Art urbain sur la place Abbal

La place Abbal a accueilli l’artiste, Ali. Il a crée au sol des motifs blancs, inspirés de ses rencontres avec les habitants.

 

Pendant deux semaines au mois d'août 2019, le public a pû admirer en direct le travail de l'artiste d'art urbain, Ali, Arthur Louis Ignoré. Son œuvre s’inscrit dans le cadre de travaux d’aménagement temporaire de la place Abbal comprenant la réalisation d’une fresque, la pose de mobilier et des plantations. Ali accompagne ces transformations par des dessins qui invitent au rêve et à la poésie. Le sol de la place lui offre plus de 900m2 pour cette création limitée dans le temps.

Peindre sur le sol

C’est au cours de ses études d’arts plastiques à Rennes que Arthur Louis Ignoré, devenu Ali découvre le bonheur de peindre sur le sol. « C’est un support qui me plait, j’ai appris au fur et à mesure à l’apprivoiser. J’utilise de la peinture pour marquage routier.»
En juillet dernier, deux ateliers ont réuni les habitants pour travailler sur ce projet d’art urbain. Ali s’est inspiré de leurs mots, de leurs envies pour donner vie à ces pochoirs qui s’habillent de blanc. « Le principal, ce n’est pas la couleur mais le motif, le tracé» , explique Ali. Son rêve  Réaliser un dessin sur l’eau, avec des balles de ping pong. En résidence actuellement à Rennes, Ali travaille sur ce projet.

 

Ali sera présent sur la place Abbal samedi 14 septembre 2019 à 14h30 pour une présentation de la fresque aux habitants lors du forum de rentrée.  Il fera un retour d’expériences sur le projet, présentera son travail et signera son œuvre au pochoir.

 

 

Retrouvez Ali sur les réseaux sociaux


Le graff s'invite aux Pradettes
Une fresque réalisée par un groupe de jeunes du quartier attire l’oeil des passants.

Sous la houlette de l'équipe de l'Accueil Jeunes des Pradettes, un groupe d'adolescents a mis à profit son temps libre pour réaliser une œuvre collective destinée à embellir le  quartier. Ainsi, un support béton situé à l’entrée de la bibliothèque et qui abrite un écoulement d’eau est désormais une œuvre d’art colorée et joyeuse.

L'accompagnement du "mouvement graphique"

Plusieurs ateliers ont été proposés aux jeunes volontaires pour la création de cette fresque. Ils ont bénéficié de l’accompagnement  de l’association "le mouvement graphique".

Dans un premier temps, ils ont découvert l’histoire du graff, ses mouvances, le droit inhérent à la pratique de cette discipline. Ensuite, ils ont appris à maîtriser quelques techniques  afin d’ébaucher une maquette du futur graff. « Mon rôle est d’être à leur écoute, d’accompagner leur cheminement. C’est un atelier participatif où sont véhiculés des valeurs et des principes : l’écoute des autres, le partage, la construction d’un projet collectif…,  explique l’intervenant.

Les jeunes, acteurs engagés dans leur quartier

Favoriser la relation du jeune avec ses pairs, ouvrir les jeunes aux autres, au monde, à la société, la culture et leur permettre d'être des acteurs impliqués : les objectifs ont été atteints pour le plus grand bonheur des  jeunes, de l'équipe de l’Accueil Jeunes et des habitants qui voient leur quartier embelli et coloré. A l’issue de cette création, chaque participant s'est vu remettre le diplôme d'engagement jeunesse. Celui-ci a pour objectif de reconnaître l'engagement et l'implication des jeunes qui peuvent désormais le mentionner sur leur CV .


Les participants

Bastien, Dominique, Lakdar, Marvin, Medhi, Yasin et l'équipe (Aurélie, Nadège et Patrice)


Les acteurs de l'emploi viennent à la rencontre des habitants
Tous les 2e mardis de chaque mois, la mairie de Toulouse réunit les acteurs de l'emploi et de l'insertion professionnelle devant le parvis du centre culturel Alban Minville. C'est avec l’appui du social truck de l’AFEV qu'ils rencontrent les habitants à l'occasion de ces "aprem'pros".

Chaque 2e mardis du mois, sur le parvis du centre culturel Alban Minville, les personnes en recherche d'emploi et de formation sont accueillies par des professionnels d'une manière informelle et conviviale. Il s'agit des "aprem'pro".
Pendant deux heures, les acteurs de l'emploi et de l'insertion professionnelle écoutent le public, le conseillent, le réorientent ou lui proposent des rendez-vous et la possibilité d’être accompagnés dans leurs projets professionnel. Ces divers intervenants sont complémentaires et travaillent en tranvsersalité permettant aux personnes reçues d'avoir une réponse adaptée à leur problématique.

Les partenaires

  • Pole Emploi
  • Ecole régionale de la 2e Chance
  • Service insertion du Département
  • Mission Locale
  • Plateforme Emploi Entreprise
  • Trajectoires vers l’emploi
  • Face Grand Toulouse
  • PLIE
  • Point Information Jeunesse (PIJ)
  • EPIDE
  • Le Club de Prévention du Mirail - Toulouse Métropole

Informations pratiques

Aprem'pro, mensuel, les 2e mardis de chaque mois
Rendez-vous devant le parvis du centre culturel Alban-Minville
place Martin Luther King
contact : 05 31 22 93 20


Sarah, Karima et Dounya ont créé l'association Sakado
L'association Sakado, au cœur de Basso Cambo, réunit 80 familles. Aide au devoir, à la conversation française et animations de quartier au programme.

Elles sont trois mamans résidant à "Basso". Leurs enfants fréquent l'école Elsa Triolet et  l'idée de créer une association est née en octobre 2017. Celle-ci s'appelle Sakado, une contraction de leurs trois prénoms : Sarah, Karima et Dounya. Elles ont ouvert un  local, mis à disposition par la société Les Chalets au 6 rue Emile Pelletier, au cœur du quartier Basso Cambo .

L'objectif ?

« Notre objectif, expliquent-t-elles, est de créer du lien. Nous privilégions au sein de l'association le soutien à la parentalité et des actions visant à animer le quartier. Grâce au dispositif  "Agir dans mon quartier" nous avons organisé pour le lancement de l’association une paëlla géante où 200 personnes ont participé.  Les enfants de l'école ont décoré le parking de la résidence. Aujourd'hui, plus de 230 adhérents fréquentent notre local. Autour d'un café, les participants discutent, se rencontrent, échangent. »

Que fait Sakadao ? 

« Nous organisons des ateliers d'aide à la conversation française, d'aide au devoir et de soutien pour les révisions du brevet.  A Sakado, chacun vient avec son savoir faire et nous échangeons. Ainsi une couturière anime un atelier de confection de vêtements et d'accessoires. Les produits des ventes seront utilisées pour financer des sorties pour les adhérents. » 

Le soutien du dispositif "Agir dans mon quartier"

« Heureusement que le dispositif "Agir dans mon quartier" nous a soutenus à nos débuts. Sans leur aide nous n'aurions pas pu réaliser certaines actions. Car hormis l'inauguration, nous avons pu financer des sorties à la luge cet hiver, la galette des rois en janvier et les entrées au parc préhistorique de Tarascon. La mairie de Toulouse a financé le bus de cette sortie. »


Association Sakado
6 rue Emile Pelletier
Permanences  : mardi et jeudi de 9 h à 11 h  et de 16 h à 19 h ;  mercredi 14 -  17 h
Contact : 06 22 67 64 60,  mail 


Reynerie Miroir : le journal du quartier fête ses 5 ans

Reynerie Miroir fête sa 5ème année et son 20ème numéro. Depuis 2012, Reynerie Miroir, un journal fait par et pour les habitants est diffusé à la Reynerie. Rencontre avec Annie Conter,  à l'origine de ce média.

Annie Conter est à l'origine de Reynerie Miroir, un journal pour le quartier créé en partie grâce au dispositif « Agir dans mon quartier – FIPH ». Annie Conter a enseigné la génétique aux étudiants de l'université Paul Sabatier. Aujourd'hui retraitée, elle est venue vivre à la Reynerie. De son quartier d'adoption, elle vante le multiculturalisme mais aussi, et c'est plus inattendu, la beauté du site. Comment ne pas lui envier en effet la vue imprenable qu'elle a sur le lac ?  Frappée par la richesse et la diversité de la vie associative du quartier, elle a en revanche ressenti un déficit de communication et d'information des habitants sur ce qui se passe autour de chez eux. Elle a donc mis à profit son temps libre, dont elle ne manque pas, pour créer avec d'autres habitants un journal, Reynerie Miroir, consacré à la vie du quartier.

Pour les habitants

Pour ses créateurs, le journal a vocation à donner la parole à ceux qui ne la prennent pas. Il s'agit de « décloisonner », de faciliter les rencontres sans être redondant avec les autres médias. On y trouvera donc l'annonce de tous les évènements et initiatives du quartier : manifestations culturelles, vie associative, actualité des services publics… Mais aussi des articles de fond sur la vie du quartier, les idées toutes faites passées au crible de la réalité.

Par les habitants

Annie Conter a, par le passé, participé à la vie d'un journal de quartier à Rangueil, elle possède donc une expérience qu'elle a partagée avec un premier groupe de relations et de voisins, formant l'ossature d'un comité de rédaction qui a rédigé et mis en page un numéro zéro du journal, en juin 2012.

6 pages en 2012, 16 aujourd'hui, 500 ex en 2012, 1500 ex aujourd'hui, le trimestriel Reynerie Miroir a réussi son objectif : créer du lien

Où trouver Reynerie Miroir ?

Le journal est en libre service dans les équipements de quartier (médiathèque Grand M, Centre d’Animation, Mairie de Quartier, Centre Social CAF) ainsi que chez les commerçants et associations partenaires (Pharmacies, boulangeries, AFEV, TO7, APSEM, Parle avec Elles, Bas d’Immeuble, Secours Catholique)

 

Pour consulter le journal en version numérique  :

https://reyneriemiroir.jimdo.co/


Pour aller plus loin

"Agir dans mon quartier" est le nouveau nom du Fonds d'Initiative et de Participation des Habitants, aide financière visant à favoriser les actions de proximité et de solidarité, ainsi qu'à faciliter l'entraide entre les habitants de certains quartiers de la ville de Toulouse.
Infos pratiques en cliquant ici.
Article mis à jour le 16/03/2018