Mirail Université - Présentation

Le quartier de Mirail Université se trouve au sud-ouest de l’agglomération toulousaine. Aménagé dans les années 1970 / 1980, ce quartier se distingue par la coexistence d’un quartier résidentiel de plus de 4000 habitants, à l’Ouest, d’établissements d’enseignement supérieur, au Centre, et d’une zone d’activité, à l’Est. 

Situation - localisation

Le quartier de Mirail Université se trouve au sud-ouest de l’agglomération toulousaine. Aménagé dans les années 1970 / 1980, ce quartier se distingue par la coexistence d’un quartier résidentiel de plus de 4000 habitants, à l’Ouest, d’établissements d’enseignement supérieur, au Centre, et d’une zone d’activité, à l’Est. 

En effet, le quartier accueille l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès, l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse, mais aussi le Parc du Mirail et son Château, édifice du XVIIè siècle aujourd’hui utilisé à des fins administratives et pédagogiques.

Comme les autres quartiers du Mirail, Mirail Université est bordé par différentes infrastructures routières, dont le périphérique A620, le rond-point de la Cépière et l’avenue Louis Bazerque. 

Le projet aujourd'hui

L'élaboration du projet de renouvellement urbain s'inscrit dans la démarche de construction du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU). Le projet de renouvellement urbain de Mirail Université fait l’objet d’une concertation, organisée par Toulouse Métropole, jusqu'au 28 octobre 2018. Cliquez ici pour découvrir le dossier et donner votre avis

Axes forts à l'horizon 2025

  • Affirmer Mirail Université comme un quartier résidentiel attractif, valorisé ;
  • Désenclaver le quartier avec notamment des entrées plus nombreuses et des circulations plus lisibles ; 
  • Assurer des cheminements piétons-cycles continus et un accès facile aux transports en commun ; 
  • Mieux répartir les équipements publics pour permettre à tous les habitants d’y accéder facilement ; 
  • Retrouver une offre de commerces de proximité et faciliter l’implantation de professionnels de santé ; 
  • Renforcer les liens avec les quartiers voisins (Université, Pradettes). 

Acteurs

Etat (Préfecture de Haute Garonne)
Toulouse métropole 
Mairie de Toulouse
Architectes-urbanistes : Agence d’Urbanisme de Toulouse / Aire Métropolitaine  
Toulouse Métropole Habitat
Patrimoine SA Languedocienne
SA Les Chalets

Calendrier

Concertation du 26 mars au 28 octobre 2018
Automne 2018 : mise à jour du dossier de concertation afin ,d’actualiser les pistes d’aménagement et de présenter au public un projet plus avancé.

Chiffre en bref

Populations : + de 4000 habitants (INSEE 2012)


Contexte historique

Le projet du Mirail (« Miroir » en occitan) avait pour objectif, dans les années 1960, de créer rapidement un nouveau quartier de 100 000 habitants pour répondre à l'explosion démographique de l'agglomération toulousaine. Ancré dans un contexte spécifique d'après-guerre, le Mirail devait incarner un idéal d'urbanisme humaniste et attaché à la qualité de vie des habitants. 
En 1962, une équipe d'architectes menée par Georges Candilis est désignée pour concrétiser le projet du Mirail. Ce dernier s'appuyait sur un linéaire d'immeubles de grande hauteur reliés entre eux par des « rues aériennes » ouvertes au public. Les logements proposés dans les nouveaux quartiers étaient, pour l'époque, particulièrement modernes et agréables. 
A mesure que l'on s'éloigne des immeubles de grande hauteur du cœur du quartier, le projet prévoyait une diminution de la hauteur des constructions, passant progressivement au petit collectif puis à l'individuel. 
Au pied des plus hauts immeubles se trouvait une vaste dalle permettant de séparer les flux de circulation (automobiles au niveau du sol, piétons en hauteur sur la dalle). Les piétons devaient pouvoir circuler librement et accéder aux commerces, équipements publics et bureaux situés également à ce niveau. 
Un espace vert s'étalant sur tout le quartier était inclus dans le projet. 
Les immeubles en tripodes, dont la construction a débuté dans les années 1970, y sont majoritaires et imposent un paysage très urbain. Le réseau des voiries primaires a ceinturé le quartier d'avenues de grand gabarit qui créent une rupture urbaine.