La ville vue par les étudiants en architecture

14 étudiants de l’École Nationale Supérieure d'Architecture de Toulouse (ENSA) ont choisi le quartier Bagatelle La  Faourette Papus Tabar Bordelongue pour un sujet d'étude. Des projets émergent, en lien avec les habitants du quartier. L'atelier "Hacker la ville" se dévoile !

Impliqués dans un atelier projet appelé « hacker la ville », 14 étudiants de l’École Nationale Supérieure d'Architecture de Toulouse (ENSA) se consacrent actuellement -dans le cadre de leur master 1 et 2-  à l’étude de projets urbains pour le quartier Bagatelle La Faourette Papus Tabar Bordelongue ( BAFAPATABOR ). Encadrés par 5 enseignants, ils rencontrent et échangent avec les usagers - habitants de façon à recueillir leurs besoins et leurs avis. 14 projets d’architecture ont ainsi éclos et s’intègrent dans un projet urbain collaboratif que les élus toulousains et métropolitains peuvent s’approprier. En effet, une convention a été signée entre l’ENSA et Toulouse Métropole.

A la rencontre des habitants

« L’atelier vise à pirater le processus de fabrication de la ville en donnant place aux usagers-habitants, explique Clara Sandrini, Architecte DPLG et  Maître de Conférences à l'ENSA de Toulouse. Il propose d’aller à la rencontre des acteurs de terrains par des actions collectives qui interrogent le site, ses usages et ses perceptions. Il développe une démarche de projet urbain collaboratif où tous les acteurs sont conviés à participer : il s’inspire du permis de faire et de l’urbanisme transitoire pour développer des innovations spatiales et sociales. Il amène à concevoir une architecture des milieux habités, comme un partage du sensible qui assemble les enjeux sociaux, écologiques, économiques et spatiaux. »

Ce projet  a été structuré en plusieurs phases  :

  • invention individuelle dans une dynamique collective
  • partage du projet urbain en groupe
  • test des propositions architecturales et urbaines sur le terrain
  • actions collectives : randonnée urbaine, actions urbaines, présentations collectives, conception collaborative, collage urbain, Semaine Architecturale de Médiation (résidence d’architecte sur le terrain...

Des idées pour le quartier

Voici quelques projets nés de la réflexion de ces élèves :

  • Le parc de la Faourette se verrait pourvu d’un centre artistique. Celui-ci proposerait des expositions, des concerts ou encore des studios et des ateliers ouvert à tous
  • Le parking souterrain de Papus serait transformé en cinéma
  • La piscine de Bagatelle s’augmenterait d’un bassin pour profiter d’espaces rafraîchis durant les mois d’été
  • Le champ de bosses au sud du quartier deviendrait, avec quelques aménagements, un formidable terrain de BMX
  • La plus haute tour de Toulouse qui se situe au centre du quartier muterait en un complexe d’escalade à ciel ouvert
  • Un ludobus se rendrait de parc en parc pour apporter des animations et des jeux pour les rendre encore plus attrayants.
  • Des espaces communs aux rez de chaussée des immeubles deviendraient des lieux d’accueil, de rencontre et de partage pour les habitants, le tout étant relié par une trame colorée et sécurisée, un cheminement le long duquel les habitants développeraient leurs créativité pour le transformer en un lieu d’exploration et une voie vers de nouvelles aventures.

L’équipe enseignante
Carl Hurtin - Lucas Kanyo - Thomas Lequoy- Clara Sandrini - Mohammed Zendjebil

L’équipe étudiante
Laury Amiel-Anaïs Bourbon-Mathilde Chesneau-Ana De La Cruz Ruiz- Candice Gouin-Franziska Ibold-Sambath Kuy- Konstantin Molodovsky-Jose Muruzaba-Maria Palomino-Bravo-Damien Pinault- Juliette Rome- Rachana SinhRomuald Villac

et une collaboration étroite avec Toulouse Métropole et le conseil Citoyen de Bafapatabor