Environnement : 70 brebis pour entretenir la zone verte des Argoulets
Depuis 2017, la mairie de Toulouse renouvelle chaque année une action d’éco-pâturage sur la zone verte des Argoulets.

Cette année encore, pendant trois mois (jusqu'à fin juin), les Toulousains peuvent aperçevoir le troupeau de Michel, le berger.
Quelque 70 brebis et leurs 28 agneaux s'acquittent de la délicate mission de désherber la zone verte des Argoulets.  A leurs côtés, 5 oies, 2 poneys mini Shetland, 2 ânes de petite taille,12 chèvres naines et deux chiens.

Les bénéfices de l'éco-pâturage

Respectueux de l’environnement, silencieux, non polluant, le pâturage itinérant présente le double avantage d’apporter une note bucolique au quotidien des habitants tout en fertilisant le sol et en diversifiant la flore.
En effet, les animaux éparpillent les semences au profit de la biodiversité. La campagne s’invite en ville !

Les races présentes sur la zone verte des Argoulets

  • Le mouton Romane

Il s'agit d'une race jeune originaire d’Occitanie et développée par l’INRA. Cette brebis est une excellente mère qui s’adapte à tous les sites d’élevage (montagne, prairie, garrigue, etc.).

  • Le mouton Mérinos d’Arles

Originaire de la plaine de la Crau (Camargue), cette race rustique est adaptée à la transhumance sur des pâturages pauvres.

  • Le mouton Rava

Originaire des monts Dôme, cette brebis rustique est très appréciée du public pour son calme et sa curiosité.

  • L’âne miniature

Originaire du bassin méditerranéen et plus particulièrement de l'île de la Sardaigne, les ânes miniatures seraient issus d'une souche d'ânes sauvages de Somalie et de Nubie de petite taille. Cet animal, très rustique, est un excellent débroussailleur puisqu’il mange les ligneux et leurs écorces.

  • Le Shetland miniature

Le mini Shetland est un petit poney originaire du nord de l’Ecosse (des îles Shetland). De taille modeste (65 à 86 cm au garrot), sa rusticité lui permet de supporter des climats difficiles et de se contenter de nourriture très pauvre. C'est un excellent débroussailleur.

 


L’éco-pâturage, une tradition adaptée à la ville

L'éco-pâturage, qui consiste à faire paître des animaux herbivores sur des espaces naturels, n’est pas nouveau ! C’est même une activité ancestrale.

La nouveauté réside dans l’introduction en milieu urbain de cette méthode alternative et complémentaire à l'entretien traditionnel des espaces verts. Par rapport à des tontes et fauches mécanisées, l’éco-pâturage favorise la biodiversité en multipliant les espèces végétales et en créant des micro-habitats pour la faune. L'empreinte carbone de cette méthode naturelle est meilleure que celle de la tonte mécanisée et elle produit moins de déchets.

Depuis le 1er janvier 2017, Toulouse Métropole n'utilise plus de produits chimiques pour l'entretien de ses espaces verts, un atout pour la préservation de l'environnement et la santé publique. L'éco-pâturage s'inscrit dans cette dynamique de recherche de méthodes alternatives et innovantes pour compléter l'entretien traditionnel par fauchage et tonte.

À cet intérêt environnemental s'ajoute une vertu pédagogique (découverte de la vie d'un troupeau, du rôle des chiens, du métier de berger...) qui crée du lien social entre les promeneurs, les familles et le berger.

 


Michel, le berger des Argoulets

Le soleil a rendez-vous avec la ville cet aprés-midi invitant les Toulousains à profiter du site des Argoulets. Marche à pied, balade à vélo, footing... les possibilités sont multiples. Depuis le début du mois d’avril, une nouvelle activité s'offre aux promeneurs : une rencontre bucolique et inattendue avec le troupeau de brebis gardé par le berger Michel.
Deux curieux s’arrêtent et interpellent le berger: « Quelle est cette race de chèvres naines ? Vous savez où je pourrais m’en procurer ? J'aimerais en accueillir deux chez moi pour entretenir le jardin. »
Michel se prête au jeu des questions tandis qu’un cycliste habitué du site s’arrête aussi pour bavarder. La rencontre avec les animaux, la découverte des bénéfices de l’éco-paturage… la présence des animaux sur le site crée échanges et lien social.
« C’est super ! » s’exclame cette famille qui ne se lasse pas d’admirer les brebis et leurs agneaux !

Michel ne quitte pas des yeux son troupeau. A 80 printemps, employé de la société Ecozoone, il continue à faire les saisons.
« Je suis né dans une famille de berger et je garde les brebis depuis l’âge de 10 ans. Difficile de les quitter aprés tant d’années passées à leur côté, comme berger mais aussi comme tondeur. Pendant 5 ans, j’ai fait le tour de France. Je tondais 50 000 bêtes par an. Puis j’ai rencontré une bergère ! Ensemble nous avons géré une ferme, nous produisions des agneaux et du lait pour fabriquer les fromages. Je suis même devenu expert lainier !"
Aujourd’hui, Michel perpétue la tradition. Les estives de cet été s’appellent "Argoulets" . N’hésitez pas à lui rendre visite, il se fera un plaisir de vous expliquer la différence entre une romane mérinos ou une rava, flanqué de ses deux chiens,  Minou et Bouboule.