Les Ponts-Jumeaux gardent le lien !

Le comité de quartier des Ponts-Jumeaux garde le lien. Régulièrement, une lettre numérique arrive dans les boîtes aux lettres des habitants avec des bons plans et la découverte de l’histoire du quartier ! À découvrir.

Imaginez l’après !

Le comité de quartier lance un appel à l’imagination de tous les habitants des Ponts-Jumeaux. « La récompense ? L’honneur d’être cité dans "La Lettre des Ponts-Jumeaux", après une sélection impitoyable et subjective effectuée par l’anonyme Milomes, rédacteur de La Lettre, et le non moins anonyme Graoutesègue, notre historien très (très) local, précise avec humour le président du comité de quartier,  Gérard Coulon, il s’agira de résumer en deux ou trois lignes maximum la suite de la phrase :"Depuis la fin du confinement… " Ni photos, ni pièces jointes… du texte seulement. »
Ce qui pourra donner par exemple : « Depuis la fin du confinement, je fais la fête jour et nuit avec mon voisin. Il s’appelle Raoul, et jusque-là on ne s’était parlé que par Facebook » voilà une suggestion optimiste que Milomes et Emile Graoutesègue vous offrent en préambule… A vous de jouer ! Envoyez vos contributions à cette adresse mail.

Bougez et évadez vous avec les acteurs culturels du quartier

Pratique : le marché dominical des Sept-Deniers

Le marché des Sept-Deniers a réouvert. Il a lieu tous les dimanches matin, place Job, à hauteur du  110 route de Blagnac. Plus d’infos sur la page des marchés toulousains 


Découvrez l’histoire du quartier avec Emile Graoutesègue

Au moyen âge, le pré des Sept Deniers est une vaste lande marécageuse aux portes de la ville, propriété des Comtes de Toulouse. Ces derniers louent leur terre pour sept deniers d’or à des éleveurs de la cité. Ces terres resteront ainsi jusque dans les années 1660 quand Pierre Paul Riquet commence les travaux de creusement du Canal Royal au kilomètre zéro, au milieu de cette lande. En 1850, s’achèvent les travaux du Canal Latéral à la Garonne, parachevant le rêve de Riquet : « le Canal des Deux Mers » !
C’est ce canal qui sera à l’origine des deux quartiers. Les Sept Deniers rive gauche et les Ponts Jumeaux rive droite. Les voies d’accès qui reliaient la ville à Garonne furent coupées en deux. Le chemin des Sept Deniers, de la porte Las Crosses au pont (ou port) de Blanhac, s’appellera pendant longtemps chemin Notre Dame sur la rive droite, et chemin de l’ancien pont de Blagnac rive gauche. Aujourd’hui : rue Daydé d’un côté, rue Jean Gayral de l’autre. Le réaménagement du quartier dans les années cinquante transformera ces chemins et aussi leurs noms : avenue des Sept Deniers (rue F. Schubert) chemin de traverse des Sept Deniers (chemin Garric) petit chemin des Sept Deniers (chemin de la Garonne) rue traversière des Sept Deniers (rue Puccini).
Beaucoup portent aujourd’hui des noms d’artistes : F. Schubert, G. Puccini, J.B. Lulli, L. Delibes, M. Utrillo, F. Couperin, Pablo Cazals et A. Bartholdi, le père de la Statue de la Liberté. Mais, on leur donne aussi le nom de résistants du quartier : Hubert Flourac, Jean Gayral…

Qui se cache derrière le pseudonyme d' Emile Graoutesègue ?
Passionné d'histoire et amoureux du quartier, il va au fil des semaines conter l’histoire des Ponts-Jumeaux. Réponse peut-être à la fin du confinement. Avez-vous une idée ?


Vous pouvez contacter le comité de quartier en envoyant un mail