Lucas Tauzin, brut de rugby
Espoir du rugby français, Lucas Tauzin vient de prolonger son contrat au Stade Toulousain. Soit deux années supplémentaires chez les Espoirs avec, pour suite logique, le passage chez les Pros. Rencontre avec un joueur pour qui tout tourne plutôt rond au pays de l’ovale.

Habite à : Saint-Sever. Voici ce qu’affiche le profil Facebook de Lucas Tauzin, qui a pourtant pris ses quartiers à Toulouse depuis 2016. C’est que le jeune Landais est très attaché à ses racines. « Je rentre dès que possible les week-end pour retrouver ma famille, et aussi ramener mon linge », sourit-il.  
À peine âgé de 20 ans (il souffle ses bougies ce mois-ci), le trois-quart est pourtant habitué à trimballer ses valises dans le monde de l’Ovalie. Né à Mont-de-Marsan, il débute chez les Noirs et Blancs du Sport Athlétique Saint-Séverin, un club qui a compté dans ses rangs René Crabos et Benoît Dauga, grands noms du rugby français. « J’ai d’abord essayé le foot mais j’ai très vite eu envie de rejoindre les copains au rugby », se souvient Lucas, qui, à cinq ans, entre donc à « l’Académie des Coquelets ». Pour autant, il ne découvre pas ce monde de l’Ovalie dont sa famille fait partie depuis des générations : « Mon grand-père, mon père, et même ma mère ont joué au rugby », énumère le jeune joueur, dont seule la sœur a échappé à la contagion.

J'ai choisi le Stade pour sa politique "d'envoyer du jeu"

En 2013, Lucas rejoint le club de Mont-de-Marsan. Appelé en équipe de France des moins de 16 ans, il partage son temps entre les Landes et Paris et se distingue très vite, au centre ou à l’aile : « Il a un gabarit hors norme pour son âge, explique Éric Artiguste, son coach actuel. Son truc, c’est le défi physique. » Un atout qui va permettre au joueur de grimper les échelons quatre à quatre : d’emblée surclassé pour jouer avec les Bleus de moins de 17 ans, Lucas dispute ses premiers matches internationaux, avant d’être approché par les limiers du Stade Toulousain.
Sollicité par d’autres grands clubs du Top 14, ce diamant en cours de taille opte pour Toulouse : « Rejoindre un club prestigieux était une étape nécessaire à mon évolution. J’ai choisi le Stade pour la place qu’il offre aux jeunes issus de la formation et parce que c’est un club qui cherche à envoyer du jeu ». Sans compter que j’y connaissais aussi pas mal de joueurs, rencontrés en équipes de France jeunes.

Carte jeune

Intégré aux Espoirs des Rouge et Noir, Lucas travaille sa polyvalence, entre face à face avec l’adversaire et ouverture pour faire jouer les siens. Et, malgré plusieurs blessures, continue sa marche en avant : première Coupe du Monde des moins de 20 ans, en juin 2017, puis premières invitations à jouer avec les pros du Stade.
En décembre, après plusieurs sélections comme remplaçant en « petite » Coupe d’Europe et juste avant de rejoindre les Bleuets dans le Tournoi des 6 Nations, il goûte à la titularisation, face à Lyon.
« Passer pro, je suis venu ici pour ça. Et quand on y a goûté, on a vraiment envie d’y retourner », s’enthousiasme le joueur, dont l’objectif est de gagner une place durable au sein d’un Stade qui considère ces cartes jeunes comme autant d’atouts dans son jeu.