définitivement actée. Les derniers bâtiments sont construits en 2009 par le cabinet d'architecture de Dominique Alet, témoignant du dynamisme de cette école d'ingénieur, dont la renommée n'est plus à faire. 

Photo ci-dessous : Élévation de l'ancien laboratoire d'hydraulique, détail, architectes Antoine et Pierre Thuriès, Phot. Krispin, Laure - Toulouse Métropole ; Inventaire général Région Occitanie, 2018, non coté

Élévation de l'ancien laboratoire d'hydraulique, détail, architectes Antoine et Pierre Thuriès

 


Pour en savoir plus