Deux grandes passerelles pour rejoindre l'île du Ramier

Les chantiers des passerelles du Ramier ont démarré côté Empalot et côté Saint-Cyprien. D’ici 2024, celles-ci formeront deux traits d’union au-dessus de la Garonne pour relier l’île « nature » à la ville.

 

Actualité des travaux des passerelles

Les travaux de construction de la passerelle Rapas, qui reliera à l'horizon mi-2023 les quartiers Croix de Pierre / Route d'Espagne à l’île du Ramier, ont démarré à l'été 2022.

Afin de réaliser ces travaux en toute sécurité et pour la bonne tenue de ce chantier, il est nécessaire de fermer l'accès à la Digue : 

- La digue haute sera fermée à partir du 3 octobre, pour une durée de 3 mois ;
- La digue basse sera fermée le 5 octobre, et potentiellement quelques jours complémentaires la semaine qui suivra
.

Des panneaux de communication et de déviation sont mis en place sur les abords de la digue afin de faciliter les liaisons en vélos et à pieds.

Relier l'île aux quartiers

Dans le cadre du Grand Parc Garonne, l’aménagement de l’île du Ramier se poursuit pour la transformer en un grand poumon vert au cœur de la ville.

Toulouse Métropole porte un projet majeur pour ouvrir l’île aux quartiers : la construction de deux grandes passerelles réservées aux cyclistes et aux piétons. Pour une bonne circulation des usagers, les voies vélos et piétons seront séparées. Ces aménagements permettront de faciliter les déplacements tout en offrant des itinéraires « nature ».

Les travaux commenceront dans les prochains mois, dès le feu vert de l’État donné, pour environ 13 mois. Montant des opérations : 20 millions d’euros, dont 12 financés par l’Europe.


Rive gauche, la passerelle « Rapas » 

Dans le quartier Fer à Cheval, la nouvelle passerelle reliera l’île à l’avenue de Muret au niveau du tramway (station avenue de Muret). Longue de 150 mètres sur 5, à haubans, tout en métal (et béton pour les rampes et appuis), elle sera connectée aux pistes cyclables de la digue, et, de l’autre côté, donnera directement accès au parc qui est en train de se (re)constituer en lieu et place de l’ancien parc des expositions, à côté de la piscine Nakache.

Toulouse Métropole a confié la réalisation de l’ouvrage à un groupement : mandataire Eiffage, architectes Grimshaw (Paris) et PPA Architecture - Architecte associé (Toulouse)

© EIFFAGE-INGEROP-GRIMSHAW-PPA-ATP


Rive droite, la passerelle « Empalot » 

À Empalot, le pont sera aménagé dans la continuité de la rue Maria Mombiola. Longue de 145 mètres sur 5, à haubans, tout en métal (et béton pour les rampes et appuis), cette passerelle reliera l’île au cœur d’Empalot. Un nouveau cheminement mènera au métro (ligne B), au Linéo 9 et aux équipements publics le long de l’avenue Jean-Moulin (médiathèque, centre social, Brique Rouge). 

Toulouse Métropole a confié la réalisation de l’ouvrage au groupement Garonne : groupe Vinci, architectes Lavigne-Cheron (Paris) et IDP-Architecte associé (31).

© Thomas LAVIGNE, architecte de l'agence LAVIGNE CHERON


Deux autres passerelles seront construites après 2026 (une sur la rive droite, au niveau du Conseil Régional, une sur la rive gauche, au niveau du quartier Croix-de-Pierre). À terme, ce seront donc quatre passerelles piétons/cycles qui ouvriront l’île sur son environnement et contribueront à y diminuer la place de la voiture, pour un cadre de vie apaisé.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir