Nous sommes tous des indiens
Cet été, la compagnie Groenland Paradise invite les habitants des quartiers Reynerie, Bellefontaine, la Faourette  et quartier Mermoz à lire des histoires et se transformer avec des coiffes à plumes de papier … Un beau conte que toulouse.fr vous raconte.
(
Cet été, la compagnie Groenland Paradise installe le temps d’une aprés-midi des tipis dans les quartiers Bellefontaine-Reynerie-Mermoz et La Faourette et les acteurs, transformés en chefs indiens partagent avec les habitants des «  lectures de contes, nos légendes de pays d'ailleurs, notre sagesse d'autrefois pour réfléchir ensemble, en poésie, à l'art de vivre ensemble. » explique la comédienne, Nathalie Hauwelle.
« Dans le même temps, un atelier de parures d'indiens se pose et se développe pour que tout un chacun puisse devenir l'indien, dont il rêve. Nous nous installons dans un parc, en bas d'un immeuble, à coté du lac, à la sortie d'un métro, ..... pour partager avec les passants, le temps du hasard de la rencontre, une vraie rencontre fortuite avec la sagesse indienne. A la fin de l'après-midi, nous serons devenus un peuple d'indiens, enfants et adultes, toutes peaux mélangées, au delà de toute différence, dans un bel éclat de rire et de joie. » 
 
(dessin : Marie-Pierre Hauwelle)

Pourquoi un tel projet ?

"Nous sommes tous l'étranger d'un autre, nous devons veiller aujourd’hui plus que jamais à faire de cet état des lieux, une force de vie, et transformer l'espace commun en un territoire d'échanges, de partage et de réconciliation .Ici, nous accueillerons les familles, les enfants et leur grand parents, les perdus et les tristes, pour un temps suspendu d'écoute partagée et de création plastique. Nous voulons créer une communauté poétique où chacun, dans sa différence, sera le bienvenu."

Comment ?

"Dans la compagnie Groenland Paradise, les arts s'entremêlent. On peut y voir des pièces de théâtre sous forme d’installations, des expositions où les spectateurs sont actifs. Ici , on mélange théâtre et arts plastiques dans un  joyeux bricolage, et surtout , toujours et encore,  on cherche à ouvrir de nouveaux territoires de rencontre avec le public."

Prochains rendez-vous

  • Mardi 25 août de 9H30 à  12 h 30 au marché de La Faourette, dans le jardin derrière le centre culturel Henri Desbals
  • Mercredi 26 août de 17 h à 20 h au Petit bois de Bagatelle, avec le centre social Bagatelle